Taux de crédit immobilier : mouvements haussiers, selon Emprunt Direct

L’intermédiaire a, en fin de semaine dernière, transmis son baromètre mensuel, qui fait état de hausses de taux chez quelques établissements bancaires.

C’est un des effets de la remontée des rendement observée ces dernières semaines sur les marchés obligataires. Les taux de crédit immobilier semblent être en légère hausse, selon Emprunt Direct, qui s’appuie sur les derniers baromètres transmis par les établissements partenaires du courtier.

Selon lui, les taux « ont évolué de manière peu marquée en octobre », mais l’orientation de ces légers mouvements « est, en soi, remarquable », affirme-t-il. « Si l’on excepte les taux appliqués aux prêts de maturité longue, les établissements ont, majoritairement, opté pour un statu quo, tandis qu’une minorité d’entre eux a – fait nouveau – procédé à de légers relèvements de ses barèmes », indique l’intermédiaire.

Les taux s’éloignent ainsi de leur plus bas, les taux ayant baissé depuis plusieurs mois jusqu’à quasiment atteindre les niveaux de la fin 2016. Un petit nombre d’établissements « a en effet choisi de revenir avec doigté sur ces conditions de prêt exceptionnellement favorables, en appliquant des hausses de 5 à 10 points de base sur certains profils et maturités de prêts. Ceci impacte, de fait, le baromètre général », note le courtier.

Changement de contexte

Alban Lacondemine, président fondateur de la structure, note que « le changement de contexte observé sur les marchés de taux commence à produire ses effets sur le segment du crédit immobilier ». « Certes, la Banque centrale européenne laissera ses taux directeurs inchangés jusqu’au deuxième semestre 2019, mais la fin graduelle de sa politique d’achats de dettes privées et publiques d’ici à la fin de l’année, ainsi que le retour du risque politique, pourraient se traduire par une hausse des taux sur les marchés obligataires. Ce qui aura nécessairement un impact, par ricochet, sur le marché du crédit », affirme-t-il.

Les banques ont de fait intégré ces évolutions haussières, tout en procédant dans le même temps à des réajustements baissiers sur les maturités les plus longues. « Profitant du retrait d’un acteur spécialisé sur ce type de prêt de longue durée, un certain nombre de banques, notamment régionales, se repositionnent sur les durées les plus longues et ajustent à la baisse leurs barèmes pour redevenir compétitives par rapport aux établissements les plus actifs sur ces durées », conclut-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les recommandations du HCSF deviendront une norme contraignantes en 2022

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce mardi. Il a adopté une décision juridiquement contraignante, comme il l’avait annoncé en décembre dernier.


Crédit immobilier : taux stables et production record

nullEmprunt Direct a fait part de son baromètre des taux en Auvergne-Rhône-Alpes. Vousfinancer a pour sa part commenté les derniers chiffres de production de crédit en France.


Crédit immobilier : des taux au plus bas, une production au plus haut

La Banque de France a fait état ce mardi de son traditionnel point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Les taux restent stables en juin en Auvergne-Rhône-Alpes

nullAucune évolution majeure n’a été constatée ce mois-ci sur le front des taux de crédit immobilier dans la grande région.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne- Rhône-Alpes

C’est ce que révèlent plusieurs courtiers en crédit immobilier.


La production de crédit immobilier rebondit

nullLa Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur les crédits aux particuliers portant sur le mois de mars. Crédit Logement a lui fait part de son observatoire portant sur le mois d’avril, qui confirme la tendance.


Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques

Face à cet allongement des délais, l’intermédiaire prône l’anticipation.


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


L’évolution des marchés de taux, un« nuage noir » à surveiller

nullEmprunt Direct a fait état de son baromètre mensuel sur Auvergne-Rhône-Alpes. S’il observe une stabilisation des taux de crédit immobilier, les contraintes prudentielles et l’évolution des marchés de taux sont, pour lui, deux éléments à scruter.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.