Doublement du PTZ : le taux d’effort des ménages a diminué

Alors que le PTZ+ est régulièrement accusé de provoquer une envolée des prix de l’immobilier, une étude montre que Le doublement du prêt à taux zéro dans le neuf en 2009 a allégé le taux d’effort.

Alors que le débat fait rage autour des aides liées à l’immobilier, une étude publiée ce matin par le ministère du logement fait le point sur l’impact du prêt à taux zéro sur l’économie de l’immobilier, une mesure instituée début 2009 et qui a pris fin avec l'entrée en vigueur du PTZ+ debut 2011. La publication indique ainsi que le doublement des montants des prêts à 0 % à partir de janvier 2009 pour les acquisitions d’un logement neuf a « dynamisé le nombre de prêts à taux zéro (PTZ) pour ce type d’achat (+ 12,9 % en 2009) et attiré les familles davantage que les personnes seules ». Le nombre de prêts à taux zéro émis dans l’ancien et le neuf a lui progressé de manière moins prononcée (+3 %), passant à 216 300 après 210 000 en 2008, du fait notamment d’une baisse des émissions de prêt dans l’ancien.

Reconstitution de la solvabilité

Si cette étude confirme l’impact positif qu’a eu cette mesure décidée au sein du plan de relance de 2008, elle confirme ainsi que ceci a permis, dans le secteur du logement individuel, une reconstitution de la solvabilité des acquéreurs.

« En 2009, les acquéreurs de logement individuels aidés par un PTZ, plus aisés qu’en 2008, ont profité de cette mesure pour investir dans un bien de valeur plus élevée » note ainsi cette étude du commissariat général au développement durable. Pour le collectif, ce doublement a permis de diminuer l’apport personnel et le taux d’effort, avec un prix à l’acquisition moins cher. « Les ménages bénéficiaires se sont installés plus près du centre de l’agglomération en zone A, et plus loin des pôles urbains sur le reste du territoire ».

Doublement du PTZ

Le doublement du PTZ a également eu un impact en termes de profil des emprunteurs : les ménages étaient, en 2009, plus modestes qu’en 2008. Les bénéficiaires étaient en outre plus âgés et « bien plus souvent qu’en 2008 composés de familles de trois personnes ou plus (leur part s’est établie à 70 % en zone A et à 62 % en zones B et C).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ce serait intéressant aussi d’avoir une étude très fine sur l’impact de ces mesures sur les prix de vente réels dans le neuf (et dans l’ancien), parce que les acquéreurs ont sans doute été attirés par ces PTZ, mais sans pouvoir réaliser à quel point ces aides se retrouvaient en premier lieu dans les prix de vente, et par déduction, donc dans les rentrées fiscales, droits de mutation, commissions des AI, etc etc… pour une « saine » (2ième degré) augmentation de la Bulle Immobilière.

Signaler un abus

Pourriez-nous nous indiquer l’étude du ministère que vous mentionnez et nous donnez un lien s’il existe.

Je vous remercie

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Crédit immobilier : pas d’évolution des taux en Auvergne-Rhône-Alpes


C’est ce que constate l’intermédiaire en crédit immobilier Emprunt Direct.


Assurance emprunteur : pas de révolution en matière de résiliation

La résiliation à tout moment de l’assurance emprunteur, qui avait été votée par les députés, n’a finalement pas été retenue par la commission mixte paritaire.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.


La Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a créé la Banque de la Transition Énergétique

Cette nouvelle banque est intégralement dédiée à la collecte d’épargne verte et au financement d’initiatives en faveur de la transition énergétique dans la région.


Pas d’inflexion de position pour le HCSF

Sur le front du marché immobilier résidentiel, le Haut conseil a uniquement rappelé sa recommandation de décembre relative aux évolutions en matière d’octroi de crédit.