Prix de l’immobilier : vers une nouvelle hausse en 2011

L'IEIF et le Crédit Agricole prévoient tous deux une hausse des prix cette année. La banque se montre toutefois plus prudente que l'Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière.

2011 sera sans doute une nouvelle année de croissance des prix de l'immobilier. C'est en tout cas ce que dévoilent deux études, publiées coup sur coup cette semaine, par le Crédit Agricole et l'Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière (IEIF).

L'importance de la hausse diffère toutefois entre la banque et l'institut, le premier étant beaucoup moins optimiste que le second. L'IEIF prévoit en effet une hausse des prix supérieure, dans tous ses scénarios, à 7.6%. Même en cas de rechute de la croissance française durant l'année 2011, le déficit de logement demeurerait, selon lui, si important que ce seul facteur de soutien devrait permettre de faire remonter les prix de l'immobilier. En cas de croissance de l'économie française, l'évolution des prix devrait ainsi progresser de 9.7% dans le scénario central. Dans le cas d'une rechute de l'économie, elle ne serait 'que' de 7.6%.

+3% pour le Crédit Agricole

La vision de l'IEIF sur l'offre de logement ne semble toutefois pas être partagée par le Crédit Agricole. Pour Olivier Eluere, l'économiste de la banque, l'« offre pourrait s’élargir quelque peu ». « Les vendeurs potentiels seront plus enclins à vendre si l’effet valeur refuge joue moins et si la prime de risque se réduit (du fait de la remontée des taux longs) ». « Les secondo-accédants vont revenir peu à peu et dans le neuf l’offre devrait redémarrer progressivement » prévoit-il. Dans le même temps, la demande devrait « se stabiliser, voire baisser un peu ».

De ce fait, « un meilleur équilibre offre/demande et la remontée des taux de crédit devraient a priori conduire à des hausses de prix modérées » selon le Crédit Agricole, qui table sur une progression de 3% de ces derniers en 2011. En outre, plusieurs facteurs devraient jouer en faveur d'une stabilisation. La remontée des taux d'intérêt devrait notamment faire pression sur les prix, tout comme la fin d'avantages fiscaux importants, comme la suppression du crédit d’impôt pour les intérêts d’emprunt et la moindre réduction d’impôt pour le « Scellier ». Enfin, si la Bourse devait poursuivre sa remontée, « l’effet « valeur refuge » devrait moins jouer, à mesure que les taux d’intérêt (à court et à long terme) remonteront » note l'économiste.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Premier baromètre positif pour les « Petites villes de demain »

Le Conseil supérieur du notariat (CSN) et l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) ont présenté ce jeudi ce premier « Baromètre des petites villes de demain ».


Immobilier : les notaires décrivent un « ralentissement »

null
Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France ont évoqué une « lente décrue » des volumes de transactions. Les prix des appartements se stabilisent dans plusieurs villes de la région.


Immobilier dans le Rhône : érosion des ventes, mais des prix qui se maintiennent

nullLa Chambre des notaires du Rhône organisait jeudi un point marché sur le marché immobilier dans le département du Rhône et la Métropole de Lyon.


Les prix baissent et les délais de vente s’allongent à Lyon

Meilleurs Agents a communiqué ce mercredi son baromètre de novembre.


Immobilier : la hausse des prix et les ventes s’érodent

C’est le constat du baromètre mensuel dévoilé par la FNAIM.


La hausse du prix des maisons ralentit le marché, selon Century21


Le réseau d’agences franchisées a fait part mercredi de son point d’activité trimestriel. A Paris, le prix du m² repasse, selon lui, sous la barre symbolique des 10.000€.


Les prix de l’immobilier en hausse dans le Rhône mais en baisse à Lyon


La FNAIM a fait part jeudi des chiffres du marché immobilier rhodanien au terme du premier semestre.


Le marché immobilier demeure dynamique, selon Laforêt

Le réseau d’agences franchisées a fait part vendredi de son point marché trimestriel.


La baisse des prix de l’immobilier semble se préciser à Lyon

La FNAIM a fait part, dans sa note de conjoncture, de prix en baisse pour Lyon et Paris. Les autres villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, elles résistent mieux.


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France

L’INSEE a fait part de ses indices des prix des logements anciens réalisées avec les notaires au titre des logements anciens.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Accalmie du marché immobilier, selon Immonot.com

Le site a fait part de son enquête réalisée en juillet 2022 sur la tendance du marché immobilier auprès d’études notariales réparties sur toute la France. Celle-ci confirme un ralentissement des ventes.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.