Pas de net rebond des prix de l’immobilier au 1er semestre

La FNAIM a fait un point jeudi sur la situation du marché du logement au premier semestre.

Quelques jours après les réseaux d’agences, tels que Century 21, Laforêt, ou Orpi, c’était au tour de la FNAIM de communiquer ses chiffres du premier semestre 2015. La fédération a notamment fait part d’une timide reprise de l’activité. « Le nombre de transactions, relativement stable depuis trois ans autour de 700 000, augmente à 707 000 sur les 12 derniers mois. Il reste toutefois très loin de son niveau d’avant la crise de 2008 (810 000 en 2007, 821 000 en 2006) » note la fédération. 89 616 réservations annuelles avaient été enregistrées à fin mars 2015, soit + 3,5 % par rapport à fin décembre 2014 mais en baisse de 14 % par rapport à la moyenne observée entre 2000 et 2007.

Jean-François Buet, Président de la FNAIM, a, à l’occasion de la publication de la note de conjoncture de la Fédération, insisté sur le décalage entre la production législative et les besoins du secteur : « nos politiques s’ingénient à répondre à des questions que personne ne se pose et à éluder les vraies interrogations. L’inflation législative et réglementaire est déjà préjudiciable en soi. Elle l’est encore plus quand les textes sont déconnectés de la réalité. Entre les pouvoirs publics et l’immobilier, l’incompréhension persiste et le marché s’en ressent ».

Investissement locatif en berne

Sur la fin 2015, la fédération reste confiante, si toutefois les taux restent bon marché. « En cet été 2015, l’immobilier résidentiel a probablement touché le fond et pourrait reprendre vigueur, à condition que son principal moteur, le crédit à bas prix, ne lui fasse pas défaut. Or, l’évolution des taux d’intérêt, liée notamment à l’issue de la crise grecque, reste la grande inconnue » indique la FNAIM.

Parmi les phénomènes marquants, l’organisation déplore un investissement locatif en panne, ainsi que des « résidences secondaires en vrille ». « Il est urgent de relancer l’investissement locatif des particuliers. Ce serait bon pour tout le monde : pour ceux qui cherchent à se loger, bien sûr, mais aussi pour les retraités, actuels ou futurs. Car, qu’on le veuille ou non, l’investissement locatif reste le meilleur moyen de se constituer un revenu en complément de la pension de retraite », indique Jean-François Buet.

Prix stables

Au niveau des prix, ceux de l’ancien « connaissent un léger rebond avec une augmentation de +0,4% sur la France entière entre le 1er et le 2e trimestre. Mais ils affichent toujours une baisse de -2,2% sur douze mois glissants. Ils ont retrouvé leur niveau de 2006 » note la fédération. En Rhône-Alpes, la baisse des prix sur 12 mois est comprise entre -4% et -2%. Lyon fait toutefois partie des villes, avec Paris, Clermont-Ferrand et Bordeaux, où les prix augmentent, de 0 à 3% sur les 12 derniers mois.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« Investissement locatif en berne »… C’est discutable. Pinel a mis un bon coup de fouet à l’immobilier locatif, dans le neuf, certes. A Toulouse, la FPI avait communiqué sur +34% fin 2014 (de mémoire).
Montpellier s’en tire pas mal non plus, d’autant plus que les plafonds des loyers ont été revus à la hausse. Cela augure donc un meilleur rendement locatif : http://conseils-appartement-neuf.fr/montpellier-neuf-connait-pas-crise/ Et puis, si les prix de l’immo restent chers, ils sont parmi les plus bas de la région !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.