Saint-Étienne : un marché immobilier neuf atone

Les ventes sont restées stables dans le Sud Loire et la Proche Haute Loire durant les 9 premiers mois de l’année 2013.

Les ventes dans l’immobilier neuf tendent à stagner en région stéphanoise. Présentées le 13 décembre dernier à l’occasion du dernier Observatoire de l’habitat organisé par l’agence d’urbanisme Epures, les dernières observations du marché compilées n’incitent pas à l’optimisme pour le secteur.

En cause, un environnement économique et financier délicat, et une perte de confiance de la part des personnes qui envisagent un achat immobilier. Dans le Sud Loire et la Proche Haute Loire – région qui regroupe Saint Etienne Métropole, mais aussi le pays de Saint Galmier et le Montbrisonnais - les ventes dans la promotion immobilière sont ainsi restées stables sur 9 mois. 261 ventes ont ainsi été comptabilisées entre janvier et septembre, contre 263.

Les prix, eux sont plutôt bas comparativement aux autres secteurs de la Région : il faut ainsi compter 2630 euros en moyenne pour un mètre carré neuf sur Saint Etienne Métropole sur les 9 premiers mois de l’année, soit des prix bien inférieurs aux prix lyonnais, qui, eux, restent supérieurs à 4.000 euros. Le Sud de la Plaine et le pays de Saint Galmier ont en outre vu leur prix baisser de manière très importante.

Inadéquation offre / demande

Pour Mamar Abed Relam, du service Habitat de la ville de Saint-Etienne, on observe notamment « une baisse de l’investissement pur, du fait de la fin du dispositif Scellier, au profit d’investisseurs plus familiaux, qui souvent achètent soit pour un ascendant, soit pour un descendant, dans le but d’avoir un bien pour plus tard, et notamment pour la retraite ». La part des investisseurs est ainsi en recul à 33% du total des ventes sur le Sud Loire, 67% étant à destination des propriétaires occupants. Inversement, les ventes dans Saint Etienne Métropole restent majoritairement tournées vers l’investissement (61% contre 39%).

Il relève également que les produits pour l’essentiel restent qualitatifs. « Aussi, la difficulté de commercialisation est surtout due à une inadéquation entre l’offre et la demande ». Pour certains promoteurs, l’offre serait ainsi trop importante par rapport à la demande potentielle du territoire. Pour d’autres intervenants, le problème viendrait plutôt du prix des biens, ces derniers restants chers par rapport aux aspirations de la demande.

Facteur prix

« Pour d’autres, ce n’est pas un facteur prix, mais simplement un environnement qui s’est totalement rigidifié, avec les conditions d’octroi des prêts qui se sont durcies» note Mamar Abed Relam, qui indique également que les logements en rez-de-chaussée ou à plus de 90m2 trouvent de réelles difficultés à se commercialiser. Le technicien évoque également les difficultés des promoteurs à commercialiser les logements en VEFA. Les délais de commercialisation, logiquement, augmentent, du fait de ventes atones, et de mises en vente toujours dynamiques. On observe un nombre important de retraits de commercialisation, et, de fait, de nombreux désistements de la part des acquéreurs.

Du point de vue des profils des acquéreurs, les ménages avec enfants sont peu présents sur le marché. L’achat en promotion immobilière est plutôt le fait de retraités ou de primo-accédants sans enfants, qui débutent leur parcours résidentiel. « Aujourd’hui, il y a peu de contacts dans les bulles de vente. Toutefois, les personnes qui vont dans les bulles de vente sont dans de véritables projets d’acquisition : il y a donc plus de concrétisation » indique note Mamar Abed Relam.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Le prix de location à Saint Etienne Centre-Ville est compris entre 5 et 7 euros/m², les prix de vente sotn ridiculement bas alors que les coûts de construction ne cessent d’augmenter. Les promoteurs prennent de très gros risque financier pour des constructions qui ne trouvent pas preneur.

Il n’y a que les programmes sociaux faisant l’objet de subvention qui s’en tirent plus ou moins bien comme sur le Crêt de Roc ou Beaubrun. En revanche c’est le marasme dans les quartiers Centre2 et Fauriel.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.


Les chefs d’entreprise du bâtiment plus confiants

Selon l’INSEE, l’opinion des chefs d’entreprise du bâtiment sur leur activité récente et sur leurs carnets de commandes a continué de s’améliorer en août.


Bouygues est tombé dans le rouge au premier semestre

Le groupe de construction et de télécoms a annoncé ce jeudi ses résultats semestriels.


Le confinement a nettement affecté Eiffage

Le groupe anticipe toutefois un redressement de l’activité au second semestre.


Vicat a fait l’acquisition de Sablières Dier

Cette acquisition a été réalisée en décembre dernier.