Plusieurs quartiers sur Lyon 5ème

Jean-Christophe Chabret est le directeur de l’agence immobilière Laforêt située dans le 5ème arrondissement de Lyon. Il nous détaille les particularités des différents quartiers.

Sur le marché immobilier de Lyon 5ème, il existe plusieurs quartiers… Pouvez-vous nous décrire ces différents sous marchés immobiliers ?

Il y a tout d’abord le quartier du Point du jour, où l’on trouve un large panel de prix, qui peuvent aller de 2500 à 3500 euros. Le spectre est assez large. C’est un quartier où il y a des écoles qui sont assez cotées, et beaucoup de familles aiment s’installer ici, tout comme des personnes âgées qui reviennent en centre-ville et qui trouve un environnement aéré, des commerce une vie de quartier. Le quartier de Saint-Just autour du funiculaire s’est beaucoup développé, avec beaucoup d’immeubles anciens avec cachet. Par ailleurs, le quartier de Menival, plus proche de Tassin-la-Demi-Lune, est un quartier où l’on trouve pas mal de premiers prix, autour de 2200 euros du mètre carré, les immeubles datant le plus souvent des années 60, sans ascenseur. De ce fait, beaucoup de primo-accédants y réalisent leur premier achat. Le secteur de Champvert à la limite du 9ème arrondissement est assez intéressant en termes d’accès aux routes et lignes de transports en commun. Les immeubles étant des années 70, nous sommes sur ce quartier, sur des prix de 2500 euros le m2. Le quartier du Vieux Lyon est également un autre micro-marché.

C’est un marché qui doit être difficile du fait de la rareté de l’offre et du caractère atypique des biens dans le Vieux Lyon ?

Oui. On y trouve des biens atypiques et une demande particulière. Les prix, notamment, sont un peu plus élevés. Il y a toujours une demande assez forte émanant de couples assez jeunes, avec des enfants en bas âge. Ce sont souvent des gens du quartier qui achètent dans le quartier. Toutefois, il existe un certain nombre de travaux, de problèmes d’escaliers et de contraintes sur ce type de biens. C’est un quartier où l’on trouve également beaucoup de biens proposés en locatif. Les prix proposés vont de 3000 à 3500 euros suivant la surface.

Quelle est la place de la promotion neuve dans l’arrondissement ?

Pendant longtemps, il n’y a pas eu de programmes neufs dans l’arrondissement. C’est en train de changer. L’arrivée de nouveaux programmes permet de diversifier à terme l’offre, et de mettre une mire en termes de prix. Ces derniers s’établissent pour les programmes neufs entre 4000 et 4500 euros, suivant les programmes.

L’aspect énergétique et les charges doivent être à observer de près, du fait de la présence de nombreux immeubles datant des années 70.

Dans le 5ème arrondissement, on trouve beaucoup d’appartements de ces années là. Cet aspect est donc important. Le quartier s’est construit à cette période où le foncier s’est libéré. Les immeubles ont pris la place de grandes bâtisses qui servaient de résidences secondaires.

Saint Just et Fourvière sont également des quartiers atypiques…

A Saint-Just, l’offre est assez limitée, même si tout autour du funiculaire, on trouve beaucoup d’appartements anciens. Fourvière est un peu le complément de Saint Just. L’offre y est très restreinte, avec la présence de nombreux bâtiments ecclésiastiques. On se trouve, sur ce secteur là, à des niveaux de prix à mi-chemin entre le Vieux Lyon et le Point-du-Jour.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]