TOP : le rapport qui relance les transports en commun

Le rapport du cabinet indépendant TTK a été publié hier. Il relance le débat sur les transports en commun à l'ouest de Lyon , et indique que le dossier du TOP a trop éludé l’alternative sans périphérique.

« L’affirmation de l’impossibilité de certains projets est souvent affirmée à l’origine de projets (exemple : tramway sur Lyon, tramway sur le CFEL, Rhône Express...) finalement réalisés avec succès ». Le rapport du cabinet TTC sur le TOP publié hier a relancé le débat sur les scénarios alternatifs au TOP en transports en commun. Selon le document, des trois scénarios (tracé long, tracé court, pas de TOP) sur le débat sur l’anneau des sciences, celui des transports en commun n’aurait, selon le cabinet, pas été étudié assez profondément.

Pour le cabinet, l’éventualité d’une liaison ferroviaire entre Lyon Saint-Paul et Lyon Part-Dieu mériterait d’être approfondie. Le dossier du TOP rappelait ainsi que les services de Réseau Ferré de France, dans le cadre des réflexions sur le noeud ferroviaire lyonnais, avaient abandonné un tel scénario « en raison de son coût et des difficultés techniques qu’il pose, tant en termes de raccordement que d’aménagement des deux gares ». « Un tunnel dédié au seul prolongement des lignes de l’Ouest jusqu’à Part Dieu représenterait un coût de l’ordre de 500 M€» indiquait-il.

La performance du tram-train taclée

Or le rapport du cabinet TTK pense que cette voie pourrait être étudiée : « des études et visites de terrain réalisées montrent qu’une solution d’interconnexion en surface n’est pas impossible, sous réserve d’une orientation politique de poursuite de la piétonisation de la Presqu’Ile ». Toutefois, concède le cabinet, le manque de performance du tram-train français est sévèrement taclé : « Le manque de performance des tram-trains français est par contre un problème réel : temps de parcours 40 à 50% plus élevés que ceux pratiqués en Allemagne sur des lignes équivalentes 6 : schémas d’exploitation ? application sans innovation du système normatif national RFF/SNCF ? Les marges de progrès sont fortes» note ainsi le rapport.

zonage

Autre argument développé par le dossier du TOP : « le dossier « alternatives TC » identifie pour l’Ouest lyonnais des spécificités de l’Ouest lyonnais qui ne peuvent justifier des investissements sur les modes lourds au-delà des projets du SCOT » indique ainsi le rapport du TOP, qui indique que, en dehors des corridors identifiés au SCOT, les densités à terme ne justifient pas des investissements sur des modes lourds (moins de 5000 habitants et emplois par km en moyenne), ce qui ne rentabiliserait pas l’investissement. Il préconise notamment une étude de desserte en mode lourd de Ste-Foy-les-Lyon, une desserte tramway complémentaire moyennant 2 sections en tunnel pourrait selon l’étude connecter Confluence et Gorge-de-Loup.

Un tramway à l'ouest plus adapté qu'à l'est

Mais là aussi, l’argument est battu en brèche par le cabinet: par rapport à ce point, on observe que les communes de l ’Est lyonnais desservies par tramway, comme Décines, Meyzieu, St-Priest (1300 habitants à 1400 habitants au kilomètre carré) ont toutes une densité inférieure à celle de Tassin (2500 habitants), Craponne (1900) , Ste-Foy-les-Lyon (3100) ou St-Genis-Laval (1600). « ll n’y a donc pas de spécificité particulière dans l’Ouest lyonnais qui rendrait inadapté le développement de lignes de tramway au-delà des projets inscrits dans le SCOT » conclut le cabinet TTK.

diagnostic

En outre, les contraintes financières liées au développement des transports en commun dans l’ouest lyonnais ne sont pas une fatalité pour le rapport du cabinet. Le dossier du TOP souligne en effet « les enjeux financiers d’un développement massif des transports collectifs dans l’Ouest lyonnais. « Outre les coûts d’investissements, tout projet de transport collectif aggrave le déficit d’exploitation des réseaux, et ce d’autant plus que les niveaux de clientèle restent modérés, comme ce serait le cas pour les projets envisagés ».

L'exemple des villes alémaniques

Le rapport du cabinet indique sur ce point que des densités en première couronne de Lyon justifient largement des projets tramway. Au-delà, en 2nde et 3ième couronne, les équilibres financiers précaires du développement d’offres ferrées périurbaines ne sont pas une fatalité (notamment du fait d’absence de zonage dans le prix des transports en commun hors SNCF), mais correspondent en France à des choix d’organisation qui ne sont pas les seuls possibles. Or indique « La rentabilité financière d’un mode lourd TC est d’ autant plus forte qu’il est réalisé sans développement routier parallèle ».

expertise

Il cite en cela les performances économiques des systèmes de transports en commun périurbains allemands, autrichiens et suisses, développés dans des agglomérations européennes voisines fonctionnant sans tarification plate, ni monopôle de l’exploitant ferroviaire, telles que Stuttgart, Karlsruhe, Hambourg, Hanovre, Dresde, Vienne, ou encore Zurich. Il recommande en outre des études complémentaires sur le Tram-train vers Hôtel-de-Ville, le tram- train ou tramway vers Craponne, un tramway Perrache - Hôpitaux-sud – Basses-Barolles alternatif au métro B, ou encore une rocade tramway sur la D342.

Un RER Lyonnais?

Enfin, il note que « l’agglomération lyonnaise l’une des seules grandes agglomérations (1,3 millions d’habitants) d’un pays ouest-européen ne disposant pas de RER. Les études de l’alternative ferroviaire à l’A45 avaient ainsi poussé la démarche sur un scénario « maximaliste » à coût d’investissement proche du projet A45, axé sur un RER souterrain avec « mise en ligne » Perrache – Part-Dieu via Bellecour ». « On ne trouve pas une telle démarche pourtant instructive dans le dossier Anneau des Sciences » souligne le rapport du cabinet.

Enfin, sur le boulevard urbain, le scénario sans Anneau des Sciences, avec une part modale de transports en commun de 23 à 25%, apparaît tout à fait dans le champ du possible. Une première étape de requalification de l’A 7 au sud de Perrache, et en  ligne de mire l’aménagement de Confluence, « pourrait être réalisée sans attendre le TOP ». Elle ne nécessiterait « qu’une variation de environ -83.561 déplacements véhicules particuliers par jour, alors qu’une simple prolongation des tendances 1999-2006 conduirait déjà à -105.000 déplacement véhicules particulier par jour en 2030 ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.


Auvergne-Rhône-Alpes approche des 8 millions d’habitants

null L’INSEE a fait part ce jour des populations légales des territoires, dont ceux des régions et des départements.


Saint-Étienne poursuit son rebond démographique

La préfecture de la Loire compte aujourd’hui plus de 175.000 habitants, et conforte un peu plus sa position de deuxième ville d’Auvergne Rhône-Alpes.


Nouvelle réunion sur la liaison Lyon – Saint-Étienne

La préfecture a fait un point sur la poursuite des projets d’amélioration des déplacements multimodaux entre les métropoles de Lyon et Saint-Étienne.


L’aide aux loyers et prêts immobiliers prolongée et élargie

Cette aide exceptionnelle avait été mise en place par Action Logement pour les salariés fragilisés par la crise.