Le COVID-19 pourrait faire évoluer les attentes des acheteurs, selon une étude

Selon une étude dévoilée par le promoteur Capelli réalisée avec l'institut Poll&Roll, la présence d’un présence d'un extérieur est devenue un critère plus important pour plus d'un français sur trois.

Plus d’un mois après confinement, les attentes immobilières des français semblent évoluer. C’est du moins ce que tend à montrer une étude réalisée par Capelli, réalisée à la mi-avril avec l'institut Poll&Roll sur un échantillon de 1.000 personnes. Selon le promoteur, « la crise sanitaire sans précédent que traverse le monde et le confinement imposé aux populations amènent les Français à réfléchir sur leur mode de vie et leur vision de l'avenir ». Le Groupe Capelli a donc, en partenariat avec l'institut Poll&Roll, souhaiter « prendre le pouls des Français sur l'impact de cette crise sur leur projet immobilier ».

Attentisme

Selon l’étude, le confinement « a une influence sur le bien-être des Français qui réside essentiellement sur la manière dont ils partagent un même espace familial et sur le manque de vie en extérieur ». Pour autant, une moitié des sondés déclarent ne pas prévoir pour l'heure de changer de logement. Mais à l’inverse, 20% l'envisagent d'ores et déjà fortement.

L’étude souligne que plus d'un sondé sur deux a fait évoluer son projet immobilier depuis la crise. 45% gardent en effet leurs projets immobiliers inchangés, tandis que les motivations et critères des autres 55% ont réellement évolué avec la pandémie Covid-19.

L’inquiétude semble poindre pour une part non négligeable des sondés vis-à-vis de la crise sanitaire et économique, un sur trois déclarant avoir moins confiance en l'avenir. Aussi, l’attentisme semble être de mis pour une part des sondés du fait de ce manque de visibilité à court terme. Un tiers attendent ainsi de voir si les prix vont baisser avant de se positionner sur un achat immobilier.

Quête d'espace

Le changement d’attentes est essentiellement motivé par la quête d'espace pour un sondé sur trois, notamment vis-à-vis d’un besoin d’extérieur. Ceci exprime le désir pour eux d'avoir un logement plus grand et une personne sur 4 souhaite disposer d'un espace extérieur, comme un balcon, une terrasse ou un jardin.

Pour 36% d'entre eux, la possibilité de disposer d'espace extérieur est devenu l'un des critères les plus importants dans leur projet d'achat. Un sondé sur trois souhaite que le bien immobilier soit situé au calme et proche de la nature et logiquement, 17% estimant désormais que la proximité du logement avec le lieu de travail est moins importante pour l'acquisition d'un bien.

Pour Christophe Capelli, président du groupe, « au-delà des impacts opérationnels et économiques ponctuels provoqués par le confinement, la crise actuelle va certainement modifier en profondeur et durablement les projets immobiliers des Français avec de nouveaux critères d'achat prenant en compte les difficultés vécues durant cette période ». « Nous sommes convaincus que leurs choix se porteront sur un mix qui devra allier "habitat idéal" (calme, proche de la nature, ...) et réalité budgétaire et organisationnelle (transports, écoles/universités, ...). L'aspect très rassurant de cette étude porte sur le fait que près de deux Français sur trois ne remettent pas en cause leur projet d'achat. En revanche, ils sont plus d'un sur deux à envisager de faire évoluer leur projet. La réalité post-confinement sera sans doute différente mais ces prises de conscience et ces décisions seront à prendre en compte par l'ensemble de la profession pour amener des réponses aux projets immobiliers des Français », souligne-t-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Les mises en ventes de logements neufs en chute libre à Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a communiqué il y a quelques jours les derniers chiffres en matière de réservations de logements neufs, et de prix, toujours orientés à la hausse.


Immobilier neuf : les craintes des promoteurs

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait un point la semaine dernière sur l’activité du secteur au cours du premier semestre, marqué par le confinement.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.