L’article 52 de la loi de finances, amendé mais adopté

L’article visant à réduire les aides personnalisées au logement, tout en imposant des baisses de loyers aux bailleurs sociaux, a fait l’objet d’amendements, mais a été, au final, adopté.

Un article important de la loi de finances pour 2018 était examiné hier, à savoir l’article 52, portant sur la "réforme des aides au logement et de la politique des loyers dans le parc social". Celui-ci vise, pour l’Etat, à économiser 1,5 milliard d’euros en réduisant les aides personnalisées au logement (APL), une baisse accompagnée par une diminution des loyers de la part des bailleurs sociaux afin d’éviter de pénaliser financièrement les locataires. Lesdits bailleurs ont protesté contre cette baisse des recettes, qui réduit, pour certains organismes, à néant leur autofinancement et, de fait, leur capacité à produire.

Examiné hier par l’Assemblée nationale, ledit article 52 a fait l'objet de très nombreux amendements de suppression, provenant tant de diverses formations politiques. Ceux-ci ont, évidemment, été rejetés. Le gouvernement met en avant, pour se défendre, des contreparties, comme la stabilisation dans la durée du taux du livret A, ainsi que la création d'une contribution nouvelle à la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS). Celle-ci est assise sur les ventes de logements sociaux, et permettra d’abonder le FNAP (fonds national des aides à la pierre).

Une baisse de 1,5 milliard d'euros en 2020

La fronde des députés de l’opposition n’a toutefois que peu porté : un amendement gouvernemental, qui étale sur trois ans la réforme, a toutefois été adopté. Les réductions de loyers de solidarité, concomitante à celle des APL, seront ainsi de 800 millions d'euros en 2018, et de 1,2 milliard d'euros en 2019. Mais en 2020, la réduction sera bien, au final, de 1,5 milliard d'euros.

Toutefois, une « possibilité de moduler plus fortement la cotisation prélevée par la CGLLS, afin d'en affecter une fraction au Fnal et garantir ainsi, dès 2018, une réduction de 1,5 milliard d'euros de crédits de l'Etat au fonds national d'aide au logement », est également prévue dans le texte de l’amendement. En clair, les bailleurs pourraient donc être contraints à hauteur de 1.5 milliard d’euros dès 2018, la péréquation étant prévue de s’appliquer, dès 2018, au sein de la CGLLS.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Il faut du logement pour tous »

null
Nous évoquons avec Michèle Picard, maire de Vénissieux, l’opération Arboreo, mais aussi la résidence de la Glunière, récemment livrée.
» Vénissieux : inauguration d’Arboréo
» Vénissieux: inauguration de la résidence « Les Glunières »


Baisse des APL : des élus LR dénoncent un « soutien coupable » de la Métropole

Dans une tribune pour le prochain magazine de la Métropole, le groupe LR dénonce un soutien implicite de cette dernière à la politique nationale, qui implique une baisse du pouvoir d’achat des bénéficiaires des aides sociales.


Mobilisation des bailleurs sociaux pour la semaine des personnes handicapées

La Fédération des Offices Publics de l’Habitat se mobilise pour la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.


La FFB intervient sur l’article 52 de la loi de finances

Jacques Chanut, le président de la fédération du Bâtiment, a rappelé les conséquences négatives en termes d’emploi que pourrait produire un arrêt brutal de l’investissement HLM, tout en appelant au dialogue.


Villefontaine : 95 nouveaux logements pour les jeunes en formation

La « Maison des Compagnons du Devoir et du Tour de France » a été inaugurée samedi 28 octobre dans cette commune du nord Isère par Résidences Sociales de France, une société de 3F/ groupe Action Logement.


L’article 52 de la loi de finances, amendé mais adopté

L’article visant à réduire les aides personnalisées au logement, tout en imposant des baisses de loyers aux bailleurs sociaux, a fait l’objet d’amendements, mais a été, au final, adopté.


Les élus et le monde HLM montent au front contre la réforme des APL

null
L’article 52 de la loi de finances 2018 pourrait mettre à mal les finances des bailleurs sociaux. Ceux-ci, appuyés par des élus, tentent d’amender cette réforme.


« Il n’y a pas de cagnotte !»

Laurent Goyard est le directeur général de la fédération des OPH. Il évoque le projet de réforme des APL, qui pourrait avoir un effet très négatif sur les offices.


Saint-Priest : lancement des travaux de résidentialisation de Mansart-Farrère

Le lancement symbolique des travaux a été réalisé samedi.


Emmanuel Macron veut ponctionner les « réserves » du monde HLM

Lors d’une interview télévisée diffusée sur TF1 et LCI, le président de la République a tenté d’expliquer son action, notamment en matière de logement.


Logement et immobilier : ce que prévoit la loi de finances

Le projet de loi de finances 2018 valide les annonces réalisées il y a quelques jours par le ministre du logement, Jacques Mézard, dans le cadre du plan logement. Lyon Pôle Immo a listé les principales mesures contenues dans ce « PLF 2018 ».


Un congrès HLM sous haute tension

Le projet de baisse des APL, couplée à une diminution des loyers de la part des bailleurs, inquiète le mouvement HLM. Et les propos du ministre mardi n’ont pas rassuré les acteurs du logement social.


Recentrage du Pinel, réforme des APL : le plan du gouvernement

Jacques Mézard et Julien Denormandie ont présenté ce mercredi la stratégie logement du Gouvernement.
» La FFB déplore la fin du PTZ et du Pinel en zone détendue
» La LCA-FFB indignée par la disparition du PTZ et du Pinel dans certaines zones
» Une stratégie logement « de bon sens », selon Bernard Cadeau


Jean-Paul Bret sceptique sur les mesures gouvernementales

null
Le maire de Villeurbanne a, mardi, affiché son opposition à plusieurs projets gouvernementaux, dont la taxe d’habitation, ou encore la baisse des loyers dans les logements sociaux. Il a également évoqué le lycée Pierre Brossolette.


« Il n’est pas raisonnable de fragiliser le secteur du logement social »

Cédric Van Styvendaël est le directeur général d’Est Métropole Habitat et président de Housing Europe. Il évoque l’impact, pour son office et pour l’ensemble des bailleurs sociaux, d’une possible baisse des loyers consécutive à une diminution des aides personnalisées au logement.