Immobilier neuf : les chantiers reprennent, mais des obstacles subsistent

Selon la fédération des promoteurs immobiliers, des facteurs-clés font encore obstacle à la relance de l’immobilier neuf, comme les permis et les ventes.

La reprise des chantiers est nécessaire, mais ne suffira pas à elle-seule à la relance du secteur. C’est en substance ce qu’a indiqué ce jeudi la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). « Si le gouvernement a mis l’accent sur les conditions de la reprise des chantiers, des facteurs-clés font encore obstacle à la relance de l’immobilier neuf. En amont des chantiers, le confinement paralyse la délivrance des permis de construire, en aval, il paralyse les livraisons et les transactions », note la FPI.

Les chantiers reprennent peu à peu

Fait positif, les entreprises retrouvent le chemin des chantiers. « Les adhérents de la fédération constatent en effet depuis dix jours un retour des entreprises du BTP, désireuses de reprendre les chantiers. Car pour les acteurs du bâtiment comme pour les promoteurs c’est une question de survie», note l’organisation.

La fédération note que le guide de l’OPPBTP, malgré ses imperfections, a joué un rôle déclencheur en préconisant les mesures sanitaires à respecter. « Les situations sont évidemment contrastées, en fonction de l’avancement des opérations, du nombre d’entreprises concernées, de la part de la coactivité etc. Mais on peut estimer que 30% environ des opérations ont repris, et cette part devrait rapidement croître », indique la fédération.

La question du coût

Mais à l’image du communiqué récemment signé par diverses organisations, la fédération pointe un sujet majeur, savoir le surcoût engendré par l’épidémie. « Le débat porte aujourd’hui sur les surcoûts, directs et indirects, liés à l’épidémie. Tout la chaîne est touchée, les maîtres d’ouvrage comme le BTP. C’est à l’échelle de chaque chantier que le nouvel équilibre économique des opérations se définit, dans le cadre contractuel. Il est important que l’Etat laisse les acteurs négocier, mais il pourrait faciliter cette négociation par une prise en charge partielle de ces surcoûts, comme le demandent certaines fédérations », propose la FPI. « La reprise des chantiers, clairement ressentie sur le terrain, ne résout qu’une partie des problèmes de l’immobilier neuf. En amont comme en aval des chantiers, le système reste largement paralysé ».

Blocages administratifs

La fédération critique notamment les blocages administratifs relatifs aux permis. « En amont des chantiers, la délivrance des permis de construire est à l’arrêt , étant donné que, depuis le 12 mars, le dépôt et l’instruction des demandes de permis de construire sont pratiquement stoppés. »

« Certains facteurs sont légitimes et inévitables : les maires sont extrêmement mobilisés par les questions sanitaires, les exécutifs locaux sont paralysés dans les grandes villes et les EPCI par l’inachèvement du processus électoral des municipales. D’autres facteurs sont plus difficiles à comprendre : l’incapacité de beaucoup de services instructeurs à travailler à distance, faute de matériels et de logiciels, ou l’indisponibilité de services de l’Etat consultés (architectes des bâtiments de France, archéologie etc.). Une fois les permis obtenus, d’ailleurs, certains maires interdisent même la reprise ou le lancement des chantiers ou limitent sévèrement leurs horaires. Les préfets, au nom de la reprise économique dans les territoires, ont un rôle à jouer sur ce point », affirme la FPI.

La fédération s’inquiète vis-à-vis de l’impact de cette paralysie, qui risque d’être « catastrophique ». Faute pour les collectivités locales de pouvoir facilement rattraper le retard, la FPI craine que des dizaines de milliers de logements pourraient ne pas être autorisés cette année. « Ce constat devrait nous conduire, collectivement, à rouvrir deux chantiers qui progressaient trop lentement jusqu’à présent, et qui doivent faire partie du plan de relance : la simplification et la digitalisation de l’instruction des permis de construire », affirme l’organisation.

Ventes et livraisons « à la peine »

L’organisation pointe en outre des retards dus à la formalisation des actes de vente. Or, la signature des actes de vente est selon elle « capitale, parce qu’elle dégage le chiffre d’affaires qui permet aux promoteurs de payer leurs fournisseurs et prestataires (BTP, architectes etc.) ». Mais malgré une ouverture juridique récente, « la dématérialisation de la signature chez les notaires reste balbutiante », souligne-t-elle. Il faut en effet au préalable « que les clients aient obtenu un prêt bancaire, ce que le confinement rend également difficile ».

D’autres difficultés sont également à noter en bout de chaîne. Les livraisons ne sont pas épargnées par la crise. Elle sont même, selon la FPI, « au point mort, non seulement par l’indisponibilité des clients, mais surtout par celle des concessionnaires chargés du raccordement des bâtiments neufs aux réseaux d’électricité ou de gaz. Le principe de continuité des services publics (Etat, collectivités, opérateurs publics) est sérieusement mis à mal par cette crise ».

Aussi Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France, souligne l’importance de débloquer l’offre et la demande. « L’épidémie de Covid révèle deux faiblesses majeures de l’immobilier neuf en France : la sur-administration et la sous-digitalisation. Leur traitement sera au cœur du ‘plan Marshall’ dont notre secteur a besoin pour contribuer au rebond économique de notre pays. Cette composante ‘offre’ est aussi importante que la relance de la demande.»






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Auvergne-Rhône-Alpes : nette hausse des mises en chantier de logements en 2021

Les mises en chantier et permis de construire ont évolué de concert à la hausse l’an dernier, dans un mouvement de rebond post-covid.


La mixité, sujet d’échanges lors de la conférence de la FNAIM Entreprises

La FNAIM Entreprises du Rhône organisait mercredi sa réunion annuelle de présentation des chiffres 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. Une table ronde a également été organisée sur le thème de la mixité fonctionnelle et de la transition écologique.


Légère baisse du climat des affaires dans le bâtiment

L’INSEE a fait part jeudi de l’indice du climat des affaires pour janvier, et dévoilé dans même temps celui afférent au secteur du bâtiment.


Patriarca à l’œuvre sur le PUP Duvivier

nullC’est une option peu courante en centre-ville que le promoteur Patriarca met en œuvre sur le PUP Duvivier à Lyon 7e. Son immeuble, le New-Worker associe locaux d’activités et bureaux, comme l’avait déjà fait précédemment son confrère Duval.


Projet Sollys : l’îlot Santé & Bien-être est livré

Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 décembre par les équipes de Linkcity Sud-Est et Bouygues Bâtiment Sud-Est. Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 […]


Vinci Immobilier vise le zéro artificialisation nette à l’horizon 2030

null
Le groupe, qui compte parmi les leaders de la promotion immobilière en France, s’est engagé ce jeudi sur cet objectif.


Réhabilitation des centres-villes : Nexity signe un partenariat avec Meridiam

Cet accord porte sur l’accompagnement des collectivités dans la réhabilitation des centres-villes en France.


Worldskills France 2022 : Vicat partenaire métiers

La phase 2 des finales nationales se déroule du 12 au 15 janvier à Lyon. Le groupe va fournir, dans ce cadre, tous types de produits.


«Un état mixte où on est à la fois locataire et propriétaire»

Mireille Vernerey est la présidente d’OGIC. Nous évoquons avec elle deux nouvelles solutions d’accession progressive à la propriété immobilière développées par le promoteur.


Le rebond de la construction de logements se poursuit

null
Le nombre de mises en chantier est désormais assez supérieur aux 12 mois précédant le premier confinement. Cette dynamique observée au niveau national est également sensible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le promoteur montpelliérain GGL s’implante dans la région

Aménageur et promoteur né à Montpellier il y a quarante ans, le groupe GGL a initié il y a deux ans une politique de conquête territoriale qui l’amène naturellement à envisager le secteur Rhône-Alpes. Deux projets sont déjà bien avancés au sein du pôle économique Techlid.


«Nous créons le lien entre investisseurs et promoteurs »

Mathieu Descout est président de Novaxia Investissement. Nous évoquons avec lui l’activité de la société de gestion, qui opère dans le recyclage urbain.


Vincent Davy, nouveau président de la FPI Alpes

nullLe directeur régional de Credit Agricole Immobilier succède à Oliver Gallais, qui présidait la FPI Alpes depuis presque 9 ans.


BLB Constructions devient Demathieu Bard Bâtiment Sud-Est

nullLe groupe basé à Villeurbanne a annoncé entamer une démarche d’uniformisation de ses entités et filiales.


Villefranche Beaujolais Saône : lancement du projet « Beau Parc »

nullSitué sur la commune d’Arnas, ce lancement constitue le plus grand projet de développement économique de la communauté d’agglomération.