2012, « probablement une année de mauvaise qualité »

Pour Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-X- Nanterre, le marché immobilier devrait, en 2012, subir les conséquences de la baisse de la demande et des diverses mesures prises par le gouvernement en fin d’année dernière.

Comment évolue le marché immobilier en ce début d’année ?

Nous sommes sur un marché qui n’est pas bon, ce qui se traduit de trois manières. D’abord par une chute de la demande. Lors de la présentation de l’Observatoire du Crédit des ménages, nous avons montré que les perspectives de la demande sur les 6 premiers mois de l’année 2012 sont pratiquement à leur point le plus bas depuis la fin des années 80. C’est donc une demande qui a encaissé durement les conséquences de la crise de la dette. Deuxièmement, on a bien vu que cette crise a entrainé des conséquences du côté de l’offre, puisque les autorités monétaires ont, à plusieurs reprises, souligné la nécessité de réduire les durées des prêts accordés, et d’être plus exigeantes en matière d’apport personnel. Depuis l’automne dernier, on voit bien que les clientèles qui réalisent des projets ne sont plus comme avant : des apports personnels plus importants, un déplacement dans les échelles de prix. Ce sont des clients qui sont, à cet égard-là, plus conformes aux recommandations des autorités monétaires. Enfin, les pouvoirs publics ont fait un certain nombre d’annonces à l’automne 2011, qui ont modifié sans aucun doute les stratégies des ménages. Beaucoup de choses ont été dites sur la réforme des plus-values immobilières. Néanmoins, les notaires n’ont jamais dit que cela avait eu un impact sur l’activité. Ce n’est pas cela qui a sensiblement transformé l’activité du marché. En revanche, il y a deux annonces qui ont joué : d’abord, l’annonce, comme à la fin de l’année 2010 d’un rabotage du dispositif Scellier, et surtout l’annonce de la suppression du PTZ+ dans l’ancien, et de sa reconfiguration dans le neuf. Ces annonces ont amené la demande à réaliser tout ce qu’elle avait la possibilité de faire fin 2011. Nous avons eu une fin d’année 2011 meilleure que ce que l’on pouvait attendre. Or, ce qui a été fait fin 2011 ne sera pas fait fin 2012. Nous récupérons donc au début de cette année les conséquences de ces trois choses-là. L’année 2012 qui est en train de s’écrire sera probablement une année de mauvaise qualité.

La baisse des maturités des emprunts immobiliers a-t-elle eu un impact négatif sur le marché ?

On n’observe pas une détérioration de la solvabilité de la demande, mais une transformation de la nature des clientèles, c’est totalement différent… Quand on mesure des durées plus courtes, ce n’est pas forcément parce que les établissements ont réduit la durée des prêts qu’ils accordent, ce qu’ils ne font pas. C’est tout simplement parce que l’on a des ménages qui s’endettent sur des durées plus courtes qu’auparavant, c’est totalement différent. Donc le fait que l’on observe des durées plus courtes en moyenne n’est pas associé à une dégradation de la solvabilité de cette demande.

Vous notiez il y a quelques jours que, contrairement à ce qui était attendu, la dégradation de la note n’avait pas eu d’effet notable sur le marché…

Avant la dégradation de la note de S&P, on entendait que cela allait être épouvantable, et que les taux allaient exploser… Ce n’est pas comprendre comment fonctionnent les marchés. Tous les économistes qui connaissent ces marchés avaient bien dit que la perspective de la dégradation avait déjà été intégrée, et qu’à partir de là, cela n’aurait quasiment pas d’incidence. Il faut se souvenir qu’il y a plusieurs agences de notation, mais qu’il n’y en a qu’une qui a dégradé la note de la France, pas les autres. C’est ce que les marchés ont bien compris. La question de la note qui a été accordée par une agence n’a pas directement d’effet sur ce que sont les conditions de crédit des emprunteurs.

Y a-t-il une relation mécanique entre les taux de l’OAT et les barèmes de crédit ?

Il y a un lien, mais sans effet mécanique. Sur des périodes longues, on s’aperçoit que le profil des taux des crédits immobiliers épouse à peu près, à un différentiel près, le profil de l’OAT. Sauf qu’il y a beaucoup de périodes où ce n’est pas vrai… Depuis le début des années 2000, on se rend compte que c’est vrai sur un tiers du temps, que ce n’est pas vrai sur un tiers du temps, et qu’on ne sait pas sur l’autre tiers du temps. On peut en tirer la conséquence que l’on veut. Il y a un signal qui est donné lorsque le taux de l’OAT se modifie. Ce signal n’est pas obligatoirement répercuté par tous les établissements de crédit, ne serait-ce que parce que tous les établissements de crédit n’ont pas tous la même structure de financement des prêts qui sont accordés à l’économie.

Voyez-vous une amélioration des perspectives sur le marché résidentiel sur la seconde partie de l’année ?

Il y a trois ingrédients principaux qui sont derrière la compréhension du mouvement que l’on est en train d’observer : d’abord, il y a une demande qui a été durement éprouvée par le déclenchement de la crise de la dette souveraine. Ensuite, nous avons des établissements de crédit qui modifient leurs pratiques, du fait de la mise en œuvre des accords de Bâle 3 et des recommandations des autorités monétaires. L’Etat a en outre modifié à nouveau la nature des aides et soutiens qu’il accorde aux secteurs de l’immobilier résidentiel privé. Si vous voyez dans le second semestre de quoi modifier une de ces trois contraintes, peut-être y aura-t-il une amélioration. Si la crise de la dette s’évapore, si les perspectives de redémarrage de l’économie s’améliorent de manière substantielle, si les pouvoirs redressent leur engagement dans le marché du logement de manière très marquée, et si, enfin, les ménages retrouvent un optimisme nécessaire et indispensable, alors oui, il peut y avoir amélioration… Mais quelle est la crédibilité d’un tel scénario ?

Vous ne croyez donc pas à cette éventualité?

Je pense ne pas être le seul. Lorsqu’on regarde les prévisions de la Banque Mondiale, du FMI ou de la Banque Centrale Européenne, on n’a pas l’impression que ce scénario optimiste et volontariste ait une probabilité très élevé de réalisation.

Sur le marché de la location, est-ce que le fait que certaines personnes décident de différer leur achat immobilier peut avoir un impact sur le marché locatif, via une pression sur la demande et donc les prix des loyers?

Non, il n’y a pas beaucoup de lien. Je dirais même qu’il n’y en a pratiquement pas. En termes quantitatif, nous avons des ménages qui effectuent à peu près 850.000 à 900.000 opérations dans le neuf et dans l’ancien. On a sur ce chiffre, 600.000 accédants à la propriété. Dans l’hypothèse haute où 100.000 abandonnent leur projet, la moitié sont des ménages qui auront revendu au préalable un bien immobilier. Ceux-là ne sont pas concernés : en revanche, ce sont les 50.000 locataires qui souhaitent accéder à la propriété qui sont concernés. Il faut comparer ce chiffre aux 1.6 million de baux qui sont signés dans l’année. On veut laisser croire que 2 à 3% de la demande va totalement modifier le fonctionnement du marché. Ces marchés de la location et de l’accession sont bien en phase simplement parce que lorsque l’économie marche bien et que les conditions de crédit sont bonnes, non seulement les ménages accèdent plus fortement à la propriété, mais en plus les candidats à la location sont plus nombreux à tenter une nouvelle opération.

Est-ce que la disparition à terme de dispositifs de défiscalisation comme le Scellier, pourrait, de son côté, avoir un impact sur le marché de la location ?

On peut faire le même calcul. 60.000 biens sont mis en location par an à la suite d’un dispositif de défiscalisation, rapportés à 1.6 million de baux. Nous sommes dans le même ordre d’idée que l’exemple précédent. Au bout de 20 ans ou 30 ans, cela pourrait avoir une incidence, mais 1 an ou 6 mois après, ça relève plutôt de l’épaisseur du trait. Si vous cumulez les excès sur 25 ou 30 années, il y aura un effet important, mais pas à court terme.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« 2012, probablement une année de mauvaise qualité » … ça dépend de quel point de vue on se place.

Pourquoi toujours vouloir souhaiter plus de transactions et des prix qui augmentent sans arrêt… On est déjà à des niveaux délirants, que ça se calme c’est plutôt une bonne nouvelle, non? … enfin, ça dépend du point de vue…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Baisse des transactions au premier trimestre, selon Laforêt

nullLe réseau d’agences franchisées a fait part en ce début de semaine de son point d’activité trimestriel.


La hausse des prix de l’immobilier de luxe a ralenti à Lyon en 2021

C’est le constat récemment dressé par Coldwell Banker et PriceHubble.


Prix de l’immobilier : LPI-Seloger constate un ralentissement

LPI Seloger a fait état fin février de son baromètre national des prix de l’immobilier. Au niveau national, les prix sont en hausse, même si cette progression s’émousse dans les grandes villes.


La hausse des prix ralentit en France et en Auvergne-Rhône-Alpes

LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. La hausse des prix des logements anciens ralentit, y compris à Lyon. LPI-Seloger a fait part de son baromètre au titre du mois de janvier. En France, le prix du m² signé sur 3 mois est en hausse de 1,6% 3.385€. LPI […]


En France et en Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des maisons bondissent

nullLes notaires de France ont publié leur note de conjoncture avec de chiffres compilés à fin novembre 2021. Les prix des appartements et des maisons sont en hausse dans la région, notamment à Saint-Étienne.


Forte hausse de la demande en Savoie / Mont-Blanc


La FNAIM Savoie Mont Blanc organisait jeudi une conférence de presse pour faire le bilan de l’année 2021 sur les marchés immobiliers de l’Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie.