Parkview : la démolition des anciens bâtiments terminée

A la place de l’ancien immeuble de bureaux d’Adecco à Villeurbanne, va bientôt s’élever un nouvel ensemble de 22.000 m², avec vue sur le Parc de la Tête d’Or.

C’était l’un des immeubles emblématiques du secteur Stalingrad/Tonkin, situé sur le territoire de la commune de Villeurbanne : l’ancien immeuble de bureaux d’Adecco a été démoli et va bientôt devenir « Parkview », sous l’impulsion de DCB International. Les travaux de démolition viennent de s’achever.

Position stratégique

L’ancien immeuble d’Adecco depuis 1964 bénéficiait d’une position stratégique : aux portes de Lyon, à l’entrée du Parc de la Tête d’Or et à dix minutes de la gare TGV de Lyon Part-Dieu, et bénéficiait en outre de vues imprenables sur le Parc. Or, depuis son départ pour l’immeuble Adely au Carré de Soie, le devenir de l’ancien immeuble, peu adapté aux nouvelles exigences en matière de bien-être au travail, s’était rapidement posé.

La décision de démolition et de reconstruction d’un nouveau bâtiment avait été actée. Après 4 mois de travaux, les équipes de l’entreprise Chastagner ont achevé la démolition de l’ancien bâtiment, a indiqué lundi DCB International dans un communiqué. Ce sont au total plus de 12 000 tonnes de matériaux qui ont été évacuées, dans un souci environnemental constant et avec un suivi rigoureux de la charte « Chantier propre». Par cette charge, une limitation des nuisances pour les riverains, de la pollution, et la valorisation des déchets (près de 80%) sont visées.

Un immeuble commercialisé par BNP Paribas Real Estate, JLL et Brice Robert.

Le nouvel immeuble a été dessiné par l’architecte Marc Favaro du cabinet AFAA, et est la propriété d’ANF Immobilier, de Crédit Agricole Assurances et de DCB International. Les bureaux, disponibles à la location, sont d’ores et déjà en cours de commercialisation par BNP Paribas Real Estate, JLL et Brice Robert.

L’opération vise une double certification HQE et BREEAM Very Good. 90% des bureaux disposeront, grâce à une architecture contemporaine et ouverte, d’une lumière naturelle. Sa double façade, entièrement vitrée, offrira des vues sur le Parc de la Tête d’or. Le projet, dont la livraison est prévue au deuxième trimestre 2020, compte 2 bâtiments autonomes, comprenant plus de 22 000 m² de bureaux ayant une vue imprenable sur le Parc de la Tête d’Or, 1.600 m² de terrasses et de patios aménagés et végétalisés, mais aussi des commerces en rez-de-chaussée, et dispose d’une bonne accessibilité en transports en commun.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Point de départ pour la mue des Ateliers du Faubourg

La pose de la première pierre du concept mixte urbain « Les Ateliers du Faubourg », situé dans le 7è arrondissement de Lyon, a lieu ce jour.


Bron : inauguration du NeuroCampus Michel Jouvet

Ce bâtiment de recherche de 7.000 m² est localisé au cœur du pôle santé Est de la Métropole de Lyon.


Enyo Pharma et Edelris inaugurent ce lundi leurs nouveaux locaux

Ce lundi matin, au Bioparc Lyon, le bâtiment Bioserra 1 sera officiellement inauguré.


«L’enjeu, c’est de végétaliser la ville»

null
A l’occasion d’une visite d’une copropriété ayant fait l’objet d’une rénovation Ecoreno’v à Villeurbanne, nous avons interrogé sur le candidat EELV à la présidence de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, sur ses intentions en matière de rénovation énergétique et de transports.
»
Déjà plus de 11.000 logements financés dans le cadre d’Ecoréno’v
» Villeurbanne : Béatrice Vessiller veut combattre la carence végétale


L’État présente son plan de rénovation de ses cités administratives

Parmi les cités concernées, on trouve celles de Lyon, de Grenoble, et de Clermont-Ferrand.


Lyon reste attractive au sein des très grandes métropoles

Arthur Loyd a publié mercredi son baromètre 2019 de l’attractivité des très grandes métropoles et agglomérations françaises. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes, telles que Lyon, Grenoble, Valence ou Clermont-Ferrand y sont bien représentées.


Les entreprises trouvent trouvent toujours autant d’intérêt au coworking

C’est le résultat d’une étude menée par Cushman & Wakefield avec CoreNet Global.


2 nouveaux immeubles à Lyon acquis par 6e Sens Immobilier

6ème Sens Immobilier a fait l’acquisition de deux nouveaux immeubles à Lyon.


Décines-Charpieu : Vinci Immobilier et Em2c livrent « Les Loges »


Cet immeuble tertiaire développant 5.280 m² de surface utile se situe non loin du Groupama Stadium.


Gerland : un immeuble de 11.000 m² vendu à AEW

Paluel-Marmont Valorisation cède à AEW un immeuble de bureaux à Lyon Gerland pour plus de 40 millions d’euros.


SMAD Fresenius confirme un bâtiment logistique de 20 000 m² à Sarcey

La SMAD, société arbresloise spécialisée dans la fabrication de dispositifs de dialyse et filiale depuis 1987 du géant Allemand Fresenius, a quadruplé son volume de production en quinze ans. Son service logistique, saturé, sera soulagé en 2021 par un nouvel entrepôt construit à quelques kilomètres.


Après l’incendie, Bel-Air Camp veut aller de l’avant


Le président et la directrice générale de la pépinière d’entreprises ont fait un point d’étape ce mardi après le terrible incendie qui a ravagé un bâtiment de 10.000 m² qui accueillait des startups. Un redéploiement est en train d’être opéré sur le site avant une future reconstruction.


Bel-Air Camp : la Région a voté une aide

Lors de la commission permanente du 18 octobre un plan de soutien exceptionnel a été voté pour la pépinière de startups.


Saint-Etienne : la SHAM acquiert One Station

Vinci Immobilier et Cardinal ont annoncé ce vendredi avoir signé à la vente en VEFA de l’immeuble de bureaux « One Station », immeuble en chantier face à la gare de Châteaucreux.


Solvay abandonne son projet de centre d’innovation et de technologie à Saint-Fons

Le groupe a annoncé mercredi adapter ses projets dévoilés en juin et septembre, notamment en raison d’un nombre jugé trop faible de collaborateurs souhaitant s’inscrire dans une mobilité géographique.