La Cour des Comptes épingle la Politique de la ville

La Cour des Comptes a rendu ce matin un rapport dense sur la politique de la ville, qui met en évidence les carences en matière de pilotage.

Zones d’intervention prioritaires de plus en plus nombreuses, organisation éclatée, mesures encore défaillantes des résultats de la politique de la ville : la Cour des Comptes a rendu aujourd’hui un rapport sévère sur la Politique de la ville menée depuis 2003, et la loi sur la rénovation urbaine.

L’institution de la rue Cambon présidée par le socialiste Didier Migaud a ainsi analysé 751 Zones Urbaines Sensibles (ZUS), qui comprennent 416 zones de redynamisation urbaine, qui contiennent elles-mêmes 100 zones franches urbaines. 4,43 millions de personnes vivent en ZUS, soit 7 % de la population française, une population majoritairement composée d’immigrés et de descendants d’immigrés, selon le rapport. Le taux de chômage y atteint en moyenne 20.9% de la population active. Pour la Cour, les mesures entreprises suite aux lois de rénovation urbaine n’ont pas eu « un impact suffisant » dans la vie quotidienne de la population.

Plus de la moitié des destructions réalisées

Certes, selon les données recueillies auprès de l'Agence nationale de rénovation urbaine, plus de 73.000 logements ont bien été détruits, et 39.700 reconstruits et 124.000 réhabilités. Plus de la moitié des démolitions et des constructions et près de deux tiers des réhabilitations programmées par la loi ont été effectuées. Toutefois, « l’amélioration de la situation n’est pas tangible dans certains quartiers où la pauvreté et la précarité demeurent à des niveaux élevés et où l’insécurité persiste, dans un contexte aggravé par la crise économique » expliquent les sages, qui citent notamment les exemples de violences urbaines à Sevran, Grenoble, Marseille, Montceau-les- Mines ou Clermont-Ferrand. « L’objectif de mixité, tant sociale que fonctionnelle, n’est pas atteint » déplore la Cour.

Aussi, si la Cour des Comptes note que la loi du 1er août 2003 a modifié profondément la politique de la ville mise en oeuvre depuis près de trente ans, en y introduisant un changement de perspective, elle indique néanmoins que la réduction des écarts entre les quartiers prioritaires et les villes environnantes, objectif prioritaire de la loi, n’a pas eu lieu.

Concentrer les efforts

La Cour des Comptes préconise ainsi une réforme de la géographie prioritaire, qui constitue pour elle un « préalable indispensable à l'élaboration de toute nouvelle mesure de la politique de la ville ». Ce qui veut dire concentrer l’effort de la politique de la ville non plus sur un millefeuille, mais sur six départements en particulier, au sein duquel on trouve le Rhône, mais aussi la Seine-Saint-Denis, le Val d'Oise, le Nord de l’Essonne, et les Bouches du Rhône.

Elle met en outre en lumière le fait que la proportion de logements en accession à la propriété dans ces zones reste inférieure à 10 %, ce qu'elle qualifie d’insuffisant. En effet « la banalisation des quartiers de la politique de la ville sur le marché immobilier n’est pas réalisée et ne constitue toujours pas un objectif réaliste ». Celui-ci est ainsi dominé, dans ses zones, par les acteurs publics, les acteurs ou les investisseurs privés restant rares. Elle souhaite également la poursuite du rapprochement des deux agences chargées de la rénovation urbaine et de la cohésion sociale (ANRU et Acsé), pour la négociation de la sortie des conventions urbaines et pour la mise en œuvre de nouveaux projets. Autant de pistes pour le tout nouveau ministre délégué à la ville, François Lamy, qui devra plancher sur ces questions après évaluation du premier dispositif de rénovation urbaine.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un pacte national pour la relance de la construction durable


Ce pacte matérialise l’engagement pour la relance de la construction de logements avec les principales fédérations et organisations.


Un nouvel effort sur l’accession sociale souhaité par les Coop’HLM et Procivis


Si les deux organisations se sont montrées satisfaites du report à fin 2022 la disparition du PTZ, elles demandent la mise en place d’une prime exceptionnelle à l’achat et un soutien aux dispositifs PSLA et BRS.


Une aide de l’Opac du Rhône pour les commerces

L’office ne demandera pas de loyer aux commerces « non essentiels » de son patrimoine en novembre.


Allex, un projet pour rénover le siège d’Alliade Habitat

JLL et Tétris interviennent dans le cadre d’une mission de rénovation et d’extension du siège de la filiale d’Action Logement.


Carré de Soie : Cogedim vend un immeuble de bureaux à EMH


Cogedim Grand Lyon annonce avoir vendu en VEFA à Est Métropole Habitat un immeuble de bureau de 6.000 m² au sein de « Ilot G » sur le secteur du Carré de Soie. Le bailleur en fera, à terme, son siège social.


Des remous suite à l’augmentation de l’offre d’hébergement d’urgence

La Ville de Lyon a mis à disposition deux lieux permettant d’augmenter de 250 lits l’offre d’hébergement d’urgence. Pour sa part, l’hôpital Charial des HCL, situé sur Francheville et Craponne, va être confié à l’Etat pour transformer les locaux en centre d’hébergement d’urgence. Un choix discuté par les élus.


Aide au logement prolongée pour les saisonniers agricoles


C’est ce qu’ont indiqué dans un communiqué commun le ministère de l’Agriculture et Action Logement.


Accord entre LCL et Action Logement Services


La banque et l’une des six entités d’Action Logement ont signé une convention sur l’accès au logement et l’amélioration de l’habitat.


Saint-Priest : livraison d’une résidence de Lyon Métropole Habitat

null
Cette nouvelle résidence est située dans le quartier des Ilots Verts à Saint-Priest.


Opac du Rhône : Xavier Inglebert succède à Michel Micoulaz


Suite au départ à la retraite de Michel Micoulaz, celui qui avait été préfet délégué à l’égalité des chances dans le département du Rhône devient le nouveau directeur général de l’office public de l’habitat.


Villeurbanne adopte la Déclaration des droits des personnes sans-abri

La ville est la première de France à adopter cette déclaration proposée en 2016 par la Fondation Abbé Pierre et la Feantsa.


Thierry Repentin, nommé président de l’ANAH

Le maire de Chambéry a été nommé président du conseil d’administration de l’Anah, et succède ainsi à Nathalie Apperé, maire de Rennes et présidente de Rennes Métropole.


Liergues : lancement d’une résidence en accession sociale par l’OPAC du Rhône

L’office public de l’habitat du département du Rhône organise le lancement commercial, ce week-end, d’une résidence en accession sociale à la propriété.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.


Cédric Van Styvendael devient président d’Est Métropole Habitat

Le maire de Villeurbanne a été désigné président de l’Office public de l’habitat métropolitain par le nouveau conseil d’administration. Il avait été directeur général de cet office pendant plus de 10 ans.