Réforme des APL : positions divergentes entre bailleurs privés et OPH

La fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) a conclu un accord définissant le cadre d’une réforme du secteur, lequel n’a pas été signé par la fédération des offices publics de l’habitat.

Le front jusqu’ici uni du logement social se fissure. Le Gouvernement et la fédération des ESH ont en effet conclu mercredi un accord définissant le cadre d’une réforme « en profondeur et historique du secteur du logement social tout en engageant une baisse progressive de la dépense », selon les termes du communiqué gouvernemental.

Cet accord se traduit, sur le plan financier, par une montée en charge d’une baisse des APL par la réduction concomitante des loyers du parc social, qui s’établira à 800 millions d’euros en 2018, 800 millions d’euros en 2019 (au lieu des 1,2 milliards d’euros comme cela était envisagé initialement), pour atteindre 1,5 milliard d’euros en 2020, lequel « reste l’objectif intangible du Gouvernement ».

Progressivité sur 3 ans

Ce dernier rappelle que le pouvoir d’achat des locataires du parc social ne sera en aucun cas entamé par ce dispositif. Il affirme en outre que la progressivité sur 3 ans va donner aux bailleurs sociaux le temps « d’organiser une réforme d’ampleur de leur secteur ». Les économies vont, pour le gouvernement, se réaliser par le biais de la TVA. « Afin de réaliser une économie de 1,5 milliard d’euros dès 2018, et dans le prolongement du vote du Sénat, les signataires sont favorables à une mesure de relèvement de la TVA de 5,5% à 10% sur les opérations réalisées par les bailleurs sociaux, dont le prélèvement ne pèsera pas sur la capacité d’autofinancement » note le gouvernement.

Ce dernier précise en outre que l’effort des bailleurs sociaux sera rendu soutenable « par un effort de péréquation et par un accompagnement financier inédit de la caisse des dépôts et consignations ». La péréquation permettra en effet, selon lui, de prendre en compte la proportion de ménages défavorisés dans le parc de chaque organisme, tout en accompagnant la restructuration du secteur à moyen terme, et en soutenant les organismes les plus en tension. Un accompagnement qui se chiffre à 700 millions d’euros annuel sur le fonctionnement et à 6 milliards d’euros de facilités de financement sur l’investissement.

Le gouvernement et les ESH partagent ainsi l’objectif d’une réorganisation du tissu des organismes de logement social à échéance de 3 ans, « notamment par des fusions d’organismes ou le rattachement à des groupes. La fédération des ESH en sera un partenaire actif et vigilant ».

La FOPH ne signera pas le protocole

Mais cet accord porté par les bailleurs sociaux privés est loin de satisfaire les offices publics de l’habitat. Le conseil fédéral de la fédération des offices publics de l’habitat (FOPH) a pris acte hier du nouveau protocole d'accord envoyé en début de semaine par le gouvernement, qui confirmait la temporalité sus indiquée, avec 800 millions de RLS (réduction de loyer de solidarité) en 2018 et 1,5 milliards en 2020. Mais cette perspective est considérée comme « inacceptable » pour la FOPH qui ne signera pas cet accord.

Pour Alain Cacheux, président de la FOPH, comme pour l'ensemble du conseil fédéral, « le gouvernement ne peut s'affranchir du vote massif au Sénat en faveur  de l'amendement de Dominique Estrosi Sassone offrant une porte de sortie. » Pour rappel, celui-ci supprimait toute RLS, qui a été adopté au Sénat.

Le conseil fédéral a établi une ligne rouge fixant une RLS de 350 millions d'euros maximum et un système de péréquation efficace permettant de diminuer significativement l'impact pour les organismes logeant beaucoup de locataires bénéficiant de l'APL

Voyant la fédération des ESH signer le protocole gouvernemental, la fédération des OPH a, en creux, affiché sa déceptions, en rappelant son attachement « à une signature de protocole dans le cadre du mouvement HLM, donc avec l'USH, qui ne mette pas en danger l'avenir des organismes et encore moins celui de l'USH ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

retraite seul 1000 euros la dessus le loyer 50% DU budjet 540 euros edf et gdf 25 % cette a dire ainsi que toute les charges d ; un ménage , reste 00000 pour vivre apres avoir bien travailler 44 années , je fais pas partie des 30 glorieuses ( bravo Macron ) impopulaire pour 2021

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Retour à la normale

EDITO –  Le marché du crédit immobilier semble revenir dans un profil saisonnier moins atypique qu’il n’avait été en 2017, les banques réalisant de nouveau des efforts en ce mois d’avril. Mais ceux-ci seront-t-il suffisants pour redonner du souffle au marché ?


La CAPEB du Rhône déménagera dans un nouveau siège en 2019

L’immeuble sera situé à quelques pas de son siège actuel, situé rue de Saint-Cyr, dans le neuvième arrondissement de Lyon. Celui-ci vise à assurer le développement de la confédération.


Immobilier neuf : les prix affichés toujours en hausse

Trouver-un-logement-neuf.com a fait part ce lundi son baromètre des prix des logements neufs. Lyon reste sur le podium, derrière Paris et Bordeaux.


Hébergement : une fermeture « progressive » des structures

La préfecture du Rhône a indiqué, au terme d’une réunion entre élus et acteurs étatiques et associatifs, qu’il n’y aurait pas de remise à la rue sans examen social et administratif individuel.


Lyon 2: inauguration de « République Grôlée Carnot »

Firce Capital inaugurait vendredi cette nouvelle marque, qui vise à revaloriser et affermir la nouvelle identité de ce quartier.


La LCA-FFB interpelle Julien Denormandie

La LCA-FFB organisait ce jeudi sa convention nationale. Celle-ci a, à cette occasion, alerté le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie.


La Métropole de Lyon promeut à Paris sa stratégie « Industrie du futur »

Le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, s’est rendu mardi sur le Salon Global Industrie à Paris nord Villepinte.


La colline de Fourvière veut devenir un “Grand Site de France”

Le président de la Métropole, David Kimelfeld, et le maire de Lyon, Georges Képénékian, organisaient ce lundi une conférence de presse pour présenter le projet de labellisation de la colline de Fourvière.


Affluence stable pour le salon de l’immobilier de Lyon


Le visitorat du salon organisé du 16 au 18 mars à la cité internationale a été stable par rapport à 2017. A Saint-Etienne, la fréquentation a connu un record.


Le calendrier des fermetures du périphérique nord de Lyon en avril

La Métropole de Lyon a fait part en fin de semaine dernière du calendrier de fermeture du boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) en avril. La fin des travaux sur cette infrastructure approche.


Travaux de requalification des rues Longchamp et Sainte Famille à Villeurbanne

La ville veut créer un espace plus fonctionnel aménagé en zone 30.


Le salon de l’immobilier de Lyon ouvre ses portes ce vendredi

null
Pendant trois jours, le salon annuel se tient au centre des congrès, à la Cité internationale.


Nature en ville : Lyon récompensé

La Ville a reçu sa 4ème fleur du label “Villes et Villages fleuris”. Lyon est ainsi la plus grande ville et la seule métropole française à pouvoir se prévaloir de cette distinction.


Les taux en légère baisse en février, selon Crédit Logement

Les taux de crédit immobilier ont encore reculé le mois dernier selon le spécialiste du cautionnement. Celui-ci précise que le ralentissement de la demande s’est confirmé depuis le début de l’année 2018, entrainant un recul de la production.


Le secteur des matériaux impacté en janvier par la météo et l’effet de base

L’UNICEM a fait part en cours de semaine dernière de sea lettre mensuelle de conjoncture.