« Nous veillons à ce que notre offre soit plurielle »

François Marroco est le directeur régional d'Akerys, qui a lancé au printemps deux opérations dans l’ouest lyonnais.

Vous avez récemment lancé deux programmes dans l’ouest lyonnais. C’est un secteur sur lequel vous n’étiez pas présents auparavant ?

Nous n’étions effectivement pas présents auparavant sur ce secteur. Lorsque nous avons choisi de nous recentrer sur l’accession à la propriété, ce sont deux sites que nous avons choisi parce qu’il existait effectivement une demande. L’ouest lyonnais est en effet un secteur très recherché.

Francheville et Craponne sont des communes toutes deux situées en territoire périurbain. C’est un milieu très différent de ce que l’on peut trouver dans le cœur de Lyon…

Nous voulions offrir à nos clients à la fois la ville et la campagne. Sur Francheville, je crois savoir que 60% du territoire est encore boisé… Il s’agissait donc de donner aux gens la possibilité de devenir propriétaire de logements dans ce milieu-là. Nous savons que certaines personnes, lorsqu’elles arrivent à 60-65 ans, et qu’elles sont en maison, ne souhaitent ou n’ont plus les moyens d’assurer l’entretien physique de celle-ci. Il y a des gens qui cherchent à se retrouver en appartement à la campagne, et ne pas se retrouver en centre-ville. C’est ce public-là que nous visons.

Auparavant, vous étiez plus positionnés sur des programmes situés sur Lyon intra-muros…

Nous avons réalisé auparavant beaucoup de logements dans le cadre de la loi de défiscalisation, dont la loi Scellier. A un moment donné, le groupe a décidé de se positionner dans le cadre d’une stratégie plus tournée vers l’accession à la propriété.

Ceci va un peu dans le sens de la conjoncture : les avantages liés à la loi Scellier tendent à s’amenuiser, et vont bientôt disparaître…

Nous ne pouvons que nous tourner vers ce marché-là, car il est très difficile de savoir s’il y aura une prochaine loi de défiscalisation, et quel sera son périmètre. Nous avons donc anticipé un certain nombre de choses et veillons à ce que notre offre soit plurielle.

Quels sont les niveaux de prix de vos programmes dans l’ouest lyonnais ?

Ce sont les prix du marché local, à savoir 3700-3800 euros en fonction des programmes, sachant que les études de marché sont réalisées en collaboration avec des outils fournis par un bureau d’études spécialisé.

D’un point de vue de l’offre foncière, sentez-vous toujours de la tension sur le marché local ?

C’est une donnée du foncier. C’est un marché constamment tendu, y compris dans les moments difficiles. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, lorsque l’on observe les cartes de la communauté urbaine, on voit très bien qu’il n’y a pas de nouvelles ZAC. Le problème sur Lyon, c’est que lorsque vous cherchez du foncier disponible, vous êtes obligés de rechercher des dents creuses.

Comment intégrez-vous les nouvelles normes énergétiques ?

Nous réalisons nos opérations en label BBC – RT 2005, et nous tendons vers la RT2012, qui sera bientôt obligatoire. Nous allons suivre l’histoire.

Foncier, BBC : tout ceci est-il, selon vous, de nature à renchérir les coûts?

Du moment où l’on a mis en place le BBC, les coûts de construction ont augmenté. Et qu’on le veuille ou non, cette augmentation des coûts, vous êtes bien obligés de l’intégrer quelque part…

Ceci explique-t-il également la hausse des prix de l’immobilier neuf dans les dernières années ?

L’augmentation ou la baisse des prix dans l’immobilier est de nature conjoncturelle. C’est un peu comme entre l’été et le printemps, vous vous habillez en fonction du temps que vous avez…

On privilégie de plus en plus la rénovation urbaine, avec la reconstruction de la ville sur la ville. Cette densification tend-elle à raréfier le foncier ?

Je ne sais pas si c’est le foncier ou autre. Nous serons, nous, promoteurs, obligés de nous adapter. Il y a une vingtaine d’années, on construisait à Villefontaine. Personne n’avait peur de faire 20 ou 25 kilomètres pour venir sur Lyon. Aujourd’hui, la distance entre le poste de travail et le domicile risque de poser bien plus de problème qu’auparavant. Nous sommes obligés d’être attentifs à ces questions de mobilité. En même temps, nous devons nous orienter vers des secteurs où nous pouvons servir des primo-accédants. Il faut nous adapter, étant donné que nous ne savons pas quelles seront les mesures prises en septembre. L’abandon de la loi Scellier est un problème pour tout le monde. Le dispositif représentait sur certaines périodes entre 60 et 65% de l’activité immobilière. Le problème est donc de savoir comment colmater ce vide. Aujourd’hui, nous sommes dans l’attente…






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Très intéressant

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Grenoble : Promoval et Financière Petrus revalorisent le Palais du Parlement

nullLes deux entités avaient remporté l’appel à projet initié en 2018 par le Département de l’Isère.


Les mises en vente de logements neufs restent au plus bas à Lyon

nullLa fédération des promoteurs immobiliers de la région lyonnaise a présenté ses chiffres semestriels en matière de vente et de commercialisation de logements collectifs.


Lyon 7 : les travaux du futur campus d’EMLyon démarrent

nullCogedim Grand Lyon a annoncé le démarrage des travaux de ce site, situé dans le quartier de Gerland.


Un appel à projets pour l’industrie du bois de construction

La ministre chargée du logement, Emmanuelle Wargon, a lancé un appel à projets doté de 50 millions d’euros pour l’«industrialisation de produits et systèmes constructifs bois et autres biosourcés».


L’OPCO de la construction en suspens

La décision du tribunal administratif de Paris du 29 juin a annulé l’arrêté d’agrément de Constructys, l’opérateur de compétences de la construction. La FFB réaffirme être en faveur d’un OPCO.


«Le Moulin » a été inauguré dans le 7e arrondissement de Lyon


Cette coopérative d’habitants avait repris il y a six ans un projet initié en 2009. Cet immeuble de 6 logements a été inauguré en amont des rencontres nationales de l’habitat participatif.


L’habitat participatif a tenu ses rencontres à Lyon

null
Lyon accueillait en fin de semaine les rencontres nationales de l’habitat participatif. L’occasion pour les élus de faire un point sur le développement de ce type d’habitat en France et dans la Métropole.


Les 6èmes rencontres nationales de l’habitat participatif ont ouvert à Lyon

Celles-ci se tiennent sur 4 jours, du 8 au 11 Juillet 2021.


Cogedim Grand Lyon vend un immeuble de 6.000 m² à Villeurbanne

Le promoteur a officialisé la vente en VEFA au SYTRAL d’un immeuble de bureau de 6.000 m².


La FPI veut promouvoir l’acte de construire


La fédération des promoteurs immobiliers organisait ce mardi sa conférence de presse trimestrielle, au cours de laquelle Pascal Boulanger, nouveau président de l’organisation, a dévoilé les enjeux de son mandat.


Amélioration sur le front de la construction de logements

Le service des données des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a fait part ce mardi de ses statistiques mensuelles.


Karine Druguet, nouvelle présidente des « Groupes femmes » de la FFB AURA

Ces groupes visent à intégrer les femmes dans l’organisation professionnelle, et favoriser la féminisation des métiers et de la profession.


Des besoins de main-d’œuvre chez les géomètres-experts

L ’Ordre des géomètres-experts a communiqué ce jour sur l’enquête annuelle « besoins en main-d’œuvre » de Pôle Emploi, qui pointe les besoins de recrutement de la filière.


Le climat des affaires et l’opinion des entrepreneurs du bâtiment s’améliorent

nullL’INSEE a fait part ce matin de son indicateur sur le climat des affaires, et de son enquête de conjoncture dans l’industrie du bâtiment.


La FPI et la SBA créent le « Urban eLab »

Ce « think et do tank » sera présenté lors de Bimworld le 23 juin prochain.