Les professionnels inquiets quant à un possible bonus-malus énergétique

Des fuites révélées dans la presse sur la possible instauration d’un tel mécanisme et de droits de mutation augmentés pour les passoires thermiques inquiètent les professionnels.

Les professionnels du logement s’inquiètent des réflexions en cours au sein du ministère de la transition écologique et solidaire. Le Parisien indiquait en effet mercredi que le ministre, Nicolas Hulot, s’apprêterait à lancer un deuxième volet de son plan climat nettement plus coercitif pour les propriétaires, selon le journal.

Les premières mesures de son plan climat présenté courant septembre prévoyaient un chèque énergie, un coup de pouce pour changer de chaudière, un crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) changé en prime ainsi qu’une prime à la casse étendue. La seconde partie du plan serait nettement plus contraignante pour les propriétaires. Nicolas Hulot prévoirait la création d'un bonus-malus portant sur la fiscalité des bailleurs, sur le modèle de ce qui se fait dans l'automobile. « Il s'agirait de taxer plus lourdement le propriétaire d'un logement dont les performances énergétiques sont jugées insuffisantes, du fait d'une mauvaise isolation, ou d'un système de chauffage obsolète ou polluant », note le Parisien.

Vers des droits de mutation augmentés pour les passoires thermiques?

Mais les propriétaires bailleurs ne seraient pas les seuls concernés. Une autre piste consisterait en une obligation de travaux avant toute vente, au risque de voir les droits de mutation augmenter. « Dans le cadre d'un logement en location, les coûts de chauffage pourraient être partagés entre le locataire et le propriétaire si la facture est jugée trop élevée du fait d'une importante déperdition énergétique », indique le Parisien. Un « passeport énergétique » pourrait aussi être imposé aux logements les plus mauvais en termes énergétiques. Les logements classés F ou G devraient dès lors faire réaliser des travaux étalés dans le temps, avec, comme mire, une étiquette A ou B.

Les organisations professionnelles se sont immédiatement insurgées contre de telles dispositions. « Pour un pacifiste la méthode est plutôt digne d'un braconnier. Taxer encore et plus lourdement les propriétaires, leur imposer un bonus-malus sur le modèle de l'automobile, les obliger à effectuer les travaux avant toute vente au risque de voir les droits de mutation augmenter, les obliger à prendre en charge une partie des frais de chauffage du locataire… la liste est longue.Pourquoi sanctionner les propriétaires au lieu de les accompagner dans ces obligations de travaux ? Tous les propriétaires ne pourront pas les réaliser dans un délai si court, note Jean-François Buet, président de la FNAIM.

Ce dernier note en outre qu’une telle initiative creuserait davantage le clivage entre les propriétaires modestes et les plus aisés. Selon lui, « ces mesures vont se répercuter directement sur le prix de vente ou de location ».

Le PTZ dans l'ancien écoconditionné, une réponse ?

De son côté, le courtier Cafpi note qu’il existe un moyen de rénover les « passoires thermiques », à savoir le PTZ dans l'ancien écoconditionné. « Ce dispositif permet aux primo-acccédants d'acquérir un logement ancien à réhabiliter. Les travaux sur le second œuvre tels que les huisseries extérieures, les cloisons intérieures, les installations sanitaires, le système de chauffage sont également éligibles au PTZ, autant d'éléments qui participent à réduire la déperdition d'énergie…Mais le gouvernement a rogné ce dispositif en le retirant des zones tendues ».

Selon l’intermédiaire, « le recentrage du PTZ en zone détendue nous est apparu absurde dès le départ, les annonces de ce jour, montrent le manque de cohérence du gouvernement sur le logement. Il conviendrait que MM Hulot et Mézard se parlent, et mettent enfin en place une politique utile à tous ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Reconfinement : les visites restent autorisées pour les résidences principales

null
Si les agences restent fermées dans les 16 départements concernés par le reconfinement, les pouvoirs publics ont décidé d’autoriser plus largement les visites que lors des premiers confinements.


L’État investit pour des habitations plus adaptées aux risques naturels

Dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, le ministère de la Transition écologique augmente les financements pour aider les territoires à s’adapter aux conséquences du dérèglement climatique.


La FNAIM juge le nouveau DPE « plus fiable et plus lisible »

La fédération de l’immobilier s’est félicitée du nouveau diagnostic de performance énergétique annoncé par les ministres de l’Ecologie et du Logement.


Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon présentent le nouveau DPE

Ce nouveau diagnostic de performance énergétique des logements a pour but de lutter contre les passoires énergétiques.


La FNAIM alerte sur les agences immobilières de montagne

La fédération a sensibilisé le gouvernement sur la situation des agences immobilières de montagne.


Accord Century 21 / Action Logement pour le logement des jeunes

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat visant à accompagner les jeunes actifs.


Square Habitat rejoint la FNAIM

null
Le réseau compte 510 agences et 3.200 collaborateurs.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.