Droits de mutation : Cafpi favorable à une diminution

Pour le courtier en crédit immobilier, faire baisser les droits de mutation permettrait de redonner du pouvoir d'achat aux acquéreurs.

La proposition de diviser par deux les droits de mutation fait des vagues. Après avoir émis l'idée hier de faire baisser les droits de mutation lors d’un achat immobilier, Nicolas Sarkozy a provoqué le débat au sein des professions de l’immobilier. Après l’adoption de la mesure visant à augmenter les droits à construire de 30%, Nicolas Sarkozy semble vouloir provoquer le débat en matière immobilière, en se démarquant le plus possible des propositions du candidat socialiste, qui lui, prône notamment l’encadrement des loyers.

Si le maire de Paris, Bertrand Delanoë , a indiqué qu’elle n’était « pas crédible », du fait de l’importance du manque à gagner, Cafpi, lui, s’est montré pour sa part, favorable à une diminution des droits de mutation, celle-ci redonnant du pouvoir d’achat immobilier aux ménages, rappelant que ces derniers ont augmenté de 16% en 2011, à 8,1 milliards d'euros, contre 7 l'année précédente. Une manne qui profite notamment, selon lui aux départements. « C'est dire d'ailleurs qu'on tient là une appréciation fiable de l'évolution du marché, effet volume et effet prix cumulés, et ayant pris une part quasi égale à la progression. Les droits de mutation n'ont fait que croître depuis 1999, avec seulement deux accidents en 2008 et 2009, mauvais millésimes immobiliers » a indiqué Philippe Taboret.

Economie de 5.235 euros pour 195.000 euros d’achat.

Il chiffre notamment que pour une acquisition de 195.000 euros, l’économie serait de 5.235 euros, ramenant les taxes de 13.780 euros à 8.545 euros. Il s’agit pour lui d’une « excellente nouvelle dans un marché où le prix de l’immobilier est trop élevé, le pouvoir d’achat en baisse et l’offre de logements pas assez forte ». « Cette annonce ne va pas aider uniquement les ménages en mutation professionnelle, mais également les primo-accédants financés à 100 %. Rappelons que dans ce dernier cas le financement des droits de mutation n’est pas compris dans le crédit. Avec cette baisse, l’apport personnel des ménages sera ainsi allégé » indique-t-il.

« Il me semble que cette modification des règles du jeu fiscal est plus urgente que tout. Nous sommes le pays d'Europe où ces frais sont les plus élevés, la réflexion sur la façon de baisser cet impôt archaïque, en changer l'assiette est loin d'être illégitime, mais espérons qu'elle ne prenne pas trop de temps... et son succès dépendra de la qualité du dialogue entre l'État et les collectivités locales et territoriales demain ! » indique le directeur général adjoint de Cafpi.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Le prix de l’immobilier est trop élevé?

C’est pas compliqué c’est lui qui l’a fait monter.

Diminuer les frais de notaire?

= resolvabilisation des acheteurs et comme tout un chacun le sait, ils se retrouvent dans les poches du vendeur, en voila une idée de plus qu’elle est bonne.

Glissez vite votre bulletin dans l’urne

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.