Le COVID-19 pourrait faire évoluer les attentes des acheteurs, selon une étude

Selon une étude dévoilée par le promoteur Capelli réalisée avec l'institut Poll&Roll, la présence d’un présence d'un extérieur est devenue un critère plus important pour plus d'un français sur trois.

Plus d’un mois après confinement, les attentes immobilières des français semblent évoluer. C’est du moins ce que tend à montrer une étude réalisée par Capelli, réalisée à la mi-avril avec l'institut Poll&Roll sur un échantillon de 1.000 personnes. Selon le promoteur, « la crise sanitaire sans précédent que traverse le monde et le confinement imposé aux populations amènent les Français à réfléchir sur leur mode de vie et leur vision de l'avenir ». Le Groupe Capelli a donc, en partenariat avec l'institut Poll&Roll, souhaiter « prendre le pouls des Français sur l'impact de cette crise sur leur projet immobilier ».

Attentisme

Selon l’étude, le confinement « a une influence sur le bien-être des Français qui réside essentiellement sur la manière dont ils partagent un même espace familial et sur le manque de vie en extérieur ». Pour autant, une moitié des sondés déclarent ne pas prévoir pour l'heure de changer de logement. Mais à l’inverse, 20% l'envisagent d'ores et déjà fortement.

L’étude souligne que plus d'un sondé sur deux a fait évoluer son projet immobilier depuis la crise. 45% gardent en effet leurs projets immobiliers inchangés, tandis que les motivations et critères des autres 55% ont réellement évolué avec la pandémie Covid-19.

L’inquiétude semble poindre pour une part non négligeable des sondés vis-à-vis de la crise sanitaire et économique, un sur trois déclarant avoir moins confiance en l'avenir. Aussi, l’attentisme semble être de mis pour une part des sondés du fait de ce manque de visibilité à court terme. Un tiers attendent ainsi de voir si les prix vont baisser avant de se positionner sur un achat immobilier.

Quête d'espace

Le changement d’attentes est essentiellement motivé par la quête d'espace pour un sondé sur trois, notamment vis-à-vis d’un besoin d’extérieur. Ceci exprime le désir pour eux d'avoir un logement plus grand et une personne sur 4 souhaite disposer d'un espace extérieur, comme un balcon, une terrasse ou un jardin.

Pour 36% d'entre eux, la possibilité de disposer d'espace extérieur est devenu l'un des critères les plus importants dans leur projet d'achat. Un sondé sur trois souhaite que le bien immobilier soit situé au calme et proche de la nature et logiquement, 17% estimant désormais que la proximité du logement avec le lieu de travail est moins importante pour l'acquisition d'un bien.

Pour Christophe Capelli, président du groupe, « au-delà des impacts opérationnels et économiques ponctuels provoqués par le confinement, la crise actuelle va certainement modifier en profondeur et durablement les projets immobiliers des Français avec de nouveaux critères d'achat prenant en compte les difficultés vécues durant cette période ». « Nous sommes convaincus que leurs choix se porteront sur un mix qui devra allier "habitat idéal" (calme, proche de la nature, ...) et réalité budgétaire et organisationnelle (transports, écoles/universités, ...). L'aspect très rassurant de cette étude porte sur le fait que près de deux Français sur trois ne remettent pas en cause leur projet d'achat. En revanche, ils sont plus d'un sur deux à envisager de faire évoluer leur projet. La réalité post-confinement sera sans doute différente mais ces prises de conscience et ces décisions seront à prendre en compte par l'ensemble de la profession pour amener des réponses aux projets immobiliers des Français », souligne-t-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Wellcome », vaste opération résidentielle sur Gerland, a été lancée

Le premier arbre de ce programme situé dans le 7ème arrondissement de Lyon a été planté en juillet par Vinci Immobilier, BNP Paribas Immobilier et les élus de la Ville et de la Métropole.


Petit reflux des permis de construire

Au deuxième trimestre, les logements autorisés sont en baisse de 9,5% par rapport au premier trimestre.


Vicat : chiffre d’affaires semestriel en hausse, mais résultats en baisse

nullLe chiffre d’affaires du cimentier a progressé de 12,5% au premier semestre. Toutefois, le bénéfice net du groupe recule de 16,8% du fait de la forte hausse des coûts de l’énergie.


Convention de partenariat entre la CAPEB AURA et Pôle emploi

nullLe président de la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes et le directeur régional de Pôle emploi ont signé ce mardi cette convention.


Vicat a dévoilé « Carat », son liant « puits de carbone »

Ce nouveau liant se veut comme une réponse concrète à la RE2020.


Olean lève des fonds pour développer ses services aux promoteurs

Bulles de ventes phygitales, logiciel de qualification clients, marketplace… Olean multiplie les services aux promoteurs. Et pour renforcer son maillage territorial, la société d’Ecully vient de lever 1 million d’euros.


L’inquiétude grandit chez les artisans du bâtiment d’Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qui ressort de l’étude conduite par les CAPEB de la région auprès de ses adhérents.


Le recul d’activité se modère dans le secteur des matériaux

L’UNICEM a fait part, dans sa lettre mensuelle de conjoncture des matériaux de construction, d’un recul d’activité se modérant en mai dans le secteur des matériaux.


Dépenses de construction stables en Suisse l’année dernière

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a publié les résultats provisoires de l’enquête suisse sur la statistique de la construction.


Une déclaration de solidarité de la filière signée par les acteurs du BTP

Cette déclaration a été signée lundi lors d’une réunion organisée à Bercy sous l’égide de Bruno Le Maire et d’Olivia Grégoire.


«Il faut que l’on puisse proroger les dérogations»


Olivier Aubert est le président de la commission environnement & innovation de la FFB AURA. Nous évoquons avec lui les « journées de la mobilité » organisées par la fédération dans la perspective de la mise en place des ZFE, les zones à faible émission.


Une « Journée de la Mobilité » a eu lieu ce mercredi à Villeurbanne

nullCet évènement était organisé par la FFB Auvergne-Rhône-Alpes & la Fédération BTP Rhône et Métropole.


La FPI lance « l’appel de Strasbourg »

Cet appel vise à élaborer une stratégie nationale du logement qui réunirait toutes les parties prenantes.


«Une grande satisfaction de montrer que le BTP compte»

Samuel Minot est président de BTP Rhône. Nous évoquons avec lui l’assemblée générale de BTP Rhône et Métropole, et les grandes problématiques actuelles du secteur.


Les assemblées générales de BTP Rhône et de la FNAIM se sont tenues jeudi

nullSans concertation entre les fédérations, toutes deux se tenaient jeudi au Matmut Stadium. L’assemblée générale de BTP Rhône et Métropole avait pour thème « Un monde en transition(s) ».