Les prix de l’immobilier flambent à Lyon, et chutent à Grenoble

Les notaires ont fait état de leur note de conjoncture portant sur les prix au m² des logements au premier trimestre, et notamment de ceux des appartements. Le prix du m² continue également de baisser à Saint-Étienne. 

Les notaires de France ont fait état mardi de sa note de conjoncture trimestrielle. À fin avril 2018, le volume de transactions annuel reste à un niveau élevé, avec 953.000 transactions au cours des 12 derniers mois, soit une hausse de 7% sur un an. Cette hausse tend toutefois à diminuer, avec une hausse de 13% trois mois plus tôt.

Au premier trimestre, les notaires ont en effet constaté une baisse du nombre des transactions par rapport à l’an passé à la même période. Un regain d’activité a toutefois émergé depuis le début du printemps. Dès le mois de mai, « le nombre de transactions a crû dans la plupart des départements sans pour autant constater une flambée des prix », indiquent les notaires.

Les prix des logements anciens continuent selon les indices Insee-Notaires, de progresser tant à Paris et en Île-de-France qu’en province, avec une augmentation de 1,2 % par rapport au trimestre précédent (données provisoires corrigées des variations saisonnières) pour l’ensemble de la France métropolitaine, après +0,3 %.

Le prix d’un m² à Lyon vaut plus que 4,5 m² à Saint-Etienne.

Sur un an, la hausse de 3,2% des prix se poursuit par rapport au premier trimestre 2017, et reste quasi stable après +3,3 % le trimestre précédent. La hausse est portée par les prix des appartements, ceux-ci ayant progressé de 4% en un an, contre 2,5% pour les maisons.

D’un point de vue régional, les prix des appartements continuent de progresser à Lyon et à diminuer à Saint-Etienne. A Lyon, le prix du m² progresse de 10,5 % à 3.790€ le m². La flambée est conséquente, supérieure à Paris (+7,3% à 9070€ le m²), mais toutefois inférieure à celle de Bordeaux (+17,9 % à 4.120€ le m²). Les prix augmentent également à Clermont-Ferrand (+3,6 % à 1.650€ le m² mais chutent en revanche à Grenoble (-6,4 % à 2.040€ le m²). Les prix reculent également à Saint-Etienne de 3,3 % à 840€ le m². Le prix d’un m² à Lyon permet ainsi de s’acheter plus de 4,5 m² dans la préfecture de la Loire.

La dynamique des prix reste toutefois très différente sur le font des maisons. Le prix de vente médian des maisons anciennes au 1er trimestre 2018 a progressé de 2,9 % à Lyon, à 316.600€, et de 4,2 % à Grenoble à 297.000€. Les prix ont également progressé à Saint-Etienne, à 316.600€.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.


Accélération de la hausse des prix de l’immobilier au 4ème trimestre


L’Insee a dévoilé les indices des prix des logements anciens au 4ème trimestre, réalisés avec les notaires. Les prix ont augmenté de 3,7% en 2019 et les volumes dépassent très nettement le million de transactions.


Xerfi prévoit une accalmie pour le marché immobilier en 2020

Le marché de l’immobilier résidentiel va connaître une relative accalmie, selon le cabinet spécialisé dans les études économiques sectorielles.


Immobilier : des tensions qui s’affirment sur les prix dans de nombreuses villes

LPI Seloger a publié cette semaine son baromètre des prix de l’immobilier.


Lyon : une année 2019 très dynamique dans l’immobilier ancien

La Chambre du Rhône a dévoilé des premiers chiffres à l’occasion de la présentation vendredi par le CECIM des chiffres du logement neuf dans la Métropole de Lyon.


« La demande est bien trop importante par rapport à l’offre »

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Nous évoquons avec lui les chiffres de l’année 2019 en matière d’immobilier résidentiel à Lyon.


L’activité du marché immobilier à des sommets en 2019 dans le Rhône et à Lyon


Les prix des appartements ont progressé, l’an dernier, de 5,7% à Lyon et de 6,8% dans le Rhône.


La hausse des prix de l’immobilier se renforce sur Lyon, selon LPI-Seloger

La hausse des prix accélère dans de nombreuses villes périphériques des métropoles. Dans la Métropole de Lyon, le phénomène est perceptible dans certaines villes, mais aussi dans la ville centre.