La tourbière du Grand-Lemps, une vieille dame de 15 000 ans

Bien qu’elles aient traversé les âges, les tourbières sont des écosystèmes particulièrement fragiles, qui font l’objet de soins attentifs et de plans de gestion visant la restauration et la protection de leur richesse patrimoniale. Visite du jardin de la tourbière du Grand-Lemps avec son conservateur, Grégory Maillet.

La Tourbière du Grand-Lemps et de Châbons est un morceau de Scandinavie sauvegardé près de chez nous. Les remontées d’eau froide par le fond, résurgences de sources à 12/14 °C, et le climat de ce secteur du Dauphiné connu comme « Terres froides » expliquent en grande partie le phénomène.

La dépression dans laquelle la tourbière a pris naissance, à l’époque post-glaciaire, est une des vallées creusées par les doigts du glacier du Rhône, qui venait ici se confronter à celui de l’Isère.

Très tôt objet d’attentions de la part de la collectivité, les 53,5 ha de la tourbière sont classés Réserve naturelle depuis 1993 et un périmètre plus large (850 ha) suivant les limites du bassin versant (sur les communes de Châbons, Le Grand-Lemps, Bizonnes, Burcin et Colombe) constitue la zone Natura 2000.

1 mètre en 1000 ans

Grégory Maillet, conservateur auCEN Isère, connait son sujet sur le bout du doigt. Il comment la visite pour Stéphane Collet-Beillon, technicien Environnement de Bièvre-Est et Marie-Pierre Barani, maire de Châbons. Cette dernière est un peu chez elle dans le jardin de la tourbière, qui s'étend également sur sa commune, et non pas seulement sur celle du Grand-Lemps. [Photo Enviscope]

Grégory Maillet, conservateur au CEN Isère, connait son sujet sur le bout du doigt. Il commente la visite pour Stéphane Collet-Beillon, technicien Environnement de Bièvre-Est et Marie-Pierre Barani, maire de Châbons. Cette dernière est un peu chez elle dans le jardin de la tourbière, qui s'étend également sur sa commune, et non pas seulement sur celle du Grand-Lemps. [Photo Enviscope]

La quasi-totalité du site appartient au domaine privé et seule la zone acquise par le Conseil général et aménagée en jardin de Tourbières est accessible librement. Grâce à ses quelque 450 m d’allées en caillebotis, il donne au public un point de vue irremplaçable sur les différents types de flore et d’habitats.
La particularité du milieu est liée à la constitution de la tourbe, cette matière organique fossile, accumulée sur une très longue période. Il faut mille ans pour obtenir un mètre de tourbe. Quinze mètres de tourbe représentent donc quinze-mille ans. Comme dans la glace, on peut y faire des carottes et étudier la composition de chaque tronçon.

Ce travail a été réalisé par la palynologue Jeannine Clerc, qui grâce à l’étude des pollens contenus dans les prélèvements a pu déterminer les grands événements marquant chaque période (disparition des grands herbivores, arrivées des Romains, plantation des premières vignes,…).

L’homme a pris le relais de l’auroch

Depuis les années 50, 80% des tourbières ont disparu dans le département, indique Grégory Maillet, conservateur du CEN Isère[1], gestionnaire de la Tourbière. Dans celles qui restent, beaucoup d’espèces sont menacées. Les papillons, les libellules (49 espèces recensées), le triton crêté, l’araignée dolomède ou le héron butor étoilé sont quelques exemples de ces représentants de la faune, très vulnérables à la pollution, qui évidemment s’accumule dans les points bas que constitue la tourbière.

Du côté de la flore, réserve naturelle ne veut pas dire laisser faire la nature.

Les milieux se ferment inexorablement et la forêt prend le dessus. L’homme avait pris le relais de l’auroch ou l’élan, qui maintenaient naturellement l’ouverture du milieu, mais le fauchage à la main a été interrompu en 1967.

Aujourd’hui si l’on ne veut pas que les bouleaux envahissent les roselières, habitat de nombreuses espèces d’oiseaux, si on veut maintenir la prairie tourbeuse des orchidées, préserver les sphaignes ou limiter la croissance de plantes carnivores comme la sarracénie pourpre, il faut jardiner la nature.

Un plan de gestion sur 10 ans

C’est un gros travail de surveillance, collecte et protection qui est objectivé par le CEN Isère dans un plan de gestion. Celui prévu de 2010 à 2019 détaille 21 objectifs à long terme, dont les priorités vont à la préservation de la qualité optimale de l’eau, la conservation des habitats naturels en milieux alcalins et acides, la protection des amphibiens (tritons), de l’avifaune, des odonates (libellules), de la tortue cistude et de l’intégration de la tourbière dans un réseau de bio-corridors.

De très nombreux objectifs opérationnels, scientifiques, d’accompagnement ou de fréquentation, ainsi que leur programmation, viennent décliner l’ensemble du plan.

Pour préserver la qualité de l’eau par exemple, Grégory Maillet explique qu’il travaille conjointement avec la Chambre d’agriculture et les agriculteurs (une vingtaine sur le bassin versant), pour les inciter à convertir les parcelles cultivées en pâtures, comme on le fait sur des zones de captage prioritaire.

Des bonnes pratiques qui finissent par se diffuser et permettent de préserver pour le public et les générations futures ce milieu si original qu’est la tourbière.

antoine.reboul@enviscope.com

 

POUR EN SAVOIR PLUS

http://www.cen-isere.org/sites-amenages/reserve-naturelle-nationale-du-grand-lempschabons/#toggle-id-2

 

[1] Créée en 1985, l’Association Avenir, devenue Conservatoire d’Espaces Naturel Isère, gère une vingtaine de sites naturels remarquables. Le CEN Isère intervient également sous forme d’assistance aux communes dans le cadre de leurs projets d’aménagements. Il coordonne des inventaires départementaux de milieux naturels et participe à l’élaboration de documents d’objectifs Natura 2000.
En 2013, le CEN Isère a reçu l’agrément national des conservatoires d’espaces naturels, délivré par le préfet et le président de la Région. CEN Isère est une des 4 entités départementales du conservatoire régional le CREN.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La convention Patrimonia 2020 ouvre ses portes pour 2 jours


Cette convention ouvre les 1er et 2 octobre au centre des congrès de Lyon, à la Cité internationale, dans le 6ème arrondissement.


Signature de la convention départementale de sécurité

La préfecture du Rhône, le parquet de Lyon et de Villefranche-sur-Saône et ABC HLM du Rhône ont signé ce mardi cette convention ayant pour objectif d’améliorer la tranquillité publique et résidentielle dans le parc social.


Grenoble : ouverture de la plus grande voie de covoiturage de France

Cette voie de covoiturage de France, longue de 8 km, sur l’A480 a été activée ce mercredi à l’entrée nord de notre agglomération.


Pas de « Convergence Vélo » cette année

Du fait du contexte sanitaire, la Métropole de Lyon a annoncé l’annulation de l’édition 2020 de cette opération visant à promouvoir l’usage du vélo.


A Villeurbanne, 1ère opération de piétonisation hors de Lyon

L’opération, intitulée « la voie est libre », était également organisée ce week-end dans la ville.


Un week-end piéton élargi à Lyon, avec «La voie est libre»

Les 26 et 27 septembre, les villes de Lyon, de Villeurbanne et la Métropole ont fait le choix d’organiser un weekend piéton dans le coeur de la Presqu’île, mais aussi dans tous les arrondissements de Lyon et à Villeurbanne.


Caluire : des voies cyclables aménagées sous 6 semaines à Saint-Clair

La Métropole de Lyon a indiqué vouloir aménager les voies cyclables dans le secteur Saint-Clair à Caluire et entre le pont Poincaré et le boulevard Stalingrad.


Un marché locatif « fortement touché par la récession », selon une étude

A l’initiative de Cushman & Wakefield, une étude rédigée par un think tank international composé de chercheurs et d’économistes du monde entier aborde les conséquences de la crise sanitaire sur l’immobilier de bureaux.


Jean-Pierre Berger, nouveau président du SCOT Sud-Loire

Il succède à Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole.


Fermeture de la traversante entre la rue des Capucins et la rue Terme

Un segment de rue situé dans le premier arrondissement de Lyon est désormais fermé à la circulation de véhicules motorisés.


Alliance de Dynacité et de la CERA dans le logement intermédiaire

Les deux entités ont annoncé mercredi créer MyLi, une société spécialisée dans la production et la gestion de logements locatifs intermédiaires.


Fabien Bagnon, nouveau président de LPA

Le 13ème vice-président de la Métropole de Lyon chargé des mobilités actives été élu PDG de l’entreprise par le conseil d’administration de la SEM.


La commission permanente adopte des mesures face à la crise sanitaire

La commission permanente s’est réunie et a adopté une série de délibérations pour faire face à la crise sanitaire du Covid- 19.


Avec l’usage croissant du vélo, la mortalité des cyclistes augmente

Avec le passage du tour de France à Lyon, la préfecture a tenu à sensibiliser les usagers.


Les zones d’emploi des Métropoles regroupent la moitié de l’emploi de la région

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié une étude, réalisée avec la Direccte, sur les nouvelles zones d’emploi de la région.