Crédit immobilier : les taux poursuivent leur remontée

Les courtiers en crédit ont fait état d’une poursuite de la remontée des taux en août.

Les principaux intermédiaires ont fait état cette semaine dans leurs baromètres mensuels d’une poursuite du mouvement de remontée des taux de crédit immobilier en août, alors même qu’ils avaient enregistré une nette hausse le mois précédent. La moitié des partenaires bancaires de Meilleurtaux.com ont relevé leurs barèmes en juillet quand les autres les ont laissés inchangés. Ainsi les taux moyens s’affichaient à 2,20% sur 15 ans (+0,15%), 2,45% sur 20 ans (+0,20%) et 2,85% (+0,25%) sur 25 ans. « Nous avons donc assisté à une remontée des moyennes des taux bancaires qui positionne néanmoins toutes les durées y compris le 25 ans sous la barre des 3% et le 20 ans sous la barre des 2,50% » analyse Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

La hausse d’août est toutefois moins importante que le mois dernier, selon Emprunt Direct : « ce mouvement reste moins marqué qu’en juillet, l’amplitude étant, pour la plupart des maturités et des qualités de dossiers, de 5 points de base. On notera toutefois une hausse de 10 points de base pour les emprunteurs disposant d’un excellent dossier et souhaitant emprunter sur une durée de 10 ans»  précise le courtier. « Nous sommes revenus aux conditions proposées en début d'année 2015», souligne Cécile Roquelaure, directrice de la Communication et des Etudes d'Empruntis.

Surcharge des banques

« Les excellents dossiers ne sont pas non plus épargnés et enregistrent également des hausses identiques, ce qui illustre la surcharge réelle des banques qui même sur les excellents dossiers limitent l’ampleur des décotes» remarque Maël Bernier, Directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com.

Les courtiers font en effet plus que jamais état d’un long traitement des dossiers de financement. « Le phénomène d'engorgement des établissements bancaires ne tend malheureusement pas à se résoudre en cette période estivale et les délais observés pour l'octroi d'un accord bancaire continuent à se rallonger », explique Cécile Roquelaure. « L’acquéreur souhaitant un financement doit absolument intégrer dans son projet un délai de traitement bien plus important qu’il y a quelques mois» renchérit Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct. « Les compromis de vente prévoient des conditions suspensives dont le délai est classiquement de 45 jours. Dans le contexte actuel, afin d'éviter tous risques de dépasser ce délai, nous conseillons vivement aux futurs acheteurs de négocier des délais plus longs, de l'ordre de 60 jours, pour l'obtention de l'accord bancaire » conseille Cécile Roquelaure.

Moindre agressivité commerciale

Les établissements sont, selon les courtiers, moins agressifs commercialement, nombre d’entre eux ayant d’ores et déjà réalisé leurs objectifs sur cette partie d’année. « Ceci leur permet d’optimiser leurs politiques en matière de marges en rehaussant leurs taux, alors même que l’afflux de dossiers au premier semestre a augmenté leur temps de traitement, lequel atteint des records. La sélectivité des banques a, de fait, tendance à augmenter: les banques n’hésitent plus à ne pas prendre en charge certains dossiers» indique Alban Lacondemine, en précisant que les banques privilégient le traitement des dossiers des acquéreurs, plutôt que celui des renégociations.

Pour la rentrée, les intermédiaires ne tablent pas sur une flambée des taux. Selon Sandrine Allonier, Responsable des relations banques chez Vousfinancer.com, « pour le mois de septembre, mois traditionnellement riche en transactions immobilières, les banques devraient proposer des taux attractifs afin de conserver leurs parts de marché et continuer à conquérir une clientèle haut-de-gamme, avant de remonter légèrement leurs taux en fin d’année une fois qu’elles auront atteint, voire dépassé, leurs objectifs ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.