Des mesures pour prévenir le risque de loyer impayé

Le ministère en charge du logement a dévoilé vendredi des mesures visant à prévenir le risque de loyers impayés en cette période de crise sanitaire.

Le risque de loyer impayé augmente avec le confinement. Depuis le 30 octobre et l’entrée dans cette nouvelle période, certains foyers peuvent subir des baisses de revenus à même d’entrainer des difficultés pour payer leur loyer, malgré les mesures massives de financement du chômage partiel et d’aides aux entreprises. Le ministère rappelle toutefois que, même dans ce contexte particulier, le loyer reste dû au propriétaire.

Aussi, la ministre chargée du Logement a présenté différentes mesures mises en place pour prévenir ce risque, la crise sanitaire et sociale ayant un impact sur la situation économique des Français, ce qui peut rendre plus difficile la prise en charge des dépenses du quotidien, notamment le paiement des loyers. Dans ce cas, il est d’abord conseillé de se tourner sans tarder vers son propriétaire, que ce soit un bailleur social ou un propriétaire privé, pour trouver une solution à l’amiable.

Accompagnement par l'ADIL

Plusieurs outils sont à disposition des locataires en difficulté et des propriétaires en situation d’impayés. Il est possible de se faire accompagner dans vos démarches par un conseiller-juriste du réseau des agences départementales d’information sur le logement (ADIL). Pour accéder à des informations et des conseils personnalisés, l'Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil) a mis en place précédemment à la crise sanitaire un numéro vert "SOS loyers impayés" accessible du lundi au vendredi au 0805 16 00 75 (appel et service gratuits).

Cette plateforme met l’appelant (bailleur ou locataire) en lien avec l’un des 450 conseillers-juristes du réseau des ADIL, le plus proche de chez lui. Cette information de proximité permet une analyse juridique de la situation de l’appelant, un point sur les aides mobilisables (nationales et locales), une vérification éventuelle du montant de la dette locative, la préconisation de démarches amiables et une proposition d’échéancier, en parallèle de démarches plus formelles, une explication des étapes de la procédure. Elle permet également si nécessaire, un point sur les modalités d’un relogement ou du dépôt d’un dossier de surendettement, et l’orientation vers l’acteur adapté à la situation (travailleur social, commission de conciliation, etc.).

Des aides mobilisables

Plusieurs aides locales et nationales sont par ailleurs mobilisables en fonction de la situation de chacun. « A l’échelle locale, les fonds de solidarité pour le logement (FSL) prévoient des aides financières pour les personnes en difficulté de paiement de leur loyer. Ils sont gérés par les Conseils départementaux, qui ont parfois délégué cette compétence aux métropoles. Ces fonds de solidarité logement ont souvent, lors du premier confinement, mis en place des aides exceptionnelles pour faciliter la prise en charge des impayés de loyer dus aux conséquences économiques de la crise sanitaire. Les travailleurs sociaux de votre commune ou de votre département pourront vous accompagner dans la mise en œuvre de ces aides » note le ministère, qui précise qu’à l’échelle de la commune, les CCAS (centres communaux d’action sociale) et les centres intercommunaux d’action sociale peuvent se mobiliser à travers des aides exceptionnelles, destinées à aider au paiement du loyer par des ménages en difficulté sur leur territoire.

La ministère ajoute que, par ailleurs, le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco a créé en mai une aide exceptionnelle d’urgence pour les salariés cotisants Agirc-Arrco, qui peuvent connaître des difficultés d’ordre financier du fait de la crise sanitaire, pour une enveloppe globale de 200 M€. Cette aide circonstanciée est allouée en une fois et peut atteindre 1500 € en fonction de la situation du demandeur. Pour en bénéficier, le salarié doit contacter sa caisse de retraite complémentaire. Cette aide, initialement prévue pour durer jusqu’à la fin du mois de juillet, a été reconduite jusqu’au 31 décembre 2020. Dans certains cas, les Caisses d’allocations familiales et les caisses de la Mutualité sociale agricole peuvent aussi proposer des aides.

En juin dernier, Action Logement a également mis en place une prime aux salariés modestes afin de prévenir les impayés liés à la dépense en logement (loyer ou emprunt), pour une enveloppe globale de 100 millions d’euros. Elle prend la forme d’une aide de 150 euros par bénéficiaire pour un mois, renouvelable une fois (soit un total maximum de 300 €), accordée sous plafond de ressources (1,5 SMIC). Le Premier ministre a annoncé samedi 24 octobre la prolongation de cette aide et l’assouplissement de ses critères d’octroi. Pour les demandeurs d’emploi ou les personnes qui auraient perdu leur emploi depuis leur première demande, le plafond est ainsi porté à 900 euros, soit 6 versements de 150 euros. Le bénéficiaire doit connaitre une baisse de ses revenus de 15% et une dépense logement supérieure à 33% de ses revenus.

Observation des impayés

Enfin, l’observation des impayés de loyers a été renforcée, face au risque d’augmentation des impayés de loyers. Il est en effet nécessaire de mettre en place un outil d’observation des impayés de loyers partagé entre les différents acteurs publics et privés qui y font face. « Un observatoire sera ainsi activé très prochainement pour disposer de données précises et suivre leur évolution. Il viendra en complément de l’indicateur avancé mis en place par l’ANIL le 17 mai 2020 en lien avec les consultations des ADIL en matière d’impayés et d’expulsions », note le ministère.

M. le député Démoulin rendra d’ici la fin de l’année son rapport suite à la mission qui lui a été confiée par le Premier ministre et traitera de la prévention pour faire face à ces situations.

« Nous sommes très attentifs à ce que les foyers en difficulté de paiement de loyer puissent bénéficier d’un soutien. Des dispositifs existent. Nous les mobilisons et s’il fallait en imaginer de nouveaux nous le ferons », a conclu dans son communiqué Emmanuelle Wargon, Ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


48% des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

C’est le résultat d’une étude de Seloger, qui montre que cette proportion est encore plus importante en région parisienne.


Première réunion pour l’observatoire des impayés de loyers et de charges

Celui-ci s’est réuni pour la première fois ce lundi.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


Des mesures pour prévenir le risque de loyer impayé

Le ministère en charge du logement a dévoilé vendredi des mesures visant à prévenir le risque de loyers impayés en cette période de crise sanitaire.


Aide au logement prolongée pour les saisonniers agricoles


C’est ce qu’ont indiqué dans un communiqué commun le ministère de l’Agriculture et Action Logement.


Orpi s’insurge contre la perspective d’un encadrement des loyers


Opac du Rhône : Xavier Inglebert succède à Michel Micoulaz


Suite au départ à la retraite de Michel Micoulaz, celui qui avait été préfet délégué à l’égalité des chances dans le département du Rhône devient le nouveau directeur général de l’office public de l’habitat.


Les loyers pourront augmenter de 0,46%


L’indice de référence des loyers, qui régit la révision des loyers en cours de bail, progresse légèrement, mais dans des proportions bien moindres qu’en 2019.


L’UNIS souhaite un observatoire des charges de copropriété

Relations partenariales avec les professionnels et les élus, encadrement des loyers, éco-rénovation : les sujets sont nombreux dans les prochains mois pour l’UNIS Lyon-Rhône.


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.


L’encadrement des loyers voté pour Lyon et Villeurbanne


La Métropole de Lyon a voté ce lundi le dépôt d’une candidature pour l’expérimentation de l’encadrement des loyers dans ces deux villes.


Un barème qui sera défini par arrêté préfectoral

La demande d’encadrement des loyers qui devrait être votée ce lundi vise notamment à réguler les loyers des petites surfaces. Après validation par le ministère, le barème serait ensuite défini par le préfet.


La Métropole de Lyon va s’engager sur l’encadrement des loyers


Lors de son conseil métropolitain ce lundi, la Métropole de Lyon devrait voter une demande d’expérimentation du dispositif d’encadrement des loyers.