Ingénierie : le ralentissement impacte le secteur

Les sociétés d’ingénierie sont toujours impactées par le ralentissement économique, selon la dernière édition du baromètre économique de Syntec-Ingénierie.

La dernière édition du baromètre économique de Syntec-Ingénierie montre un ralentissement économique impactant toujours les sociétés d’ingénierie, près de 6 mois après le début de la pandémie de Covid-19. Selon ce dernier, plus d’une entreprise sur deux estime que le redémarrage n’a pas encore eu lieu et craint pour la pérennité de son activité. Pour les sociétés les plus fragilisées, les premières difficultés de trésorerie apparaissent, indique l’organisation.

« Dans ce climat d’inquiétudes, en particulier pour les ingénieristes du conseil en technologies, la mise en œuvre rapide, simple et efficace du plan de relance sera clé. Partenaire des industriels et des collectivités, la profession génère 47,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploie 312 000 collaborateurs partout en France », indique Syntec-Ingénierie.

«Tout l’écosystème économique qui risque d’être atteint d’ici 6 mois »

« Le gouvernement a présenté le 3 septembre dernier un plan de relance massif et ambitieux. L’urgence est désormais de le mettre en œuvre. Les entreprises d’ingénierie continuent de souffrir du ralentissement économique et pour certaines les premières difficultés de trésorerie apparaissent. Au-delà de notre profession, c’est bien tout l’écosystème économique qui risque d’être atteint d’ici 6 mois ; car l’ingénierie – qui intervient sur les études et la conception – est à la racine de tout projet industriel et de construction ! Les entreprises d’ingénierie sont en ordre de bataille pour enclencher la relance ; il faut lancer les projets dès que possible ! », selon Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie.

La relance reste à matérialiser, selon l’organisation. Les entreprises d’ingénierie n’en voient en effet pas encore les effets, deux tiers d’entre elles souffrant toujours d’une baisse de leurs prises de commandes par rapport à la même période en 2019. Pour près d’une entreprise sur deux, elle atteint 11 à 30%. Pour deux tiers des sondés, l’activité sera toujours à la baisse aux 3e et 4e trimestre 2020.

La chute durable de l’activité a des répercussions directes sur l’emploi des techniciens et ingénieurs, avec des équipes qui restent sous-occupées pour plus de la moitié des entreprises interrogées (47% seulement travaillent à 100%) et 7% des effectifs sont toujours soumis à l’activité partielle (vs. 9% en juillet).

Difficultés de trésorerie

Les ingénieristes sont inquiets et confrontés à des difficultés de trésorerie. « Malgré l’efficacité des différentes mesures de soutien aux entreprises, les ingénieristes voient leur trésorerie mise à mal. Un tiers d’entre eux est confronté à l’allongement des délais de paiement et pour 15%, ils ont dépassé les 30 jours. Notons que ce délai ne cesse d’augmenter depuis le début de la crise : 7% la semaine du 11 mai, puis 11% la semaine du 1er juin. Pour 72%, ces difficultés s’expliquent en grande partie par le refus de la part du client de prendre en charge les surcoûts liés à la Covid-19 », indique Syntec-Ingénierie.

Alors que la situation semble se normaliser, plus d’une entreprise d’ingénierie sur deux estime que le redémarrage économique n’a pas encore eu lieu. Si une partie des sondés fait déjà état de difficultés de trésorerie, le risque se situe dans les 6 mois à venir pour 20% d’entre eux. Quoi qu’il arrive, les 12 prochain mois seront décisifs pour la moitié des répondants.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’artisanat du bâtiment fait part d’indicateurs en baisse

La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes a fait part d’un « marché en souffrance dans un contexte économique bouleversé ».


La confiance des ménages et des acteurs du BTP se dégrade

L’INSEE a fait part ce mercredi de son indice de confiance des ménages, après avoir publié la veille son enquête trimestrielle dans la promotion immobilière et celle dans l’artisanat du bâtiment.


La Métropole de Lyon réaffirme son soutien aux Worldskills

nullLa collectivité a annoncé son soutien plein et entier à cet événement. Elle regrette l’absence d’engagement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.


Hausse de MaPrimeRénov’ : une mesure en trompe l’œil pour la CAPEB

Le gouvernement avait annoncé en cours de semaine dernière une augmentation pour les pompes à chaleur et chaudières biomasse.


Le Plan Résilience, un signal « à amplifier rapidement », selon la FFB

La fédération française du bâtiment a fait part de sa réaction suite au plan présenté mercredi par le Premier ministre. Pour elle, il s’agit d’un premier signal pour le BTP à rapidement amplifier.


Symbiote alerte sur des pertes d’environ 13.000 emplois

nullLe syndicat multi branches des industries et des opérateurs de la transition énergétique a fait part de licenciements massifs depuis 6 mois avec une estimation de pertes d’environ 13.000 emplois. Il a adressé en ce sens une lettre ouverte au ministère.


L’Anah a financé la rénovation de 751.646 logements en 2021

MaPrimeRénov’ a notamment rencontré le succès, avec 764.732 dossiers déposés en 2021 et 644.073 primes accordées, soit 2,06 milliards d’aides distribuées.


« Nous avons un méta projet, le projet de la ‘Métropole harmonieuse’ »

nullOlivier Bianchi est maire de Clermont Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole. Nous évoquons avec lui la méthode qui a permis de mettre au point et voter en décembre une programmation pluriannuelle des investissement sur 10 ans. Nous échangeons plus largement, avec lui, sur l’organisation de la 4e Métropole d’Auvergne-Rhône-Alpes, et les enjeux de celle-ci.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la pénurie de main d’œuvre

L’artisanat du bâtiment en Auvergne-Rhône-Alpes a fait part de son étude de conjoncture du 3e trimestre 2021. Celle-ci fait état d’une activité dynamique sur un marché toujours en tension.


Rebond des ventes du commerce, difficultés de recrutement chez les artisans

L’INSEE a fait part cette semaine de plusieurs statistiques attestant du rebond de l’activité.


Emmanuelle Wargon promeut un modèle durable pour les maisons individuelles

nullLa ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, a rappelé jeudi ses priorités lors du discours de clôture de l’opération « Habiter la France de demain ». Mais ses propos sur la place de la maison individuelle ont été vivement commentés, l’obligeant à répondre vendredi aux critiques des fédérations.


Loi climat et résilience : l’impact sur l’immobilier et les transports

Après plusieurs mois d’examen et une commission mixte paritaire conclusive, les députés et les sénateurs ont adopté cette semaine ce projet de loi qui aura un impact important en matière de végétalisation, d’isolation des bâtiments ou sur la qualité de l’air via de nouvelles ZFE.


MaPrimeRénov’ devient accessible aux bailleurs


Ceci va permettre aux propriétaires bailleurs de déposer leur demande d’aides pour tous les travaux éligibles réalisés depuis le 1er octobre 2020.


La FFB et la ministre chargée du logement satisfaites du succès de Maprimerénov’

nullEmmanuelle Wargon a, lors du congrès national de la FFB, évoqué les derniers chiffres très positifs du dispositif, et les ambitions du gouvernement en matière de rénovation. Elle a également appelé qu’un nouvel accompagnement allait arriver en 2022.


L’adaptation des logements au grand âge, objet de la visite de deux ministres

La ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, et la ministre déléguée en charge du logement, Emmanuelle Wargon, étaient mercredi et jeudi en déplacement à Genas, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune et Lyon.