Réforme des APL : positions divergentes entre bailleurs privés et OPH

La fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) a conclu un accord définissant le cadre d’une réforme du secteur, lequel n’a pas été signé par la fédération des offices publics de l’habitat.

Le front jusqu’ici uni du logement social se fissure. Le Gouvernement et la fédération des ESH ont en effet conclu mercredi un accord définissant le cadre d’une réforme « en profondeur et historique du secteur du logement social tout en engageant une baisse progressive de la dépense », selon les termes du communiqué gouvernemental.

Cet accord se traduit, sur le plan financier, par une montée en charge d’une baisse des APL par la réduction concomitante des loyers du parc social, qui s’établira à 800 millions d’euros en 2018, 800 millions d’euros en 2019 (au lieu des 1,2 milliards d’euros comme cela était envisagé initialement), pour atteindre 1,5 milliard d’euros en 2020, lequel « reste l’objectif intangible du Gouvernement ».

Progressivité sur 3 ans

Ce dernier rappelle que le pouvoir d’achat des locataires du parc social ne sera en aucun cas entamé par ce dispositif. Il affirme en outre que la progressivité sur 3 ans va donner aux bailleurs sociaux le temps « d’organiser une réforme d’ampleur de leur secteur ». Les économies vont, pour le gouvernement, se réaliser par le biais de la TVA. « Afin de réaliser une économie de 1,5 milliard d’euros dès 2018, et dans le prolongement du vote du Sénat, les signataires sont favorables à une mesure de relèvement de la TVA de 5,5% à 10% sur les opérations réalisées par les bailleurs sociaux, dont le prélèvement ne pèsera pas sur la capacité d’autofinancement » note le gouvernement.

Ce dernier précise en outre que l’effort des bailleurs sociaux sera rendu soutenable « par un effort de péréquation et par un accompagnement financier inédit de la caisse des dépôts et consignations ». La péréquation permettra en effet, selon lui, de prendre en compte la proportion de ménages défavorisés dans le parc de chaque organisme, tout en accompagnant la restructuration du secteur à moyen terme, et en soutenant les organismes les plus en tension. Un accompagnement qui se chiffre à 700 millions d’euros annuel sur le fonctionnement et à 6 milliards d’euros de facilités de financement sur l’investissement.

Le gouvernement et les ESH partagent ainsi l’objectif d’une réorganisation du tissu des organismes de logement social à échéance de 3 ans, « notamment par des fusions d’organismes ou le rattachement à des groupes. La fédération des ESH en sera un partenaire actif et vigilant ».

La FOPH ne signera pas le protocole

Mais cet accord porté par les bailleurs sociaux privés est loin de satisfaire les offices publics de l’habitat. Le conseil fédéral de la fédération des offices publics de l’habitat (FOPH) a pris acte hier du nouveau protocole d'accord envoyé en début de semaine par le gouvernement, qui confirmait la temporalité sus indiquée, avec 800 millions de RLS (réduction de loyer de solidarité) en 2018 et 1,5 milliards en 2020. Mais cette perspective est considérée comme « inacceptable » pour la FOPH qui ne signera pas cet accord.

Pour Alain Cacheux, président de la FOPH, comme pour l'ensemble du conseil fédéral, « le gouvernement ne peut s'affranchir du vote massif au Sénat en faveur  de l'amendement de Dominique Estrosi Sassone offrant une porte de sortie. » Pour rappel, celui-ci supprimait toute RLS, qui a été adopté au Sénat.

Le conseil fédéral a établi une ligne rouge fixant une RLS de 350 millions d'euros maximum et un système de péréquation efficace permettant de diminuer significativement l'impact pour les organismes logeant beaucoup de locataires bénéficiant de l'APL

Voyant la fédération des ESH signer le protocole gouvernemental, la fédération des OPH a, en creux, affiché sa déceptions, en rappelant son attachement « à une signature de protocole dans le cadre du mouvement HLM, donc avec l'USH, qui ne mette pas en danger l'avenir des organismes et encore moins celui de l'USH ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

retraite seul 1000 euros la dessus le loyer 50% DU budjet 540 euros edf et gdf 25 % cette a dire ainsi que toute les charges d ; un ménage , reste 00000 pour vivre apres avoir bien travailler 44 années , je fais pas partie des 30 glorieuses ( bravo Macron ) impopulaire pour 2021

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le 7ème congrès national du bâtiment durable s’est tenu à Lyon pendant 2 jours

De nombreux intervenants sont intervenus pendant les deux jours. Les participants au congrès ont pu participer à des visites et des ateliers.


Premier coup de pelle pour la station de métro « Oullins-Centre »

Cette station sera reliée au point d’arrêt actuel de la ligne B, situé à la gare d’Oullins, et au futur terminus de la ligne B de métro qui sera mise en service en 2023, « Saint-Genis-Laval/Hôpitaux-Sud ».


Ouverture ce jeudi de Viving, salon des projets de la maison

null
Ce salon se tient du 18 au 21 octobre à Eurexpo Lyon, et vise à préparer et concrétiser tous les projets de la maison.


Vers l’apparition de péages urbains

Un avant-projet de loi d’orientation des mobilités a été publié par Contexte. La possibilité d’un péage urbain fait son apparition dans le texte, qui pourrait, de fait, être utilisé pour l’agglomération de Lyon.


Le projet d’A45 abandonné, les élus réagissent

Laurent Wauquiez, Georges Ziegler, et Gaël Perdriau ont dénoncé une «méthode indigne et le double discours du gouvernement».


Gérard Collomb de retour à la mairie de Lyon

null
Georges Képénékian, maire de Lyon, David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, et Gérard Collomb organisaient, avant l’élection du nouveau maire de Lyon le 5 novembre, une conférence de presse.


Jacqueline Gourault, nouvelle ministre de la Cohésion des territoires

null
L’ex-ministre auprès du ministre de l’Intérieur remplace Jacques Mézard, qui quitte le gouvernement. Elle sera secondée par Julien Denormandie, qui devient ministre délégué, mais aussi Sébastien Lecornu.


L’extension de la ligne B entre dans sa phase opérationnelle

null
Le prolongement de la ligne de métro qui relie pour l’heure Charpennes à la gare d’Oullins a été initié vendredi, avec le lancement des travaux à proximité des hôpitaux sud de Lyon, futur terminus.


Petite baisse de la demande de crédits à l’habitat

Selon la Banque de France, qui publiait vendredi son enquête au titre du mois de septembre auprès des banques sur la distribution du crédit, celle-ci ne marque pas d’inflexions particulières.


Davantage de bornes pour voitures électriques dans la Métropole

La Métropole de Lyon soutient le développement de l’électromobilité sur le territoire en facilitant l’accès des opérateurs privés au domaine public.


Clôture des rendez-vous 2018 de « Habiter et Se Loger »

Ces rencontres, qui ont permis des échanges entre la collectivité et les différents acteurs de l’habitat sur le territoire métropolitain, se sont achevées ce lundi.


David Kimelfeld a signé le pacte ZFE-État-Métropoles

Le président de la Métropole de Lyon a signé ce lundi ce pacte au ministère de la Transition écologique et solidaire.


La FFB s’inquiète pour le CITE et le RGE

La fédération a déploré, sur le CITE, le revirement du gouvernement sur ses engagements pris fin 2017.


Une tarification combinée LPA-TCL depuis ce lundi

Depuis lundi, Lyon Parc Auto et le SYTRAL ont lancé une tarification combinée entre TCL et LPA.


La CAPEB pousse à l’élargissement du périmètre du CITE

La confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment veut, en ce sens, voir un élargissement du projet de loi de finances 2019.