Le marché du crédit immobilier au point mort

Après un bon début d’année, l’activité du marché du crédit tend à ralentir. Les taux, eux, restent stables, voire en légère baisse.

Le marché du crédit immobilier semble moins actif qu’en début d’année. Selon les dernières données de la Banque de France publié jeudi, la production de nouveaux crédits nouveaux en données corrigées des variations saisonnières de nouveau baissé, à un niveau de 15,1 milliards d'euros sur le mois d’août. Si l’on enlève de ce total les renégociations , la production mensuelle CVS fléchit à 10,7 milliards d’euros, après un montant de 13,8 milliards en juillet.

Les établissements bancaires semblent toutefois peu enclins à rendre plus actif ce segment de leur activité. En effet, ceux-ci ont connu un très bon début d'année, avec une production importante consécutive aux hausses de taux constatées sur le marché obligataire. Suite à celles-ci, les ménages, anticipant une hausse des taux de crédit immobilier, s'étaient empressés de concrétiser leur demande de prêt, et avaient, de fait, permis aux établissements d’enregistrer un début d’année record. Si bien que les banques n’ont pas, au deuxième trimestre et dans le courant de l’été, procédé à des offensives commerciales via des baisses de taux.

Des taux en légère baisse

Et au mois de septembre comme en ce début octobre, les choses ne semblent guère évoluer. Les banques ne font pas évoluer leur politique de taux, lesquels restent plus que jamais stables, voire très légèrement baissiers. Mais sans enregistrer de gain significatif de pouvoir d’achat immobilier, les ménages ne se pressent pas pour concrétiser leur projet, et les banques sont de facto confrontées à une baisse de la demande, comme en atteste la dernière enquête réalisée par la Banque de France sur la distribution du crédit. Depuis mai, le solde de cette enquête est négatif, avec un score au plus bas en août.

En octobre, on notera toutefois quelques baisses, selon les courtiers en crédit immobilier. « Les barèmes des banques reçus au cours des dernières semaines font état de légères baisses. Qui plus est, la situation notamment pour les banques est plus favorable qu’au début du printemps avec un marché obligataire qui s’est détendu depuis les élections présidentielles et qui leur permet de se financer moins cher sur les marchés entraînant par effet de ricochet une très légère détente récente sur les taux des crédits aux particuliers. Conséquence, aujourd’hui un taux moyen se négocie à 1,53% sur 15 ans, 1,74% sur 20 ans et 1,95% sur 25 ans soit toujours sous la barre des 2% pour la totalité des durées », note Meilleurtaux.com.

Faible activité en septembre

Selon Vousfinancer.com, une petite dizaine de banques, nationales et régionales, ont baissé leur taux, de 0,05% à 0,20%, notamment pour capter des emprunteurs plus attentistes ces dernières semaines… « Depuis le début de l’été, on constate une légère baisse de la demande, y compris en septembre, mois traditionnellement très dynamique pour l’immobilier… Dans l’attente des mesures du gouvernement, les emprunteurs ont été assez attentistes mais la tendance devrait désormais s’inverser… C’est dans ce contexte et dans l’objectif de maintenir un niveau d’activité soutenue que plusieurs grandes banques ont baissé à nouveau leurs taux en octobre… » indique Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

Mais les meilleurs taux, obtenus en agrégeant les grilles de l’ensemble des banques, ne baissent pas pour autant de 5 à 20 points de base. « Pour le deuxième mois consécutif, les établissements bancaires présentent quelques barèmes en baisse. La majorité de ces baisses concerne des banques qui étaient mal positionnées, ou qui se positionnent déjà pour l'année prochaine. D'autres établissements affichent des stagnations », précise pour sa part Empruntis.

Dans un tel contexte, les taux pourraient-ils évoluer dans les prochaines semaines de façon plus marquée ? Seules la politique des banques centrales et leurs implications sur les marchés semblent pour l’heure pouvoir avoir un impact sur les taux de crédit à l’habitat. « Les banques restent (…) dans l’attentisme, dans un contexte de moindre demande, et d’absence de visibilité sur le devenir de la politique d’assouplissement quantitatif de la BCE. Cette dernière devrait toutefois, en fin de mois, donner des précisions quant à la poursuite ou non de ses rachats d’actifs sur les marchés», table Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Petite hausse des crédits nouveaux à l’habitat

La Banque de France a publié ce jour son point mensuel sur les crédits aux particuliers au titre du mois de juillet.


Nouvelle baisse des taux en juillet, selon Crédit Logement / CSA

L’observatoire a publié ce jour sa note pour le mois de juillet 2018.


La production de crédits nouveaux à l’habitat a chuté au 1er semestre

La Banque de France a fait état de ses chiffres des crédits aux particuliers. Le montant des crédits nouveaux à l’habitat reste bien inférieur à celui du premier semestre 2017, et redevient plus conforme à celui observé les années précédentes.


Crédit immobilier : les taux restent bas, les banques maintiennent l’activité

Différents courtiers en crédit immobilier ont fait état de taux plutôt stables, voire en légère baisse au titre des mois de juillet et d’août. Les banques souhaitent maintenir leur activité en cette saison estivale, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Crédit immobilier : les taux se stabilisent après une baisse en mai

CSA Crédit Logement et les intermédiaires en crédit ont fait état de leurs points et baromètres mensuels.


Petit rebond de la production de crédits aux particuliers

Le taux de croissance annuel des crédits à l’habitat est resté élevé en mars, selon la dernière note mensuelle de la Banque de France des crédits aux particuliers.


Les taux ont légèrement baissé en avril, selon Crédit Logement

L’Observatoire Crédit Logement/CSA a fait état ce jour des évolutions des conditions de crédit en avril.


Un marché du crédit immobilier anémique

null
Plusieurs études ont fait état d’une baisse de la demande en crédit à l’habitat au cours de ces dernières semaines, à l’image de l’observatoire Crédit Logement / CSA au titre du mois de mars et du 1er trimestre, publié mardi.
» EDITO : Retour à la normale
» Une reprise de la production de crédit, selon Cafpi


Crédit immobilier : les taux en légère baisse

Selon les baromètres des principaux intermédiaires en crédit immobilier, les taux ont légèrement reculé en avril.
» Ralentissement de la production de crédits à l’habitat
» Les taux de crédit immobilier à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes


Ralentissement de la production de crédits à l’habitat

null
La Banque de France a fait état jeudi de son enquête mensuelle sur les crédits aux particuliers. Les flux nouveaux de crédit à l’habitat reculent au plus bas depuis octobre.


La demande de crédit à l’habitat toujours au point mort

null
La Banque de France a publié ce jeudi son enquête sur la demande de crédit.


Taux de crédit immobilier stables, durées de prêt en hausse


Face à la hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat immobilier, certains acteurs font état d’une hausse des durées d’emprunt.
» Les taux ont légèrement baissé en février, selon Crédit Logement


Les taux en légère baisse en février, selon Crédit Logement

Les taux de crédit immobilier ont encore reculé le mois dernier selon le spécialiste du cautionnement. Celui-ci précise que le ralentissement de la demande s’est confirmé depuis le début de l’année 2018, entrainant un recul de la production.


Taux: tendances éparses dans les régions françaises

Selon Empruntis, les banques ont, au sein des différentes grandes régions, adopté des postures diverses en matière de crédit immobilier.


Crédit immobilier: les taux à un tournant ?

Les taux de crédit immobilier restent pour l’heure stables en ce début d’année. Mais les tensions sur les marchés de taux et les récentes réformes gouvernementales pourraient avoir un impact négatif sur la demande.