Les prix de l’immobilier sont surévalués en France, selon le FMI

Le Fonds Monétaire international appelle « à la vigilance » sur le sujet, rejoignant ainsi d’autres institutions comme le BIPE ou Moody’s.

Nouvel avertissement sur les prix de l’immobilier en France. Après le BIPE et le Conseil d’Analyse Stratégique, c’est au tour du Fonds monétaire international, désormais dirigé par Christine Lagarde, à en appeler « à la vigilance » sur le niveau des prix immobiliers dans l'Hexagone. L’institution financière internationale considère même surévalués les prix actuels.

Pour le Fonds, « elles pourraient justifier l’introduction de règles macroprudentielles, même si les risques pour la stabilité financière apparaissent aujourd’hui limités » indique le ministère de l’économie et des finances dans son communiqué présentant le rapport du FMI.

Une analyse proche de celle de Moody’s

Il y a quelques semaines, plusieurs institutions, dont Moody’s et le BIPE avaient averti sur une possible baisse des prix de l’immobilier dans les prochains mois. Le Conseil d’Analyse Stratégique n’hésitait pas, de son côté à parler de bulle immobilière.

L’approche du Fonds Monétaire international ressemble en bien des points à celle de Moody’s. L’agence de notation avait indiqué que si une modération voire une légère baisse des prix était le scénario le plus probable en France, le système bancaire pourrait l’absorber. Ce qui n'est en rien différent de ce que dit le FMI.

Vers plus de rigueur dans les comptes publics

L’avertissement vis-à-vis des prix de l’immobilier lancé par le FMI est l'un des nombreux sujets abordés au sein du rapport annuel sur l’état de la France. Dans ce document, l’institution internationale appelle le pays à poursuivre ses réformes, tout en se félicitant « de la pertinence et de la crédibilité de la stratégie d’assainissement des finances publiques adoptée par la France » selon les termes du communiqué de François Baroin qui présente ce rapport, encore à paraître. Néanmoins, il invite toutefois le pays à se « préparer des mesures d’économie supplémentaires pour respecter les engagements de réduction des déficits dans l’hypothèse d’une croissance moins favorable ».

Le FMI s’immisce ainsi dans le débat politique français en se montrant favorable au principe de la règle d’or, à savoir une règle constitutionnelle comme celle qu’a proposée le Gouvernement pour ancrer la crédibilité de l’ajustement budgétaire à moyen terme.

Ces mesures supplémentaires pourraient bien se traduire par une nouvelle taille dans les niches fiscales. Du Scellier au PTZ+, de nombreux dispositifs aident d’une manière ou d’une autre les propriétaires ou investisseurs. Un certain nombre pourrait bien être, du coup, dans la ligne de mire de Bercy, dont l’objectif est de revenir à un déficit public de 3% du PIB d’ici 2013. Ce matin, le quotidien Les Echos indiquait notamment que plusieurs pistes étaient actuellement à l'étude pour l’évolution de la fiscalité des plus-values immobilières.

(Photo: Flickr CC / World Bank)

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

… Ah bon ! Ah bon ! Mais ce n’est pas ce qu’a dit Cafpi !!!
Alors QUI faut-il croire ? Nous attendons tous avec impatience la nouvelle salve d’argumentations de Cafpi. Allez, allez, du courage, Cafpi !

Signaler un abus

cafpi est un courtier dont le chiffre d’affaires dépend uniquement du maintien du marché immobilier… pas le fmi… ni le Centre d’Analyse Stratégique… ni la Banque de France … et autres observateurs qui préconisent une économie générale équilibrée, ce qui est loin d’être le cas (déséquilibre prix de l’immobilier par rapport au revenu… les explications sont multiples, et on n’a pas les chiffres réels, la seule analyse disponible est celle du fameux FRIGGIT… trop d’intérêts financiers en jeu protégés par les incitations fiscales et autres ptz… toujours est-il qu’avec des revenus « moyens », voir « moyens ++ » , il faut s’endetter tte une vie,avec toute la prise de risque inhérente, pour pouvoir « acheter ». Un ptz, aussi ++ soit-il, est toujours à rembourser. On y gagne à peine une dizaine de milliers d’euros, alors que l’augmentation des prix immobiliers se chiffrent d’année en année par des cinquantaine de milliers d’euros!!!).

century 21, dont le CA dépend d’un volume de transactions (ce volume est actuellement en baisse) est plus mitigé que cafpi et autres « haussiers » …

A bon entendeur …

Signaler un abus

un type de cafpi a ete mis en examen dans la sale affaire d’escroquerie Apollonia…

je vous laisse juger de la credibilite de Cafpi..:))))

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.