Loyers des HLM : la polémique se poursuit

Après la réponse de l’Union Sociale pour l’habitat à la CLCV concernant l’augmentation des loyers HLM, l'association de consommateurs affirme maintenir ses positions.

La polémique se poursuit sur l’augmentation des loyers HLM. Mardi, la CLCV avait attaqué de front les bailleurs sociaux, en indiquant que 12% d’entre eux étaient hors la loi, en appliquant des hausses de loyers supérieures à 1.10%, soit la hausse de l'IRL. La CLCV indiquait que 4% des bailleurs avaient appliqué des augmentations hors cadre, et que 8% d’entre eux avaient appliqué des hausses certes inférieures dans leur globalité à 1.10%, mais supérieures à cette progression pour certains logements.

L’USH avait répliqué dans la foulée, en dénonçant la méthodologie de la CLCV, notamment en ce qui concerne les 8% de Sociétés d’Economie Mixte présent dans l’échantillon de la CLCV. Or « les logements alors pris en compte dans l’étude de la CLCV sont, selon cette dernière « les logements sociaux gérés par des SEM, soumis à la même réglementation en matière de loyers que les logements sociaux gérés par des OPH et des SA HLM ».

Réponse sur les hausses modulaires

L’autre critique concernant les organismes en procédure de redressement, qui, rappelait l’USH, ont le droit d’appliquer des hausses supérieures à l’IRL, est également balayée d’un revers de main par l’association de consommateurs. « Les organismes présentant des hausses de loyers supérieures à 1,10 % et en procédure de redressement sont clairement signalés à part » indique ainsi la CLCV.

L’association est également critique vis-à-vis de l’USH concernant les hausses modulaires, qui, selon cette dernière, ne seraient pas contraires à la loi : pour elle ceci est vrai « à condition qu’elle ne dépasse pas 1,10 % par logement ». « C’est effectivement ce que pratiquent certains organismes, qui ne sont pas mis en cause par notre enquête. Nous contestons exclusivement les bailleurs sociaux qui appliquent des modulations supérieures à 1,10 % proscrites par la loi » indique ainsi la CLCV, qui exhorte en outre le mouvement HLM à « prendre acte de la réalité, même si elle dérange ».

LIRE AUSSI
-12% des bailleurs sociaux hors-la-loi
-L'USH répond à la CLCV sur les loyers HLM

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour je viens de recevoir ma quittance de loyer avec une augmentation de 1,5% d’augmentation pour 2013 je suis en loyer conventionné hlm a saint priest ,ou on nous prétend que c’est dans cette localité que les loyers sont le moins cher pour nous faire avaler la pilule , alors que rien ne vient justifier une telle augmentation je ne comprends pas l’attitude du conseil d’administration a majorité de gauche le sigle hlm ne veut plus rien dire bientôt on ne pourra plus se loger c’est une honte.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Philippe Linage devient président du directoire de Sollar

Le nouveau dirigeant succède à Guy Vidal.


Une concertation avant un comité interministériel des villes

null
La ministre chargée de la Ville engage une large concertation dans la perspective de ce comité interministériel.


Élodie Aucourt Pigneau prend la direction générale de Cité Nouvelle

La dirigeante a, en début d’année, pris les rênes de cette filiale immobilière régionale du groupe Action Logement implantée dans la Loire.


Constat de carence pour 11 communes de la Métropole de Lyon

Si un effort notable a eu lieu dans les communes de la Métropole de Lyon et du Rhône en faveur de la production de logements sociaux, l’État se dit vigilant et en soutien dans l’objectif d’amplifier les résultats.


Les OPH de la Loire et du Rhône vont coopérer via une SAC

null
L’OPAC du Rhône et Loire Habitat vont s’engager dans une une future coopération via une société anonyme de coordination, une SAC.


La Ville de Lyon va adhérer à l’OFS métropolitain

null
Une délibération, amenée à être votée par la majorité, est présentée ce jeudi en ce sens devant le conseil municipal de Lyon.Le logement social a également été évoqué.


550 communes n’ont pas atteint leurs objectifs SRU

Sur les 1.035 communes soumises à la loi imposant de compter 20% ou 25% de logements sociaux en 2025, plus de la moitié n’ont pas atteint leurs objectifs, selon la Fondation Abbé Pierre.


COVID-19: 16 069 places supplémentaires mobilisées

Ces places ont pour objectif d’héberger des sans-abris. 927 places sont ouvertes en centre médicalisé.


Lyon 2 : l’«espace de santé et prévention» vendu à Alliance Santé Confluence


Ce groupement de trois opérateurs de santé et de la Banque des territoires a acquis auprès de Linkcity ce programme situé au cœur du quartier du 2ème arrondissement de Lyon.


Un pacte national pour la relance de la construction durable


Ce pacte matérialise l’engagement pour la relance de la construction de logements avec les principales fédérations et organisations.


Un nouvel effort sur l’accession sociale souhaité par les Coop’HLM et Procivis


Si les deux organisations se sont montrées satisfaites du report à fin 2022 la disparition du PTZ, elles demandent la mise en place d’une prime exceptionnelle à l’achat et un soutien aux dispositifs PSLA et BRS.


Une aide de l’Opac du Rhône pour les commerces

L’office ne demandera pas de loyer aux commerces « non essentiels » de son patrimoine en novembre.


Allex, un projet pour rénover le siège d’Alliade Habitat

JLL et Tétris interviennent dans le cadre d’une mission de rénovation et d’extension du siège de la filiale d’Action Logement.


Carré de Soie : Cogedim vend un immeuble de bureaux à EMH


Cogedim Grand Lyon annonce avoir vendu en VEFA à Est Métropole Habitat un immeuble de bureau de 6.000 m² au sein de « Ilot G » sur le secteur du Carré de Soie. Le bailleur en fera, à terme, son siège social.


Des remous suite à l’augmentation de l’offre d’hébergement d’urgence

La Ville de Lyon a mis à disposition deux lieux permettant d’augmenter de 250 lits l’offre d’hébergement d’urgence. Pour sa part, l’hôpital Charial des HCL, situé sur Francheville et Craponne, va être confié à l’Etat pour transformer les locaux en centre d’hébergement d’urgence. Un choix discuté par les élus.