Les professionnels en manque de leur espace de travail habituel

Selon un sondage réalisé par Deskeo auprès de 2.736 professionnels, 76% d’entre eux regrettent déjà leur espace de travail.

Dans un contexte de confinement et de télétravail forcé, l’opérateur de bureaux flexibles en France Deskeo a interrogé plus de 2.736 professionnels au sujet de leurs conditions de télétravail forcé. Sur ceux-ci, la grande majorité applique avec rigueur la politique de confinement. Moins d'un sondé sur trois (29%) dit continuer à exercer son activité professionnelle sur son lieu de travail habituel. En revanche, 59% des Français déclarent travailler à leur domicile et 11% dans leur résidence secondaire. « Parmi ces 70% de télétravailleurs, 89% n'ont pas l'habitude de travailler à distance et découvrent ainsi le home office », indique l’opérateur de bureaux.

« Parmi les conseils des professionnels pour s'organiser de manière efficace en télétravail, le fait de disposer d'une pièce dédiée pour s'isoler revient systématiquement. Malheureusement, cette recommandation ne s'applique qu'à une minorité de Français. En effet,plus de 73% des personnes interrogées ne disposent pas d'un espace réservé pour le home office », précise Deskeo.

Travailler plus en télétravail

En outre, beaucoup disent travailler plus qu’au bureau. 32% des sondés ont le sentiment de travailler plus longtemps que d'habitude quand seulement 1 Français sur 5 avoue travailler moins longtemps qu'en temps normal. .

Une partie des sondés - la moitié (49%) - actuellement en télétravail forcé avoue faire l'impasse sur le déjeuner. « Dans les faits, 37% des sondés déjeunent de façon occasionnelle et 14% continuent de travailler à l'heure du repas », précise Deskeo.

Et l'élimination du trajet vers le lieu de travail conduit à… travailler plus, ce que constate 59% des sondés . « En revanche, 54% des sondés utilisent ce temps gagné pour cuisiner et 52% pour dormir un peu plus. Parallèlement, 38% en profitent pour jouer avec leurs enfants et 33% pour effectuer les tâches ménagères. Le sport (25%) et les loisirs (16%) sont plus difficiles d'accès en cette période de confinement, même si on constate que les hommes sont globalement plus nombreux à s'accorder du temps pour eux », souligne l’opérateur de bureaux flexibles.

Moins de contacts

Le lien social avec les collègues tend en outre à se distendre. « 74% des sondés ne font... pas grand-chose », précise-t-il. « En effet, si 29% communiquent régulièrement par téléphone, très peu de Français utilisent les moyens technologiques à leur disposition pour partager leurs déjeuners (2%), happy hours (2%) ou leurs pauses café (1%) en vidéoconférence », souligne Deskeo.

Dans ce contexte de confinement, une grande majorité - plus de 73% des hommes et 79% des femmes - avouent pour leur part regretter leur bureau et leur espace de travail quotidien. Ceci joue également sur leur moral. En plus de la crainte d'être touchés par le coronavirus, 79% des hommes et plus de 83% des femmes « avouent avoir extrêmement peur de perdre leur emploi compte-tenu de la situation actuelle », conclut l’étude.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon 3 : vente de 1.000 m ² de bureaux dans le Britannia

Cet immeuble est situé dans le 3e arrondissement de Lyon, à l’immédiate proximité du centre commercial de la Part-Dieu.


Lyon 1 : Lipstick Architecture s’installe sur 281 m²

null
NAI Kyrios a communiqué l’une de ses dernières transactions.


Corbas : prise à bail d’une plateforme logistique par le groupe La Poste

La transaction a été finalisée par le département industriel & logistique de Cushman & Wakefield.


Ile-de-France : demande placée en baisse de 30% au 1er trimestre

Immostat a communiqué ce jeudi ses chiffres sur la demande placée francilienne en bureaux.


Le Parhelion (ex-Septen) accueille ses premiers locataires

nullL’ancien siège villeurbannais du Septen, avenue Dutrievoz, a subi une rénovation lourde de la part de son nouveau propriétaire. Livré en novembre, le bâtiment de 14.000 m² vient d’accueillir ses premiers locataires.


Ideal Formation preneur de 1.824 m² à Saint Quentin Fallavier

C’est NAI Kyrios qui a installé la société.


Part-Dieu Central : Delsol Avocats accompagne Deskeo

Dans le cadre de son partenariat avec Dentressangle, le spécialiste du flex office a été accompagné pour l’exploitation de cet immeuble situé dans le quartier central des affaires de Lyon.


DCB International se sépare de Fireworks à Rillieux-la-Pape

null
Le groupe a annoncé mercredi avoir signé il y a plus d’une semaine la vente de ce programme immobilier tertiaire à Foncière Magellan.


Vienne : une SCPI acquiert le Pôle Emploi de l’Espace Saint Germain

Cap Foncières et Territoires a acheté le Pôle Emploi de l’Espace Saint Germain, a indiqué l’un des conseils, Sorovim.


Villeurbanne : Bel Air Camp lance son coworking d’ateliers

nullLa structure lance un appel à candidature afin d’accueillir, dans son bâtiment Bel Air Industrie, des artisans innovants, startups industrielles, logisticiens et e-commerçants.


Lyon 7 : Ref’R prend à bail des bureaux

Rudigoz & Associés accompagnait la société dans sa recherche de bureaux à la location.


Saint-Genis-les-Ollières : 140 m² de locaux commerciaux loués

nullLa société Valoris Real Estate a annoncé une transaction dans laquelle il était conseil.


Télétravail et immobilier d’entreprise : opportunité ou malédiction ?

nullTRIBUNE – Par Geoffrey Darjinoff, Président et co-fondateur de Spart


Villefranche-sur-Saône, Chambéry, Roanne dans le top 10 des centres-villes dynamiques

Villes de France, une association d’élus fédérant les villes moyennes, et Mytraffic, leader européen de l’analyse du flux piéton, ont publié le premier palmarès des centres-villes dynamiques.


Focus prend à bail 1.019 m² dans « Le Mat’ »

Brice Robert Arthur Loyd a dévoilé cette semaine ses dernières transactions.