La CAPEB affiche sa prudence quant aux mesures gouvernementales

La confédération se montre prudente quant à certaines mesures plan logement dévoilé mercredi par le gouvernement. Elle critique par ailleurs le rétrécissement du champ d’application du PTZ et du dispositif Pinel.

Après d’autres organisations professionnelles, la CAPEB a réagi ce vendredi au plan logement du gouvernement présenté mercredi. Dans un communiqué, la Confédération a indiqué trouver regrettable que les mesures annoncées l'aient été sans réelle concertation. La CAPEB entend ainsi être consultée pour la mise en œuvre des futurs projets de loi. Par ailleurs, la CAPEB constate que les mesures annoncées l’ont été dans un seul objectif d’économies budgétaires. Elle regrette par ailleurs l'absence d'étude d'impact portant sur les conséquences sur les marchés de la construction et de la rénovation.

Elle se montre toutefois satisfaite sur certains points du plan comme l’accompagnement prévu pour généraliser le recours au numérique dans le bâtiment, la prime à la conversion des véhicules ou encore la mesure visant à libérer le foncier en luttant contre la rétention foncière. « L’abattement fiscal sur les plus- values pour la vente de terrains en zones tendues permettra d’accélérer les mises en chantiers et donc de construire plus rapidement ». Elle salue par ailleurs le gel de toute nouvelle réglementation, en dehors des domaines de la santé et de la sécurité. La CAPEB cependant s’interroge sur le sort qui sera réservé à la future réglementation E+C- relative à l’énergie des bâtiments.

Elle se satisfait également du maintien du PTZ dans l’ancien sur une durée de 4 ans, une mesure que le secteur attendait. Quant au PTZ pour la construction neuve, une reconduction pour 4 ans sur tout le territoire national aurait été préférable, selon elle. À terme, le PTZ devrait être en effet limité aux zones B1 et A.

Sur le dispositif Pinel, elle note que sa prolongation est « une bonne mesure néanmoins elle aussi circonscrite à certaines zones tendues ». « Le rétrécissement de leurs champs d’applications risque de peser sur l’activité dans le neuf avec le risque de provoquer une baisse de l’activité du secteur » ajoute-t-elle.

La confédération critique sur certains points du CITE

Elle se montre également critique sur certains points du CITE. Si elle se satisfait de la reconduction de ce crédit d’impôt, elle est en revanche totalement opposée à l’exclusion des fenêtres, des vitrages et des volets « qui peuvent remettre en cause l’approche globale de la rénovation, qui a fait ses preuves en matière de performance énergétique. Dans ce contexte, l’exclusion des chaudières fioul les plus performantes (hybrides notamment) est évidemment une erreur », note-t-elle.

« Nous ne comprenons pas ces décisions prises trop rapidement qui pourraient au bout du compte mettre fin à la reprise de la croissance qui se confirme en 2017. Cela risque d’être un mauvais signal pour l’activité de nos entreprises. Quant au CITE, je demande que le champ des modifications annoncées soit totalement reconsidéré », commente Patrick Liébus.

Prudence sur le « coup de pouce CEE »

Elle se montre par ailleurs sa prudence quant au « coup de pouce CEE », incitant les ménages aux revenus modestes à changer leur chaudière fioul pour une chaudière utilisant des énergies renouvelables (chaudière bois ou pompe à chaleur). « Ce coup de pouce représente un montant pouvant aller jusqu’à 3000 euros pour la grande précarité », rappelle-t-elle, tout en notant qu’elle reste vigilante quant à l’application de cette mesure visant à inciter la substitution à une chaudière fioul performante un système EnR. « Il est en effet indispensable de prendre en compte la pertinence technique et économique de la solution à mettre en œuvre. Par ailleurs, si la CAPEB se réjouit de la prolongation de l’opération ‘Coup de Pouce’, elle s’interroge sur la pérennité des autres actions du dispositif actuel valable jusqu’au 31 mars 2018 », explique-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un séminaire contre le burn out pour les artisans du bâtiment

Le professeur Olivier Torres, fondateur du premier observatoire de la santé des travailleurs non-salariés, Amarok, intervenait la semaine dernière à la CAPEB du Rhône.
» « Plus la taille d’une entreprise est petite, plus la santé du dirigeant est importante »
» La CAPEB du Rhône déménagera dans un nouveau siège en 2019


« Plus la taille d’une entreprise est petite, plus la santé du dirigeant est importante »

null
Olivier Torres, professeur à l’université de Montpellier, animait à la CAPEB du Rhône ce jeudi un séminaire sur le burnout. Au terme ce celui-ci, nous avons évoqué avec lui cette problématique.
» Un séminaire contre le burn out pour les artisans du bâtiment


Les grandes lignes du projet de loi ELAN

null
Le gouvernement examine mercredi en Conseil des ministres le projet de loi visant à libérer la construction de logements.


La CAPEB régionale poursuit sa lutte contre la fraude au travail détaché

La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes a lancé une campagne intitulée « stop à la concurrence déloyale et à la fraude au travail détaché ! ».

 


La CAPEB salue la réforme de l’apprentissage mais reste prudente

La confédération demande notamment des garanties, notamment en matière de financement.


Mondial des métiers: Lilian Vallet reçoit le 5ème prix du mérite du stand BTP

La fédération française du bâtiment Auvergne Rhône-Alpes a récompensé l’apprenti pour son implication sur le Stand BTP sur le Mondial des métiers 2018.


Une reprise de l’activité est perçue par les artisans du bâtiment

Il y a quelques jours, la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes a récemment présenté les résultats de sa dernière étude de conjoncture conduite par les CAPEB départementales.


La fondation Abbé Pierre publie son rapport sur l’état du mal-logement

Le 23ème rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement a été publié mardi et remis au ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard.


« Nous avons plusieurs niveaux d’intervention »

null
En amont de la présentation de l’observatoire de l’habitat et de la création officielle de la Métropole de Saint-Etienne, Lyon Pôle Immo avait rencontré, il y a quelques semaines, Jack Arthaud, le directeur général de l’EPA de Saint-Étienne, avec Jean-Pierre Berger, président de l’agence d’urbanisme de la région stéphanoise, Epures. Nous évoquons avec Jack Arthaud la rénovation de logements anciens à Saint-Etienne.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes fait état d’une reprise d’activité

La conjoncture se stabilise, voire est en stabilisation pour près de deux tiers des entreprises.


«Il y a un problème de fracture territoriale en Auvergne-Rhône-Alpes»

null
Gilles Courteix est le président de la fédération régionale du bâtiment (FFB Auvergne-Rhône-Alpes). Il évoque les récentes mesures inscrites dans le projet de loi de finances 2018, et la charte de bonnes pratiques signée avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

» La LCA-FFB Auvergne-Rhône-Alpes organisait ses rencontres régionales


Recalibrage du CITE : la CAPEB demande une concertation

La confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment a exprimé le souhait vendredi que Matignon organise une réunion sur le recalibrage du crédit d’impôt transition énergétique.


« L’investissement dans le logement, c’est rentable »

Patrick Liébus, président national de la CAPEB, était présent pour les assises du BTP. Nous avons, avec lui, fait un point sur l’activité dans l’artisanat du bâtiment.


La CAPEB affiche sa prudence quant aux mesures gouvernementales

La confédération se montre prudente quant à certaines mesures plan logement dévoilé mercredi par le gouvernement. Elle critique par ailleurs le rétrécissement du champ d’application du PTZ et du dispositif Pinel.


L’Etat fait le point sur la lutte contre le travail illégal en Auvergne-Rhône-Alpes

null
Le préfet de région, Henri-Michel Comet, faisait un point mardi sur la lutte de l’Etat contre le travail illégal, mais aussi la fraude au détachement. Concernant cette dernière, plus de 200 procédures avec amende ont été engagées.
» Clause Molière : des « ambigüités » subsistent entre l’Etat et la Région