La CAPEB affiche sa prudence quant aux mesures gouvernementales

La confédération se montre prudente quant à certaines mesures plan logement dévoilé mercredi par le gouvernement. Elle critique par ailleurs le rétrécissement du champ d’application du PTZ et du dispositif Pinel.

Après d’autres organisations professionnelles, la CAPEB a réagi ce vendredi au plan logement du gouvernement présenté mercredi. Dans un communiqué, la Confédération a indiqué trouver regrettable que les mesures annoncées l'aient été sans réelle concertation. La CAPEB entend ainsi être consultée pour la mise en œuvre des futurs projets de loi. Par ailleurs, la CAPEB constate que les mesures annoncées l’ont été dans un seul objectif d’économies budgétaires. Elle regrette par ailleurs l'absence d'étude d'impact portant sur les conséquences sur les marchés de la construction et de la rénovation.

Elle se montre toutefois satisfaite sur certains points du plan comme l’accompagnement prévu pour généraliser le recours au numérique dans le bâtiment, la prime à la conversion des véhicules ou encore la mesure visant à libérer le foncier en luttant contre la rétention foncière. « L’abattement fiscal sur les plus- values pour la vente de terrains en zones tendues permettra d’accélérer les mises en chantiers et donc de construire plus rapidement ». Elle salue par ailleurs le gel de toute nouvelle réglementation, en dehors des domaines de la santé et de la sécurité. La CAPEB cependant s’interroge sur le sort qui sera réservé à la future réglementation E+C- relative à l’énergie des bâtiments.

Elle se satisfait également du maintien du PTZ dans l’ancien sur une durée de 4 ans, une mesure que le secteur attendait. Quant au PTZ pour la construction neuve, une reconduction pour 4 ans sur tout le territoire national aurait été préférable, selon elle. À terme, le PTZ devrait être en effet limité aux zones B1 et A.

Sur le dispositif Pinel, elle note que sa prolongation est « une bonne mesure néanmoins elle aussi circonscrite à certaines zones tendues ». « Le rétrécissement de leurs champs d’applications risque de peser sur l’activité dans le neuf avec le risque de provoquer une baisse de l’activité du secteur » ajoute-t-elle.

La confédération critique sur certains points du CITE

Elle se montre également critique sur certains points du CITE. Si elle se satisfait de la reconduction de ce crédit d’impôt, elle est en revanche totalement opposée à l’exclusion des fenêtres, des vitrages et des volets « qui peuvent remettre en cause l’approche globale de la rénovation, qui a fait ses preuves en matière de performance énergétique. Dans ce contexte, l’exclusion des chaudières fioul les plus performantes (hybrides notamment) est évidemment une erreur », note-t-elle.

« Nous ne comprenons pas ces décisions prises trop rapidement qui pourraient au bout du compte mettre fin à la reprise de la croissance qui se confirme en 2017. Cela risque d’être un mauvais signal pour l’activité de nos entreprises. Quant au CITE, je demande que le champ des modifications annoncées soit totalement reconsidéré », commente Patrick Liébus.

Prudence sur le « coup de pouce CEE »

Elle se montre par ailleurs sa prudence quant au « coup de pouce CEE », incitant les ménages aux revenus modestes à changer leur chaudière fioul pour une chaudière utilisant des énergies renouvelables (chaudière bois ou pompe à chaleur). « Ce coup de pouce représente un montant pouvant aller jusqu’à 3000 euros pour la grande précarité », rappelle-t-elle, tout en notant qu’elle reste vigilante quant à l’application de cette mesure visant à inciter la substitution à une chaudière fioul performante un système EnR. « Il est en effet indispensable de prendre en compte la pertinence technique et économique de la solution à mettre en œuvre. Par ailleurs, si la CAPEB se réjouit de la prolongation de l’opération ‘Coup de Pouce’, elle s’interroge sur la pérennité des autres actions du dispositif actuel valable jusqu’au 31 mars 2018 », explique-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


Écoles, collèges : performance énergétique et piétonisation, priorités de la Métropole

La piétonisation aux abords des établissements scolaires a été lancée dès cet été de manière prioritaire. La Métropole va également lancer un audit en matière de performance énergétique des collèges.


Les chefs d’entreprise du bâtiment plus confiants

Selon l’INSEE, l’opinion des chefs d’entreprise du bâtiment sur leur activité récente et sur leurs carnets de commandes a continué de s’améliorer en août.


Bruno Bernard va s’entretenir avec BTP Rhône

Le président de la Métropole de Lyon recevra cet après-midi les représentants de la fédération du BTP.


Rénovation, lutte contre l’artificialisation : des acquis pour la Convention citoyenne

Le gouvernement met en œuvre une première série des recommandations de la Convention citoyenne pour le climat.


La FFB lance une campagne de promotion de l’apprentissage


La fédération française du bâtiment (FFB) Auvergne Rhône-Alpes a lancé une campagne, intitulée «Wanted!», afin d’inciter les jeunes à se former aux métiers du BTP.


Un plan de relance de 4 à 5 milliards d’euros pour le bâtiment et la rénovation


Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique en charge du Logement, était dimanche matin l’invitée de du grand rendez-vous Europe 1/Cnews/Les Echos.


Emmanuelle Wargon, nouvelle ministre en charge du Logement

Julien Denormandie quitte le ministère du Logement pour prendre le portefeuille de l’agriculture.


Rénovation énergétique : 9 Régions engagées aux côtés de l’Etat

Ces dernières vont mettre en place des guichets d’accompagnement des Français qui désirent rénover leur logement. Auvergne-Rhône-Alpes fait partie des territoires engagés dans le dispositif.


La FFB présente son plan de relance


La fédération organisait ce mardi sa traditionnelle conférence de presse semestrielle. Le nouveau président, Olivier Salleron, a présenté les propositions de la fédération pour une relance du secteur.


Les artisans du bâtiment craignent un retour du travail détaché ou illégal

Pour la CAPEB Rhône et Grand Lyon, le Covid-19 risque de favoriser le retour du travail détaché ou illégal


Bruno Bernard veut rassurer artisans et commerçants


Le candidat des écologistes à la présidence de la Métropole de Lyon a visité ce jeudi plusieurs commerces à Francheville. Il a également pu échanger sur plusieurs sujets avec les artisans.