« Diversifier le peuplement et les statuts d’occupation»

Daniel Godet est le directeur général de Grand Lyon Habitat. Il évoque la réhabilitation de la résidence Louis Loucheur, dans le 9ème arrondissement de Lyon.

La résidence Loucheur a été édifiée en 1954. Celle-ci n’avait jusqu’ici jamais été réhabilitée ?

Si. Il y avait eu une rénovation, il y une vingtaine d’années. On avait d’ailleurs essayé, à l’époque, d’installer des ascenseurs, car il n’y en avait pas. Nous avons dû renoncer car la configuration de l’immeuble conduisait à des coûts complétement exorbitants. Il n’y avait pas de solution bon marché : toutes conduisaient à des couts très élevés pour un résultat qui n’était pas bon.

Il n’y a donc toujours pas d’ascenseur ?

Non, mais ce n’est pas une revendication, a priori. Les locataires ont bien compris qu’il y avait un problème conceptuel qui impliquait qu’on ne pouvait pas le faire dans des conditions économiques raisonnables. Cette absence d’ascenseur joue aussi sur les prix, car les logements que l’on vendra aux locataires s’ils le souhaitent le sont à un prix relativement modeste.

Nous avons réalisé 40.000 euros de travaux par logement, et on va vendre 140.000 euros un T3, ce qui représente un prix au m² de 2.000 à 2350 euros, suivant la position, la typologie. C’est un prix tout à fait raisonnable pour un logement dans lequel les acquéreurs n’auront pas de travaux à faire pendant des années, et ce d’autant plus que la résidence est très bien placée et dispose d’espaces privatifs qualitatifs. Le rapport qualité/prix est tout à fait correct, en particulier pour des ménages modestes.

Lorsque l’immeuble est ancien, on réhabilite pour que les locataires n’aient pas, pendant 10, 15, voire 20 ans, à supporter de frais importants. L’immeuble va donc rester pendant longtemps avec des gens qui sont locataires, et des gens qui ont décidé d’acheter leur logement.

Sur les 102 logements de cette résidence, combien de logements comptez-vous vendre au total ?

L’expérience montre qu’au bout d’une dizaine d’années, il y a en général un peu plus de la moitié des logements qui sont vendus, et la moitié des logements qui sont occupés par des locataires. C’est un bon équilibre.

Jusqu’où pouvez-vous aller dans la vente de logements au sein d’un immeuble ?

Nous avons mis en vente les premiers logements dans nos immeubles il y a plus de 25 ans. Et ceux-ci ne sont pas encore totalement vendus.

Dans ces immeubles, assurez-vous le syndic de copropriété ?

Oui, tel que la loi le prévoit. Nous avons développé maintenant depuis longtemps au sein de Grand Lyon Habitat un syndic interne professionnel qui gère l’ensemble de nos copropriétés. Ce sont soit des immeubles issus de nos mises en vente, soit des immeubles résultants des VEFA. Nous achetons aussi des immeubles pour les réhabiliter et les transformer en logements sociaux. Ces immeubles sont en partie en copropriété. Ceci constitue un ensemble de lots. Il y a actuellement, dans notre parc de logements, plus de 140 résidences en copropriété gérées par notre syndic interne, sur nos 400 résidences.

Le développement de la VEFA vous a ainsi contraint à développer cette compétence…

Absolument. La vente du parc, la VEFA, l’acquisition amélioration nous a amené à nous professionnaliser sur la gestion de syndic de copropriété…

Y-a-t-il pour l’achat des appartements, une priorité pour les locataires ?

Il y a 17 logements vacants. Tous les autres logements de la résidence (NDLR : la résidence compte, au total, 102 logements) sont occupés. Ces 17 logements sont réservés prioritairement à des locataires qui voudraient les acheter. Mais en général, les locataires achètent très tôt le logement qu’ils occupent.

Tous les logements peuvent en effet être achetés par les locataires : ceux où ils vivent, mais aussi les logements vacants. Une fois que les locataires se seront positionnés, les logements vacants qui ne seront pas vendus seront ouverts à la commercialisation. D’abord à l’attention des locataires d’autres résidences de Grand Lyon Habitat.

S’il n’y a pas d’autres locataires de Grand Lyon Habitat qui veulent acheter, on ouvre la commercialisation à d’autres acheteurs privés, pourvu qu’ils respectent un niveau de revenu qui correspond au locatif intermédiaire. Ceci pour réserver la destination de ces logements à une clientèle ayant des plafonds de revenus raisonnables. Il s’agit ainsi de diversifier le peuplement et de diversifier les statuts, puisqu’il y aura des locataires et des propriétaires.

Cet immeuble est situé dans le QPV Loucheur – Gorge de Loup. Existe-t-il, de ce fait, des aides pour l’amélioration ?

Non. Le montage financier est réalisé en grande partie sur fonds propres, en partie via un emprunt relais par rapport aux logements que l’on va vendre, mais aussi par un emprunt qui sera remboursé par les petites hausses de loyers qui seront appliquées sur le solde logements qui resteront locatifs. L’emprunt représente 6% du montant de l’investissement.

Avez-vous discuté de ces hausses avec les associations de locataires ?

Oui. Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que l’on n’irait pas au-delà de 10% d’évolution des loyers, ce qui représente entre 15 et 30 euros maximum suivant la typologie.

Cette hausse sera, sans doute, compensée par des gains sur le chauffage…

Oui, car nous sommes passés de catégorie consommatrice à une catégorie C et C+. Ils auront donc une consommation moins élevée, avec des coûts minorés pour leur logement. On sait que les charges de chauffage pèsent sur les ménages, et que l’investissement réalisé dans cette optique est durable car les énergies couteront de plus en plus cher.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Nous avons une action très importante pour le foncier économique»

nullBéatrice Vessiller est la vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme. Nous évoquons avec elle le lancement de la révision du SCOT, les grandes opérations d’urbanisme récemment présentées, et les enjeux en matière d’accueil d’activités économiques.


L’artisanat du bâtiment fait part d’indicateurs en baisse

La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes a fait part d’un « marché en souffrance dans un contexte économique bouleversé ».


La confiance des ménages et des acteurs du BTP se dégrade

L’INSEE a fait part ce mercredi de son indice de confiance des ménages, après avoir publié la veille son enquête trimestrielle dans la promotion immobilière et celle dans l’artisanat du bâtiment.


La Métropole de Lyon réaffirme son soutien aux Worldskills

nullLa collectivité a annoncé son soutien plein et entier à cet événement. Elle regrette l’absence d’engagement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.


Hausse de MaPrimeRénov’ : une mesure en trompe l’œil pour la CAPEB

Le gouvernement avait annoncé en cours de semaine dernière une augmentation pour les pompes à chaleur et chaudières biomasse.


Le Plan Résilience, un signal « à amplifier rapidement », selon la FFB

La fédération française du bâtiment a fait part de sa réaction suite au plan présenté mercredi par le Premier ministre. Pour elle, il s’agit d’un premier signal pour le BTP à rapidement amplifier.


Symbiote alerte sur des pertes d’environ 13.000 emplois

nullLe syndicat multi branches des industries et des opérateurs de la transition énergétique a fait part de licenciements massifs depuis 6 mois avec une estimation de pertes d’environ 13.000 emplois. Il a adressé en ce sens une lettre ouverte au ministère.


L’Anah a financé la rénovation de 751.646 logements en 2021

MaPrimeRénov’ a notamment rencontré le succès, avec 764.732 dossiers déposés en 2021 et 644.073 primes accordées, soit 2,06 milliards d’aides distribuées.


« Nous avons un méta projet, le projet de la ‘Métropole harmonieuse’ »

nullOlivier Bianchi est maire de Clermont Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole. Nous évoquons avec lui la méthode qui a permis de mettre au point et voter en décembre une programmation pluriannuelle des investissement sur 10 ans. Nous échangeons plus largement, avec lui, sur l’organisation de la 4e Métropole d’Auvergne-Rhône-Alpes, et les enjeux de celle-ci.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la pénurie de main d’œuvre

L’artisanat du bâtiment en Auvergne-Rhône-Alpes a fait part de son étude de conjoncture du 3e trimestre 2021. Celle-ci fait état d’une activité dynamique sur un marché toujours en tension.


Rebond des ventes du commerce, difficultés de recrutement chez les artisans

L’INSEE a fait part cette semaine de plusieurs statistiques attestant du rebond de l’activité.


Emmanuelle Wargon promeut un modèle durable pour les maisons individuelles

nullLa ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, a rappelé jeudi ses priorités lors du discours de clôture de l’opération « Habiter la France de demain ». Mais ses propos sur la place de la maison individuelle ont été vivement commentés, l’obligeant à répondre vendredi aux critiques des fédérations.


Loi climat et résilience : l’impact sur l’immobilier et les transports

Après plusieurs mois d’examen et une commission mixte paritaire conclusive, les députés et les sénateurs ont adopté cette semaine ce projet de loi qui aura un impact important en matière de végétalisation, d’isolation des bâtiments ou sur la qualité de l’air via de nouvelles ZFE.


MaPrimeRénov’ devient accessible aux bailleurs


Ceci va permettre aux propriétaires bailleurs de déposer leur demande d’aides pour tous les travaux éligibles réalisés depuis le 1er octobre 2020.


La FFB et la ministre chargée du logement satisfaites du succès de Maprimerénov’

nullEmmanuelle Wargon a, lors du congrès national de la FFB, évoqué les derniers chiffres très positifs du dispositif, et les ambitions du gouvernement en matière de rénovation. Elle a également appelé qu’un nouvel accompagnement allait arriver en 2022.