Le champ d’application de l’action de groupe incompatible avec le droit des rapports locatifs

Tribune Libre de Stéphane Pavlovic, Directeur de la CGL. Actuellement débattu au Parlement, le projet de loi relatif à la consommation de Benoit Hamon prévoit d’autoriser l’action de groupe au profit des consommateurs ayant subi des préjudices du fait des agissements d’un même professionnel. La Confédération Générale du Logement (CGL) est favorable à cette mesure phare mais émet quelques doutes quant à la possibilité que la loi s’applique à tout le secteur du logement. Stéphane Pavlovic, Directeur de la CGL, estime que les dispositions du projet de loi relatif à la consommation portant sur l’action de groupe ne concernent pas le droit des rapports locatifs et ne doivent pas le concerner. Les règles protectrices du droit de la consommation ne s’appliquent pas aux rapports locatifs Le projet de loi vise les préjudices subis par des consommateurs. Or, dans le cadre d’une relation contractuelle avec un bailleur, le locataire n’est pas un consommateur. Le bail d’habitation est un contrat particulier qui répond à une réglementation spécifique, déconnectée du droit de la consommation. Ainsi, le loyer peut être réglementé dans des conditions bien différentes des prix à la consommation (cas des loyers HLM par exemple). Le projet de loi prévoit de sanctionner les manquements d’un professionnel mais le droit des rapports locatifs ne distingue pas la qualité de professionnel ou de non-professionnel du bailleur. Les seules distinctions tenant à la qualité du bailleur, qui existent, sont celles concernant les bailleurs organismes HLM, les bailleurs personnes morales et les bailleurs personnes physiques. Le texte ne concernera que la vente de biens ou la fourniture d’un service. Or le locataire, lui, ne bénéficie pas d’une prestation de service mais du transfert du droit de jouissance d’un logement, c’est à dire du droit d’utiliser le bien pour ce qu’il est : un logement. Les dangers de faire entrer le droit des rapports locatifs dans l’action de groupe prévue par le code de la consommation Pour la CGL, si l’action de groupe prévue par le code de la consommation avait vocation à s’appliquer aux relations bailleurs-locataires, il y aurait une vraie difficulté à déterminer la qualité de professionnel ou non d’un bailleur. En effet, l’action de groupe ne sera ouverte qu’à l’encontre des professionnels. Mais qu’est-ce qu’un bailleur professionnel ? Comment les locataires pourront-ils a priori savoir si l’action de groupe leur est ouverte ? Rien dans la législation ne permet aux locataires de disposer de cette information car le droit des rapports locatifs ne connaît pas la distinction entre un bailleur professionnel et un bailleur non-professionnel. Le cas des logements gérés par des mandataires professionnels La spécificité du droit des rapports locatifs semble exclure la possibilité pour plusieurs locataires d’agir à l’encontre d’un mandataire professionnel. Dans tous les cas, ce point suscitera des difficultés d’interprétation.

En effet, le locataire qui traite avec l’agence mandataire du bailleur n’a aucun lien juridique avec ce professionnel. D’ailleurs, les candidats locataires ne signent aucun contrat avec une agence dans le cadre de leurs démarches de recherche de logement1. On peut même se demander si l’agence immobilière agissant pour le compte d’un non-professionnel (le bailleur) pourrait relever d’une action de groupe en cas de manquement à ses obligations ? Selon la CGL, la réponse doit être négative puisqu’il n’y a pas de contrat entre l’agence et le locataire. Cependant, il est difficile aujourd’hui de savoir quelle sera l’interprétation des tribunaux sur ce point. La nécessaire création d’une action de groupe spécifique en matière de baux d’habitation réservée aux associations représentatives des locataires Une telle action permettrait aux locataires dont le même bailleur est responsable d’un même manquement, d’agir afin d’obtenir réparation de ce manquement, quelle que soit la qualité du bailleur. Seraient concernés tous les manquements aux dispositions régissant les rapports locatifs (loi de 48, loi du 6 juillet 1989, location meublées, locations HLM…). Les associations représentatives des locataires sont reconnues par les pouvoirs publics, siègent à la commission nationale de concertation et sont habilitées à passer des accords collectifs avec les organisations nationales représentatives de bailleurs. Certes, toutes les associations représentatives de locataires sont également des associations de consommateurs agréées mais l’inverse n’est pas vrai. Dès lors, admettre qu’une association de consommateurs qui n’est pas en même temps une association de défense des locataires, puisse représenter des locataires dans le cadre d’une action de groupe, remet en cause toute la construction du syndicalisme logement mis en place depuis plusieurs décennies en France. La CGL demande la création d’une action de groupe spécifique qui permettrait de lutter contre les abus dans le secteur du logement. L’instauration d’une telle action permettrait de protéger efficacement les locataires.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Corbas : DCB Logistics a livré sa plateforme courrier-colis


Celle-ci, qui a été construite en un an, est destinée au groupe La Poste


Tramway T10 : Michèle Picard ne donne pas d’avis sur les variantes

La vice-présidente de la Métropole et maire de Vénissieux organisait mercredi sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.


Emmanuelle Wargon rend public le rapport Girometti/Leclercq

Ce rapport porte sur la qualité d’utilisation du logement, afin d’en faire « un des éléments de référence du logement de demain, plus agréable a vivre, plus sobre en énergie et en foncier, et plus évolutif dans le temps ».


Lancement de la concertation sur la ZFE

nullLa Métropole de Lyon a présenté vendredi sur les modalités de la concertation sur la mise en place de la zone à faibles émissions.


Le pont de Couzon rouvre dès ce mercredi

Dès ce 1er septembre, le pont va rouvrir à tous les modes de déplacement.


Les prix de l’immobilier restent en nette hausse à Lyon

nullLPI-Seloger a fait part vendredi de son dernier baromètre mensuel.


Vers la création d’un 3e cimetière métropolitain au sud de la Métropole de Lyon

Une étude lancée en 2017 a permis d’identifier le site de Charly, au niveau de la route de Saint Abdon. La commune est toutefois opposée au projet.


Lyon, l’une des villes les plus tendues en matière de colocation

nullLocService a fait part de son observatoire de la colocation 2021. Derrière La Rochelle, la capitale des Gaules fait partie des villes où la demande pour ce type de location est la plus forte. Loin devant Saint-Etienne.


Chasse-sur-Rhône : concertation mobile ce jeudi pour l’A46 Sud

Cette concertation sur l’élargissement de l’axe autoroutier interviendra ce 26 août de 9 heures à 12 heures./p>


Élargissement de l’A46 Sud : la concertation publique se poursuit

Une réunion publique numérique se tient ce mardi 24 août à 19 heures.


Décès de Jean-Charles Foddis, directeur exécutif de l’ADERLY

Les hommages se sont succédé, après la disparition brutale du dirigeant de l’agence de développement économique de Lyon.


Début de la concertation pour les lignes T9 et T10

nullCe lundi 23 août marque le début de la concertation de deux lignes de tramway prévues dans le plan de mandat du SYTRAL 2021-2026 : les lignes T9 et T10. Celles-ci vont desservir Lyon, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Saint-Fons, et Vénissieux.


Écully et Saint-Genis-les-Ollières : pas d’état de catastrophe naturelle

Les communes n’ont pas été reconnues en état de catastrophe naturelle au titre des mouvements de terrains survenus les 10 mai et 11 mai de cette année.


Vicat : des résultats semestriels bien accueillis

Le cimentier basé à L’Isle d’Abeau a publié mercredi ses résultats.


Lyon 7 : « À la Source » loue 350 m² de locaux mixtes

Valoris Real Estate était conseil de l’opération.