Les prix de l’immobilier en baisse sur Lyon

Les prix ont fait du yo-yo au premier et deuxième trimestre sur Lyon, selon la FNAIM. Les prix moyens sont en recul de 3.9% sur un an à 3398 euros du m2 à la fin du deuxième trimestre. 

L’inflexion des prix de l’immobilier se confirme sur Lyon et en Rhône-Alpes. Selon les derniers chiffres présentés vendredi par la FNAIM à l’occasion du salon de l’immobilier, le prix du mètre carré est en effet orienté à la baisse sur un an à Lyon comme dans le reste de la région. Selon la section locale de la fédération, on constate en outre un certain resserrement en termes de tendance de prix entre les régions Rhône-Alpes et Ile de France : les prix ont en effet augmenté de 0.4% sur la première région, contre une légère baisse de 0.6% dans la seconde. «  Nous sommes passés d’un marché de vendeur à un marché d’acheteur. Les gens préfèrent attendre plutôt que d’acheter actuellement » déclare ainsi Gilles Cécère, le président de la FNAIM du Rhône.

Sur 2013, on constate ainsi une certaine inflexion sur les prix des appartements anciens. Au deuxième trimestre, en moyenne annualisée, les prix ont ainsi reculé de 3.9% sur un an, à 3398 euros par m2. « On voit qu’il y a un ralentissement : sur 10 ans, nous sommes à +8%, tandis que sur les 5 dernières années, nous ne sommes plus qu’à +3% » constate Gilles Cecere.

« Sur Lyon, cela fait six ans que je suis président, j’en suis à mon douzième salon de l’immobilier, et en matière de tendance c’est la première fois que je vous annonce des prix à la baisse sur Lyon. Il y a augmentation des stocks, même si cela dépend des secteurs » ajoute-t-il. Au premier trimestre, les prix sur Lyon ont ainsi diminué de 8.6%, avant de progresser de nouveau de 6.9% au deuxième trimestre. « En matière d’investissement dans l’immobilier, on reste malgré tout sur une tendance haussière de 8% sur 10 ans» se réjouit toutefois Gilles Cecere.

La rentabilité locative remonte

La hiérarchie des arrondissements reste, elle, identique, avec un deuxième  arrondissement toujours en tête des arrondissements lyonnais en termes de prix au m2 (à 4739 euros), devant les sixième ( à 4539 euros), quatrième (à 3889 euros) et premier (à 3873 euros) arrondissements. Le neuvième reste le moins onéreux des arrondissements lyonnais, à 2743 euros le m2, devant le cinquième arrondissement (à 3048 euros le m2). D'un point de vue géographique, « l’écart a toutefois tendance à se rétrécir entre les différents prix au m2 » analyse toutefois le président de la FNAIM.

Du fait de la récente baisse des prix de l’immobilier, la rentabilité locative, elle, remonte, au-dessus des 4.5% (contre 4.25% en 2012). Car les loyers sont, eux aussi, à la hausse. Ces derniers ont en effet progressé de 3%, à 13 euros le m2 (avec toutefois des différences sensibles entre arrondissements). Mais derrière les chiffres, le président note toutefois des signaux plus mitigés sur ce marché. « Nous avons plus de vacance locative (…) Le taux de vacance est haussier sur Lyon par rapport à l’année dernière. On a plus de difficulté à relouer, car les gens relouent moins» tempère-t-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Hé ben !!!
On m’avait dis que l’immobilier ça ne pouvait pas baisser !
On m’aurait menti ?
Au fait, ils sont où les charlots qui nous soutenaient il y a encore 3 mois que les prix à Lyon ne baisseraient jamais ?

Merci aux professionnels de l’immobilier de nous dire enfin la vérité…

Et pour nos amis vendeurs, encore un petit effort de baisse.. Quand on arrivera à moins de 3000euros le m², on commencera à se ré-intéresser à vos biens …

Signaler un abus

Je travaille dans une très grosse étude notariale en tant que clerc dans le 8eme arrondissement.
Les transactions sont en baisse depuis 2 ans, avec quelques remontées dues à l’activité saisonnière habituelle mais la tendance est très clairement à la baisse.
Depuis la rentrée, plus aucune transaction ne se fait. C’est impressionnant, je n’ai jamais connu cela en 18 ans de carrière. Et les prix, quoi qu’on en dise, sont aussi à la baisse. Je vois désormais couramment passer des biens de plus de 80m2 à mois de 250000€ en très bon état et dans des coins tout à fait respectable.

Signaler un abus

Je ne sais plus quoi penser concernant les prix de l’immobilier Lyonnais.
Sur ce même site, 5 jours avant la parution de cet article, les prix avaient augmentés de 5% :
http://www.lyonpoleimmo.com/2013/10/10/29149/prix-de-limmobilier-signaux-contrastes-pour-lyon/

Signaler un abus

A Jeannot,

Mettez vous à leurs places. 😉

Écrire plusieurs articles par semaines alors que les tendances prennent des mois à s’affirmer c’est pas évident.

Alors on commente chaque petite fluctuation. ca monte ca descend ca remonte etc… a bon non… en faite c’est stable depuis trois mois…

Signaler un abus

Allez allez, encore un petit effort !

Signaler un abus

Il n’y a plus de transactions et moi agent immobilier, je suis rémunéré comme les notaires à chaque transaction. Donc je dois faire revenir les gens vers l’immobilier. Comment? Simple, il faut leur dire que ça baisse et fixer les anticipations.
La baisse des prix annoncée n’existe pas, simplement on fait revenir les pigeons.

LES PRIX BAISSENT PAS À LYON.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.