Hausse des prix de l’immobilier au Maroc

Les prix de l’immobilier ont progressé au Maroc au premier trimestre, selon la banque Centrale.Les prix de l’immobilier sont à la hausse au Maroc au premier trimestre. Selon la banque centrale du pays, la banque Bank al-Maghrib, les prix ont en effet progressé de 1,2 % d'un trimestre sur l'autre, après une contraction de 1,1 % de ces derniers au quatrième trimestre 2010.

Cette progression des prix permet à l'indice général de progresser de 5 % en glissement annuel. Il n'en reste pas moins que les variations sont très hétérogènes d'une région sur l'autre. D'importantes hausses ont été constatées dans les régions de Doukkala-Abda, l’Oriental et Gharb-Charda-Beni Hssen. Or dans le même temps, les régions de Fès-Boulmane, Taza-Al Hoceima-Taounate et Tanger-Tétouan voyait les prix diminuer.

Progression marquée des appartements

La hausse des prix des appartements atteints 1,7 % en glissement trimestriel, ce qui est plus que la moyenne des biens. La hausse de ce type de biens et ainsi de 6,7 % En glissement annuel. Il n’y a guère qu’à El Jadida où Agadir, que les prix ont connu des replis de 6% et 2,1%. Malgré tout, on observe un fléchissement du volume des ventes, qui s'avère être en baisse de 5,2 % sur le trimestre

à 11 324 unités. Les régions les plus touchées par ce phénomène ont été notamment le Grand Casablanca, Souss-Massa-Draâ et Meknès-Tafilalt.

Côté maison, les prix ont progressé de 0,7 % sur le trimestre soit un rythme inférieur à celui de la moyenne générale des biens. La hausse a été particulièrement marquée dans les villes d’Oujda, de Marrakech, d’Agadir et de Casablanca. Là aussi, les transactions sont en recul de 8,1 % d'un trimestre sur l'autre, et même de 18,2 % en rythme annuel.

Sur le front des villas, les prix ont augmenté de 2,8 % d'un trimestre sur l'autre, ce qui porte à 7,7 % la progression en glissement annuel. Cette forte hausse a notamment été portée par l'augmentation des prix dans les villes de Rabat et de Kenitra, qui ont été de 11,2% et 4,1%. Les villas sont également le seul compartiment où les transactions ont progressé, de 2 % au premier trimestre.

Hausse des prix, baisse des volumes

Les prix des actifs au cours du 1er trimestre 2011 ont connu des augmentations dans presque toutes les villes, selon la banque centrale, hormis dans les villes d’El Jadida et de Rabat, où les prix ont accusé des diminutions respectives de 6% et 1,3%. La hausse atteint 1,5% à Marrakech et 10,3% à Oujda. En revanche, sur le front des volumes, seule Tanger a connu une hausse trimestrielle

de 83,7% du volume des ventes. Dans toutes les autres villes, dont les transactions ont été moins nombreuses.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Saint-Étienne : les prix de retour sur le seuil des 1.000 € le m²

nullDans leur dernière note de conjoncture trimestrielle, les notaires de la Loire ont fait part de hausses de prix substantielles sur l’ensemble du département, dont Roanne et Saint-Étienne.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


Immobilier: premières baisses de prix à Lyon

Le constat a été dressé dans la dernière note immobilière de conjoncture immobilière des notaires de Rhône-Alpes publiée chaque trimestre.


Immobilier neuf : les prix en forte hausse dans le Rhône sur un an


Plusieurs acteurs du secteur ont publié lundi le 1er baromètre digital de l’immobilier neuf.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas