Prix de l’immobilier à Lyon : de 5 à 10% de hausse en 2011

Les notaires ont communiqué leurs premières prévisions pour l’année. Ils prévoient une hausse de près de 10% dans les grandes métropoles, comme Paris et Lyon. Le rythme d'augmentation pourrait toutefois ralentir au second semestre.

La hausse des prix n’est pas terminée. C'est en substance ce qu'ont indiqué ce matin les notaires de France, qui ont dressé un panorama complet des prix et des perspectives pour 2011 en matière d'immobilier.

+5 à 10% pour les appartements à Lyon

À Lyon, la hausse des prix devrait s'établir entre 5 et 10%, selon les notaires de France. La ville ferait moins bien que Bordeaux et Rennes, où la progression pourrait atteindre 15 % cette année, mais mieux que Toulouse, dont les prix devraient stagner, voire légèrement progresser.

Pour les notaires, « le marché de Paris intramuros et des quartiers historiques des grandes villes dynamiques de Province, comme Lyon, Nantes, Bordeaux ou Montpellier, évoluerait au-delà de + 10 % » En revanche, « pour les marchés immobiliers régionaux la hausse sera plus modérée qu’en 2010 et se situera entre + 3 % et + 5 % ».

Une année en deux temps

En revanche, les notaires prévoyaient une année immobilière en deux temps, avec un premier semestre bien plus actif que le second. Ils avancent ainsi plusieurs explications pour expliquer ce phénomène. En premier lieu, l'envolée des taux d'intérêt pourrait bien désolvabiliser une partie des acquéreurs. En outre, la réforme de la fiscalité et l'approche de l'élection présidentielle pourrait bien perturber le marché immobilier.

Des prix toujours en nette hausse au troisième trimestre

En Rhône-Alpes, le prix moyen d'un appartement était de 2540 € par mètre carré à la fin du troisième trimestre 2010, soit une hausse de 7,1 %. À Lyon, le prix au mètre carré atteint 2958 €, contre 2431 € à Grenoble, avec des hausses respectives de 7,9 % et de 4,6 % en rythme annuel au troisième trimestre 2010. Seule grande métropole rhônalpine à connaître une baisse des prix, Saint-Étienne voit ses prix baisser de 1,1 %, à 1268 €. Par département, la hausse des prix la plus remarquable est à mettre à l'actif de la Drôme, où les prix ont progressé de 12,9 % du troisième trimestre 2009 au troisième trimestre 2010.

Saint-Étienne toujours à la peine

Concernant les maisons, la hausse était de 10,2 %, pour un prix moyen de 258 700 euros sur la région entière. Et là encore, il y a plusieurs marchés. D'un côté Lyon et Grenoble, dont les prix des maisons ont progressé en rythme annuel de 7,4 % et de 4,3 % au troisième trimestre 2010. Et de l'autre Saint-Étienne, dont les prix des maisons ont baissé de 2,1 % sur la même période. Il faut ainsi compter 290 000 € pour une maison à Lyon contre 187 500 € pour le même bien à Saint-Étienne.

Le prix des maisons dans la région est ainsi bien inférieur à celui constaté en PACA, où il faut débourser 384 200 euros, mais demeure supérieur au prix pratiqué en Auvergne (138 300 €) et dans le Limousin (115 300 €).

LIRE AUSSI
-Les prix à la mise en vente en hausse à Lyon, stables Grenoble

-Crédit Agricole et l'IEIF tablent sur une hausse des prix en 2011







Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.


Immobilier : l’attrait confirmé pour la grande couronne lyonnaise

L’augmentation des prix médians des appartements et des maisons dans le Rhône surpasse celle de Lyon. L’attrait pour la périphérie, déjà perceptible en 2020, s’est confirmé en 2021.