Prix de l’immobilier : -5% en 2012 selon Crédit Agricole

Pour Olivier Eluere, les prix dans l’immobilier ancien restent surévalués de 25% en moyenne, et même de 35% à Paris.

Crédit Agricole table sur une baisse des prix de l’immobilier en 2012. Selon l’auteur d’une note diffusée jeudi, l’économiste Olivier Eluere, ceux-ci pourraient reculer de 5% cette année, après avoir fortement progressé, de 6.7% sur un an. « L’année 2011 aura encore été un bon cru pour l’immobilier résidentiel, mais avec un contraste entre neuf et ancien » note Crédit Agricole, qui explique que si les transactions dans l’ancien ont atteint un record historique à 830 000 unités (+6%) les ventes dans le neuf promoteurs ont, elles, baissé de 13%.

Malgré tout, Olivier Eluere pense que, malgré une résistance étonnante du marché de l’ancien jusqu’en septembre, « une inflexion baissière paraît très probable en 2012 ». Déjà, la hausse des prix s’est modérée. Les hausses de prix ne sont plus que de 4,3 % en Province, contre 5,6 % fin 2010, explique la note.

Une nette inflexion du crédit

Toutefois, « une nette inflexion apparaît sur la production de nouveaux prêts à l’habitat » indique la banque. « En 2011, le cumul 12 mois décélère brutalement, avec une hausse limitée à 4% sur un an en novembre. Et le flux des trois derniers mois se replie d’environ 30% sur un an » analyse le Crédit Agricole.

Cette érosion du marché devrait se poursuivre en 2012, du fait de quatre facteurs principaux, à savoir un contexte économique très fortement détérioré, des taux de crédit habitat qui vont continuer à remonter, des mesures de resserrement fiscal, mais aussi des prix toujours surévalués.

Des prix surévalués de 35% à Paris

Sur ce dernier point, Olivier Eluere estime que les prix de l’immobilier sont surévalués de 25% en moyenne en France, et même de 35% à Paris. Il se base pour cela sur les niveaux atteints par les taux d’effort théoriques, qui atteignent près de 40 % fin 2011 contre 30 % en 2003. Toutefois, si les prix sont nettement surévalués, l’économiste ne prévoit pas un effondrement des prix, du fait des facteurs de soutien structurels qui vont continuer à jouer, comme, en premier lieu, l’effet « valeur refuge ».

La correction pourrait ainsi se faire de façon assez lente et graduelle, et pourrait durer de 3 à 4 ans. « En 2012, les ventes de logements anciens se replieraient de 10%. Dans le logement neuf, les ventes baisseraient de 10 % également » prévoit l’économiste, qui table sur une baisse de 5% des prix dans l’ancien et une hausse de 2% des prix dans le neuf.

» L'étude du Crédit Agricole (lien externe)






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.