Bassin de Montélimar : une importante précarité malgré un territoire en croissance.

Le bassin de Montélimar est situé aux portes de la Provence. Une étude réalisée par l’INSEE Rhône-Alpes indique que ce territoire, bien qu’il soit en croissance, connaît une forte précarité.

Dans le cadre des politiques territoriales développées par la région Rhône-Alpes, l’INSEE (Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques) Rhône-Alpes a effectué une étude sur le bassin de Montélimar . Ce territoire, situé aux portes de la Provence, regroupe 42 communes, et compte, en 2009, 68 800 habitants. La moitié de ces habitants réside dans la ville de Montélimar ( Drôme).

Excédent migratoire

Depuis 1962, ce territoire connaît une croissance démographique forte, de 76% entre cette date et 2009. Cette croissance est visible en particulier dans la communauté de communes du pays de Marsanne (92%), et dans la communauté d’agglomération de Montélimar-Sésame (83%). Mais depuis 1999, cette croissance s’accélère. En effet, elle atteint 1,3% par an, contre 0,8% pour la période 1990-1999. Alain Dupré, chef de projet à l’INSEE Rhône-Alpes et co-auteur de cette étude explique que « ce dynamisme démographique provient en particulier de son fort excédent migratoire ».

Ainsi, en plus d’être proche de la Provence, ce territoire se situe dans le sillon Rhodanien, ce qui entraîne l’arrivée moyenne de 300 personnes par an venant pour la plupart de la région PACA, d’Ile-de-France, et du Nord-Est du pays.

Une croissance de l’emploi supérieure à celle du reste de Rhône-Alpes

Alain Dupré explique que « ce bassin attire les indépendants, les retraités, les cadres et les professions intermédiaires, mais pas les étudiants, faute de pôles universitaires dans la zone ». Entre 1975 et 2009, le rythme de la croissance de l’emploi est constamment supérieur à celui du reste de la région Rhône-Alpes. Sur cette période, le secteur de la construction a connu une croissance de 51%, et le tertiaire un accroissement de 130%. Celui-ci rassemble les trois quarts des emplois du bassin. Alain Dupré précise que « l’économie présentielle est également alimentée par le commerce et les services aux personnes ». Au total, l’emploi a augmenté de 76% dans ce bassin sur cette période.

L’industrie a augmenté ses effectifs de 15% et regroupe près de 3 700 emplois en 2009. Cela s’explique par le fait qu’elle s’appuie sur des secteurs peu sensibles à la conjoncture, comme les industries agroalimentaires et les produits de luxe. Dans le reste de Rhône-Alpes, ce même secteur a chûté de 36%. Alain Dupré indique que « les secteurs les plus spécifiques de l’économie locale sont ceux des transports et de l’entreposage qui comptent 2 800 postes ». La part de ces secteurs dans l’emploi de la zone est deux fois plus importante que dans l’emploi du reste de la région.

En revanche, la part des bas revenus sur ce territoire est assez forte. Ainsi, en 2009, le revenu moyen par foyer fiscal s’élève à 21 900 euros, contre 24 100 euros dans le reste de Rhône-Alpes. En 2006, ce revenu  était de 22 300 euros dans ce bassin de Montélimar. Malgré une baisse importante depuis 1999 de trois points, et de sept point pour les jeunes, le taux de chômage reste fort et atteint 12%. Le chômage de longue durée touche 37% des demandeurs d’emplois.

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


2019, une belle année pour l’immobilier dans la Loire


Les notaires de la Loire présentaient ce mardi leur observatoire de l’immobilier. La dynamique des volumes et des prix a été particulièrement bonne l’an dernier dans le département.