David Kimelfeld a signé le pacte ZFE-État-Métropoles

Le président de la Métropole de Lyon a signé ce lundi ce pacte au ministère de la Transition écologique et solidaire.

David Kimelfeld, le président de la Métropole de Lyon, a présenté ce lundi au ministère de la Transition écologique et solidaire la zone à faibles émissions (ZFE) du territoire qui sera mise en place à partir du 1er janvier 2019, à l’occasion de la signature du pacte ZFE-État-Métropoles.

L’élu a, à cette occasion, rappelé l’engagement de la collectivité dans la lutte contre le dérèglement climatique et dans l’amélioration de la qualité de l’air. « A Paris, j’ai signé cet après-midi aux côtés de la Secrétaire d'État en charge des transports Elisabeth Borne, le ‘Pacte Zones à Faibles Émissions’ entre l'État et les métropoles. Il met en lumière l’engagement de la Métropole de Lyon pour le déploiement de sa zone à faibles émissions, qui sera effective de manière pédagogique dès le 1er janvier 2019 sur notre territoire. A l’heure où le nouveau rapport du GIEC nous rappelle la nécessité d’agir vite, intelligemment et collectivement pour limiter le réchauffement climatique, la Métropole de Lyon s’engage durablement et avec de nombreux partenaires pour le climat à travers notamment son ‘Plan Oxygène’, son ‘Plan Climat’ et le prochain forum des solutions locales le 13 décembre prochain. Nous nous devons de nous engager sur plus long terme encore, collectivités, entreprises, associations et citoyens, afin d’agir chacun pour un territoire durable et transmissible aux générations futures. Le prix Nobel de l'économie remis ce jour à deux économistes pour leurs travaux sur le climat le prouve bien : le développement économique de notre territoire est, j’en suis persuadé, compatible avec une conscience écologique qui devient nécessaire. Il s’agit d’un double enjeu pour notre territoire, enjeu de santé publique et d’attractivité. Tous ensemble, développons notre Métropole, et développons-là durablement ! »

Le « Plan Oxygène » a été lancé en juin 2016, afin de répondre aux enjeux de santé et de qualité de l’air. L’an passé, la prime air bois a été adoptée pour aider les habitants du territoire à remplacer leurs chauffages individuels au bois non performants, responsables de 25 % des émissions de particules polluantes sur le territoire. Une « prime vélo » d’un montant de 100 euros a par ailleurs été mise en place pour inciter les particuliers à acquérir des vélos à assistance électrique en complément de la prime de l’État. Ce plan est un faisceau d’actions complémentaires et nécessaires dans les secteurs du transport, de l’habitat, de l’énergie, de l’industrie, de l’économie ou de l’innovation. « La qualité de l’air s’améliore de façon durable et efficace en actionnant tous ces leviers de façon simultanée », indique la Métropole dans un communiqué. A la faveur de la mise en place du Plan climat en 2012, la collectivité a réduit de 16% ses émissions de gaz à effet de serre entre 2000 et 2015. Or dans le même temps, la population augmentait de 13%.

L'objectif des - 20 % d’émissions de GES en 2020 en bonne voie

La Métropole est désormais en bonne voie pour atteindre l’objectif de - 20 % d’émissions de GES en 2020. Elle agit en cela en partenariat avec les acteurs du territoire, 75% des émissions de CO2 du territoire ne dépendant pas de la collectivité. Plus d’une centaine de partenaires locaux, dont des associations, entreprises, et communes, ont rejoint la Métropole dans sa stratégie de lutte contre le dérèglement climatique.

Pour sa part, le schéma directeur des énergies a été initié dès 2015 et sera voté d’ici la fin de l’année. Un nouveau scénario de transition énergétique y sera déterminé pour le territoire métropolitain à horizon 2030. Il servira de base à l’élaboration du nouveau PCAET en préparation.

Une future zone à faible émission

La Zone à Faibles Émissions (ZFE) qui va être instaurée va contribuer à diminuer par deux, dès 2021, le nombre de personnes exposées à des niveaux de pollution supérieurs aux seuils européens et d’atteindre les seuils définis par l’OMS à l’horizon 2030 en matière de qualité de l’air.

Cette ZFE concernera les poids lourds et les véhicules utilitaires légers avec des mesures d’accompagnement des professionnels et l’octroi d’une aide financière pour inciter les entreprises à acquérir un véhicule propre. Elle sera mise en place de façon pédagogique au 1er janvier 2019 avant de possibles verbalisations au 1er janvier 2020.

Pour David Kimelfeld, « l’amélioration de la qualité de l’air et la lutte contre le réchauffement climatique sont des aspects fondamentaux de l’attractivité de la Métropole de Lyon. En effet, la qualité de vie figure parmi les critères essentiels d’implantation des entreprises sur notre territoire. Nous voulons conjuguer dynamisme économique et protection de l’environnement, c’est pourquoi nos stratégies en la matière sont élaborées en partenariat avec une centaine d’entreprises locales et les associations de citoyens ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Pas de « Convergence Vélo » cette année

Du fait du contexte sanitaire, la Métropole de Lyon a annoncé l’annulation de l’édition 2020 de cette opération visant à promouvoir l’usage du vélo.


A Villeurbanne, 1ère opération de piétonisation hors de Lyon

L’opération, intitulée « la voie est libre », était également organisée ce week-end dans la ville.


Un week-end piéton élargi à Lyon, avec «La voie est libre»

Les 26 et 27 septembre, les villes de Lyon, de Villeurbanne et la Métropole ont fait le choix d’organiser un weekend piéton dans le coeur de la Presqu’île, mais aussi dans tous les arrondissements de Lyon et à Villeurbanne.


Caluire : des voies cyclables aménagées sous 6 semaines à Saint-Clair

La Métropole de Lyon a indiqué vouloir aménager les voies cyclables dans le secteur Saint-Clair à Caluire et entre le pont Poincaré et le boulevard Stalingrad.


Un marché locatif « fortement touché par la récession », selon une étude

A l’initiative de Cushman & Wakefield, une étude rédigée par un think tank international composé de chercheurs et d’économistes du monde entier aborde les conséquences de la crise sanitaire sur l’immobilier de bureaux.


Jean-Pierre Berger, nouveau président du SCOT Sud-Loire

Il succède à Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole.


Fermeture de la traversante entre la rue des Capucins et la rue Terme

Un segment de rue situé dans le premier arrondissement de Lyon est désormais fermé à la circulation de véhicules motorisés.


Alliance de Dynacité et de la CERA dans le logement intermédiaire

Les deux entités ont annoncé mercredi créer MyLi, une société spécialisée dans la production et la gestion de logements locatifs intermédiaires.


Fabien Bagnon, nouveau président de LPA

Le 13ème vice-président de la Métropole de Lyon chargé des mobilités actives été élu PDG de l’entreprise par le conseil d’administration de la SEM.


La commission permanente adopte des mesures face à la crise sanitaire

La commission permanente s’est réunie et a adopté une série de délibérations pour faire face à la crise sanitaire du Covid- 19.


Avec l’usage croissant du vélo, la mortalité des cyclistes augmente

Avec le passage du tour de France à Lyon, la préfecture a tenu à sensibiliser les usagers.


Les zones d’emploi des Métropoles regroupent la moitié de l’emploi de la région

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié une étude, réalisée avec la Direccte, sur les nouvelles zones d’emploi de la région.


Le salon pour le logement des jeunes moins fréquenté du fait de la Covid


Cet événement qui se tient chaque année en septembre a pu être organisé en seulement quelques jours au sein de l’Hôtel de Ville de Lyon, suite à l’autorisation de la municipalité.


Rencontre prévue entre Eric Piolle et la majorité de Villeurbanne pour un partage d’expérience

Celle-ci aura lieu ce samedi.


En Auvergne-Rhône-Alpes, la population regroupée sur un dixième du territoire

Une récente étude de l’INSEE montré que les deux tiers de la population d’Auvergne-Rhône-Alpes se trouvaient, en 2016, localisés sur 11 % du territoire.