Le champ d’application de l’action de groupe incompatible avec le droit des rapports locatifs

Tribune Libre de Stéphane Pavlovic, Directeur de la CGL. Actuellement débattu au Parlement, le projet de loi relatif à la consommation de Benoit Hamon prévoit d’autoriser l’action de groupe au profit des consommateurs ayant subi des préjudices du fait des agissements d’un même professionnel. La Confédération Générale du Logement (CGL) est favorable à cette mesure phare mais émet quelques doutes quant à la possibilité que la loi s’applique à tout le secteur du logement. Stéphane Pavlovic, Directeur de la CGL, estime que les dispositions du projet de loi relatif à la consommation portant sur l’action de groupe ne concernent pas le droit des rapports locatifs et ne doivent pas le concerner. Les règles protectrices du droit de la consommation ne s’appliquent pas aux rapports locatifs Le projet de loi vise les préjudices subis par des consommateurs. Or, dans le cadre d’une relation contractuelle avec un bailleur, le locataire n’est pas un consommateur. Le bail d’habitation est un contrat particulier qui répond à une réglementation spécifique, déconnectée du droit de la consommation. Ainsi, le loyer peut être réglementé dans des conditions bien différentes des prix à la consommation (cas des loyers HLM par exemple). Le projet de loi prévoit de sanctionner les manquements d’un professionnel mais le droit des rapports locatifs ne distingue pas la qualité de professionnel ou de non-professionnel du bailleur. Les seules distinctions tenant à la qualité du bailleur, qui existent, sont celles concernant les bailleurs organismes HLM, les bailleurs personnes morales et les bailleurs personnes physiques. Le texte ne concernera que la vente de biens ou la fourniture d’un service. Or le locataire, lui, ne bénéficie pas d’une prestation de service mais du transfert du droit de jouissance d’un logement, c’est à dire du droit d’utiliser le bien pour ce qu’il est : un logement. Les dangers de faire entrer le droit des rapports locatifs dans l’action de groupe prévue par le code de la consommation Pour la CGL, si l’action de groupe prévue par le code de la consommation avait vocation à s’appliquer aux relations bailleurs-locataires, il y aurait une vraie difficulté à déterminer la qualité de professionnel ou non d’un bailleur. En effet, l’action de groupe ne sera ouverte qu’à l’encontre des professionnels. Mais qu’est-ce qu’un bailleur professionnel ? Comment les locataires pourront-ils a priori savoir si l’action de groupe leur est ouverte ? Rien dans la législation ne permet aux locataires de disposer de cette information car le droit des rapports locatifs ne connaît pas la distinction entre un bailleur professionnel et un bailleur non-professionnel. Le cas des logements gérés par des mandataires professionnels La spécificité du droit des rapports locatifs semble exclure la possibilité pour plusieurs locataires d’agir à l’encontre d’un mandataire professionnel. Dans tous les cas, ce point suscitera des difficultés d’interprétation.

En effet, le locataire qui traite avec l’agence mandataire du bailleur n’a aucun lien juridique avec ce professionnel. D’ailleurs, les candidats locataires ne signent aucun contrat avec une agence dans le cadre de leurs démarches de recherche de logement1. On peut même se demander si l’agence immobilière agissant pour le compte d’un non-professionnel (le bailleur) pourrait relever d’une action de groupe en cas de manquement à ses obligations ? Selon la CGL, la réponse doit être négative puisqu’il n’y a pas de contrat entre l’agence et le locataire. Cependant, il est difficile aujourd’hui de savoir quelle sera l’interprétation des tribunaux sur ce point. La nécessaire création d’une action de groupe spécifique en matière de baux d’habitation réservée aux associations représentatives des locataires Une telle action permettrait aux locataires dont le même bailleur est responsable d’un même manquement, d’agir afin d’obtenir réparation de ce manquement, quelle que soit la qualité du bailleur. Seraient concernés tous les manquements aux dispositions régissant les rapports locatifs (loi de 48, loi du 6 juillet 1989, location meublées, locations HLM…). Les associations représentatives des locataires sont reconnues par les pouvoirs publics, siègent à la commission nationale de concertation et sont habilitées à passer des accords collectifs avec les organisations nationales représentatives de bailleurs. Certes, toutes les associations représentatives de locataires sont également des associations de consommateurs agréées mais l’inverse n’est pas vrai. Dès lors, admettre qu’une association de consommateurs qui n’est pas en même temps une association de défense des locataires, puisse représenter des locataires dans le cadre d’une action de groupe, remet en cause toute la construction du syndicalisme logement mis en place depuis plusieurs décennies en France. La CGL demande la création d’une action de groupe spécifique qui permettrait de lutter contre les abus dans le secteur du logement. L’instauration d’une telle action permettrait de protéger efficacement les locataires.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Deux nouvelles stations Vélo’v à Vaulx-en-Velin et Lyon 7e

Ces stations sont situées place Boissier à Vaulx-en-Velin et dans le secteur de Guillotière-Veyron à Lyon. Trois nouvelles stations sont prévues dans le 2e arrondissement de Lyon et à Villeurbanne.


Confluence : expérimentation d’un dispositif de feu de signalisation innovant

Le SYTRAL mène cette expérimentation sur le cours Charlemagne conjointement avec la Métropole de Lyon et le CEREMA, avec la participation d’Egis. Objectif : favoriser les mobilités actives.


Villeurbanne : en mai, un nouveau secteur du centre-ville en zone 30


Ce changement en matière de vitesse de circulation sera accompagné par la mise en circulation à double sens pour les vélos dans certaines rues.


Un nouvel outil mis en place par la FFB pour la RSE

La FFB a annoncé avoir créé le site « bâtisseur responsable » pour accompagner ses adhérents dans la mise en place d’une démarche RSE.


Oudara Outhabong, nouveau directeur national développement de Pitch Promotion

Il occupe ce poste depuis le 1er janvier 2021.


Alexandre Vincendet reste président de la fédération LR du Rhône

Les adhérents Les Républicains élisaient ce lundi leur nouveau président départemental et leurs représentants aux diverses instances. Ils ont réélu le président sortant, maire de Rillieux-la-Pape.


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.