Les professionnels en manque de leur espace de travail habituel

Selon un sondage réalisé par Deskeo auprès de 2.736 professionnels, 76% d’entre eux regrettent déjà leur espace de travail.

Dans un contexte de confinement et de télétravail forcé, l’opérateur de bureaux flexibles en France Deskeo a interrogé plus de 2.736 professionnels au sujet de leurs conditions de télétravail forcé. Sur ceux-ci, la grande majorité applique avec rigueur la politique de confinement. Moins d'un sondé sur trois (29%) dit continuer à exercer son activité professionnelle sur son lieu de travail habituel. En revanche, 59% des Français déclarent travailler à leur domicile et 11% dans leur résidence secondaire. « Parmi ces 70% de télétravailleurs, 89% n'ont pas l'habitude de travailler à distance et découvrent ainsi le home office », indique l’opérateur de bureaux.

« Parmi les conseils des professionnels pour s'organiser de manière efficace en télétravail, le fait de disposer d'une pièce dédiée pour s'isoler revient systématiquement. Malheureusement, cette recommandation ne s'applique qu'à une minorité de Français. En effet,plus de 73% des personnes interrogées ne disposent pas d'un espace réservé pour le home office », précise Deskeo.

Travailler plus en télétravail

En outre, beaucoup disent travailler plus qu’au bureau. 32% des sondés ont le sentiment de travailler plus longtemps que d'habitude quand seulement 1 Français sur 5 avoue travailler moins longtemps qu'en temps normal. .

Une partie des sondés - la moitié (49%) - actuellement en télétravail forcé avoue faire l'impasse sur le déjeuner. « Dans les faits, 37% des sondés déjeunent de façon occasionnelle et 14% continuent de travailler à l'heure du repas », précise Deskeo.

Et l'élimination du trajet vers le lieu de travail conduit à… travailler plus, ce que constate 59% des sondés . « En revanche, 54% des sondés utilisent ce temps gagné pour cuisiner et 52% pour dormir un peu plus. Parallèlement, 38% en profitent pour jouer avec leurs enfants et 33% pour effectuer les tâches ménagères. Le sport (25%) et les loisirs (16%) sont plus difficiles d'accès en cette période de confinement, même si on constate que les hommes sont globalement plus nombreux à s'accorder du temps pour eux », souligne l’opérateur de bureaux flexibles.

Moins de contacts

Le lien social avec les collègues tend en outre à se distendre. « 74% des sondés ne font... pas grand-chose », précise-t-il. « En effet, si 29% communiquent régulièrement par téléphone, très peu de Français utilisent les moyens technologiques à leur disposition pour partager leurs déjeuners (2%), happy hours (2%) ou leurs pauses café (1%) en vidéoconférence », souligne Deskeo.

Dans ce contexte de confinement, une grande majorité - plus de 73% des hommes et 79% des femmes - avouent pour leur part regretter leur bureau et leur espace de travail quotidien. Ceci joue également sur leur moral. En plus de la crainte d'être touchés par le coronavirus, 79% des hommes et plus de 83% des femmes « avouent avoir extrêmement peur de perdre leur emploi compte-tenu de la situation actuelle », conclut l’étude.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


USIN Lyon Parilly : la 1e pierre des bâtiments 2 et 3 a été posée

nullLa première pierre des bâtiments 2 et 3 d’USIN Lyon Parilly a été posée vendredi 18 novembre.


Arthur Loyd Logistique : Eric Guilloux va gérer la logistique urbaine

Le conseil vient de confier à Eric Guilloux la gestion et le développement de son département spécialisé en logistique urbaine.


AMDG achète 14 immeubles pour 56 millions d’euros

Ces biens industriels, tertiaires et résidentiels sont situés pour une part en région parisienne et pour une autre dans des communes de la Métropole de Lyon.


Lyon 2 : le campus d’Eureka Education inauguré

nullLe nouveau campus lyonnais a été inauguré au sein du King Charles, dans le quartier de la Confluence. Celui-ci comprend plusieurs écoles, dont une spécialisée ans l’immobilier, Suptertiaire.


Limonest : Domuneo prend 926 m² de locaux d’activités mixtes

nullValoris Real Estate était conseil dans cette transaction.


Technip intègrera « Eastwood » au Carré de Soie

nullDéjà installée au Carré de Soie dans les surface de l’immeuble TASE réhabilité, la société spécialisée dans le management de projets, l’ingénierie et la construction pour l’industrie de l’énergie, a signé un BEFA avec DCB International.


Fox Ten prend à bail près de 1.500 m² à Saint-Priest

Rudigoz & Associés – Knight Frank était conseil lors de cette transaction.


« Les entreprises veulent donner aux salariés l’envie de revenir au travail »


Benoît de Fougeroux est directeur régional Rhône Alpes de BNP Paribas Real Estate Transaction. Nous évoquons avec lui les grandes dynamiques du marché des bureaux et des locaux industriels en région lyonnaise.


Chalet du parc de la Tête d’Or : le groupement lauréat désigné


Le groupement Youse, Fondation Good Planet, la Fabuleuse cantine et Maison Gutenberg a été désigné pour faire revivre le chalet du parc de la Tête d’Or.


Chaponost : EPC Solaire prend à bail des surfaces

Evolis a communiqué l’une des transactions pour lequel il était conseil.


723 m² pris dans « Le Fontenay »

Valoris Real Estate était conseil de cette transaction réalisée dans le quartier de Gerland


Nouveau bureau à Annecy pour Advenis Conseil et Transaction

Le conseil a annoncé l’ouverture cette nouvelle implantation en Haute-Savoie, avec à sa tête, Loïc Daly.


Lyon 4 : Camden Publicité acquiert 384 m² de bureaux

Rudigoz & Associés – Knight Frank était conseil de la transaction.


Valoris Real Estate a acquis 600 m² de bureaux à Vaise

Le conseil en immobilier d’entreprise a récemment inauguré son siège social, situé dans le 9e arrondissement de Lyon.


Sarcey : Valoris accompagne la vente d’un parc d’activités de 1.355 m²

Valoris Real Estate a accompagné un propriétaire privé dans la commercialisation d’un parc d’activités de 1.355 m² à Sarcey.