Pas de net rebond des prix de l’immobilier au 1er semestre

La FNAIM a fait un point jeudi sur la situation du marché du logement au premier semestre.

Quelques jours après les réseaux d’agences, tels que Century 21, Laforêt, ou Orpi, c’était au tour de la FNAIM de communiquer ses chiffres du premier semestre 2015. La fédération a notamment fait part d’une timide reprise de l’activité. « Le nombre de transactions, relativement stable depuis trois ans autour de 700 000, augmente à 707 000 sur les 12 derniers mois. Il reste toutefois très loin de son niveau d’avant la crise de 2008 (810 000 en 2007, 821 000 en 2006) » note la fédération. 89 616 réservations annuelles avaient été enregistrées à fin mars 2015, soit + 3,5 % par rapport à fin décembre 2014 mais en baisse de 14 % par rapport à la moyenne observée entre 2000 et 2007.

Jean-François Buet, Président de la FNAIM, a, à l’occasion de la publication de la note de conjoncture de la Fédération, insisté sur le décalage entre la production législative et les besoins du secteur : « nos politiques s’ingénient à répondre à des questions que personne ne se pose et à éluder les vraies interrogations. L’inflation législative et réglementaire est déjà préjudiciable en soi. Elle l’est encore plus quand les textes sont déconnectés de la réalité. Entre les pouvoirs publics et l’immobilier, l’incompréhension persiste et le marché s’en ressent ».

Investissement locatif en berne

Sur la fin 2015, la fédération reste confiante, si toutefois les taux restent bon marché. « En cet été 2015, l’immobilier résidentiel a probablement touché le fond et pourrait reprendre vigueur, à condition que son principal moteur, le crédit à bas prix, ne lui fasse pas défaut. Or, l’évolution des taux d’intérêt, liée notamment à l’issue de la crise grecque, reste la grande inconnue » indique la FNAIM.

Parmi les phénomènes marquants, l’organisation déplore un investissement locatif en panne, ainsi que des « résidences secondaires en vrille ». « Il est urgent de relancer l’investissement locatif des particuliers. Ce serait bon pour tout le monde : pour ceux qui cherchent à se loger, bien sûr, mais aussi pour les retraités, actuels ou futurs. Car, qu’on le veuille ou non, l’investissement locatif reste le meilleur moyen de se constituer un revenu en complément de la pension de retraite », indique Jean-François Buet.

Prix stables

Au niveau des prix, ceux de l’ancien « connaissent un léger rebond avec une augmentation de +0,4% sur la France entière entre le 1er et le 2e trimestre. Mais ils affichent toujours une baisse de -2,2% sur douze mois glissants. Ils ont retrouvé leur niveau de 2006 » note la fédération. En Rhône-Alpes, la baisse des prix sur 12 mois est comprise entre -4% et -2%. Lyon fait toutefois partie des villes, avec Paris, Clermont-Ferrand et Bordeaux, où les prix augmentent, de 0 à 3% sur les 12 derniers mois.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« Investissement locatif en berne »… C’est discutable. Pinel a mis un bon coup de fouet à l’immobilier locatif, dans le neuf, certes. A Toulouse, la FPI avait communiqué sur +34% fin 2014 (de mémoire).
Montpellier s’en tire pas mal non plus, d’autant plus que les plafonds des loyers ont été revus à la hausse. Cela augure donc un meilleur rendement locatif : http://conseils-appartement-neuf.fr/montpellier-neuf-connait-pas-crise/ Et puis, si les prix de l’immo restent chers, ils sont parmi les plus bas de la région !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]