Déconfinement : Edouard Philippe a fixé le cap

Le Premier ministre, dans un discours à l'Assemblée Nationale, a précisé la stratégie du gouvernement en matière de déconfinement. Les commerces non alimentaires, dont les agences immobilières, pourront ouvrir le 11 mai prochain.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, prononçait ce mardi un discours à l'Assemblée Nationale pour préciser la stratégie de déconfinement. Il a ainsi annoncé que les commerces non alimentaires pourraient de nouveau ouvrir leurs portes le 11 mai. Le Premier ministre a précisé que ces commerces pourraient de nouveau fonctionner en respectant toutefois « un cahier des charges strict, limitant le nombre de personnes présentes en même temps, en organisant les flux ». Les agences immobilières et régies font donc partie de ces commerces qui pourront de nouveau fonctionner, en respectant les règles sanitaires applicables à l’ensemble des commerces.

Dans cette optique, le port du masque sera, pour les clients et le personnel, recommandé, lorsque la distanciation sociale ne sera pas garantie. L’entrée d’un magasin pourra être conditionnée au port du masque par un commerçant. Sur la question des cafés, bars et restaurants, le gouvernement prendra une décision à la fin mai sur leur réouverture après le 2 juin.

Par ailleurs, le Premier ministre a d’ores et déjà averti qu’une reprise des nouveaux cas aurait un impact sur ce calendrier : «si à l'approche du 11 mai, le nombre de nouveaux cas journaliers n'était pas dans la fourchette prévue, nous devrons en tirer les conséquences », a-t-il indiqué dans sa déclaration.

Pas de réouverture des centres commerciaux de plus de 40.000 m²

La réouverture des centres commerciaux de plus de 40.000 m² ne pourra toutefois pas se faire, celle-ci étant laissée à la discrétion des préfets. A Lyon, ceci concerne notamment les grands centres commerciaux de la Part-Dieu et de la Confluence. Le centre commercial de la Part-Dieu est en effet bien au-dessus de ce seuil, la seule surface commerciale utile actuelle s’avérant être de 130.000 m². Pour sa part, le centre commercial de la Confluence dispose d’une surface commerciale assez nettement inférieure, à 53.000 m².

Pour les évènements professionnels comme les salons immobiliers, seuls ceux prévus à l’automne ont encore une chance de se tenir. «Les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les événements qui regroupent plus de 5.000 participants» et font à ce titre l'objet d'une déclaration en préfecture, ne pourront se tenir avant le mois de septembre.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.


Le Congrès de la FNAIM se tiendra en format 100% digital

Le congrès et salon des professionnels de l’immobilier organisé par la fédération sera sous un format 100% digital sur 4 jours.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.