Doublement du PTZ : le taux d’effort des ménages a diminué

Alors que le PTZ+ est régulièrement accusé de provoquer une envolée des prix de l’immobilier, une étude montre que Le doublement du prêt à taux zéro dans le neuf en 2009 a allégé le taux d’effort.

Alors que le débat fait rage autour des aides liées à l’immobilier, une étude publiée ce matin par le ministère du logement fait le point sur l’impact du prêt à taux zéro sur l’économie de l’immobilier, une mesure instituée début 2009 et qui a pris fin avec l'entrée en vigueur du PTZ+ debut 2011. La publication indique ainsi que le doublement des montants des prêts à 0 % à partir de janvier 2009 pour les acquisitions d’un logement neuf a « dynamisé le nombre de prêts à taux zéro (PTZ) pour ce type d’achat (+ 12,9 % en 2009) et attiré les familles davantage que les personnes seules ». Le nombre de prêts à taux zéro émis dans l’ancien et le neuf a lui progressé de manière moins prononcée (+3 %), passant à 216 300 après 210 000 en 2008, du fait notamment d’une baisse des émissions de prêt dans l’ancien.

Reconstitution de la solvabilité

Si cette étude confirme l’impact positif qu’a eu cette mesure décidée au sein du plan de relance de 2008, elle confirme ainsi que ceci a permis, dans le secteur du logement individuel, une reconstitution de la solvabilité des acquéreurs.

« En 2009, les acquéreurs de logement individuels aidés par un PTZ, plus aisés qu’en 2008, ont profité de cette mesure pour investir dans un bien de valeur plus élevée » note ainsi cette étude du commissariat général au développement durable. Pour le collectif, ce doublement a permis de diminuer l’apport personnel et le taux d’effort, avec un prix à l’acquisition moins cher. « Les ménages bénéficiaires se sont installés plus près du centre de l’agglomération en zone A, et plus loin des pôles urbains sur le reste du territoire ».

Doublement du PTZ

Le doublement du PTZ a également eu un impact en termes de profil des emprunteurs : les ménages étaient, en 2009, plus modestes qu’en 2008. Les bénéficiaires étaient en outre plus âgés et « bien plus souvent qu’en 2008 composés de familles de trois personnes ou plus (leur part s’est établie à 70 % en zone A et à 62 % en zones B et C).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ce serait intéressant aussi d’avoir une étude très fine sur l’impact de ces mesures sur les prix de vente réels dans le neuf (et dans l’ancien), parce que les acquéreurs ont sans doute été attirés par ces PTZ, mais sans pouvoir réaliser à quel point ces aides se retrouvaient en premier lieu dans les prix de vente, et par déduction, donc dans les rentrées fiscales, droits de mutation, commissions des AI, etc etc… pour une « saine » (2ième degré) augmentation de la Bulle Immobilière.

Signaler un abus

Pourriez-nous nous indiquer l’étude du ministère que vous mentionnez et nous donnez un lien s’il existe.

Je vous remercie

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La BCE sonne le glas des taux négatifs

nullLe Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de relever de 50 points de base ses trois taux d’intérêt directeurs.


Nette hausse des taux de crédit immobilier au 2e trimestre

nullC’est le constat de l’observatoire Crédit Logement / CSA au titre de la période.


Le HCSF prend note de l’assainissement des pratiques d’octroi de crédit immobilier

Le Haut Conseil de stabilité financière s’est réuni ce mardi.


BCE : la remontée des taux est dans les tuyaux

La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu’elle comptait relever ses taux de 25 points de base le mois prochain.


La production de crédit en avril avoisinait ses plus hauts niveaux sur 5 ans

C’est ce qu’a révélé la Banque de France dans son son dernier point mensuel portant sur les crédits aux particuliers.


La hausse des taux s’accélère, le nombre de prêts accordés s’affaiblit

Les taux de crédit immobilier poursuivent leur remontée, notent les courtiers en crédit immobilier. L’observatoire CSA/Crédit Logement a, lui, dévoilé ses statistiques au titre du mois de mai, qui confirme ce mouvement de hausse.


Immobilier : des retournements de prix plus probables, selon la BCE

nullC’est ce qu’a estimé la Banque centrale dans une étude publiée au sein de sa dernière revue sur la stabilité financière.


La Banque des Territoires a, en 2021, aidé la construction et soutenu l’industrie

A l’occasion de la présentation de ses résultats, l’institution a indiqué qu’elle avait oeuvré pour financer la construction et la réhabilitation de milliers de logements sociaux en Auvergne-Rhône-Alpes.


La Banque de France alerte sur la dette

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, intervenait ce mardi en clôture de la conférence du Haut Conseil des Finances Publiques.


Banque Populaire AURA a accordé 8 milliards d’euros de crédits en 2021

nullL’établissement basé en Auvergne-Rhône-Alpes a fait part d’un résultat net de 150,7 millions d’euros. Le produit net bancaire atteint un niveau de 736,6 millions d’euros, en hausse de 8,2%.


« L’ère des taux très très faibles est certainement révolue»

C’est ce qu’a indiqué le directeur général de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes, Daniel Karyotis, à l’occasion de la présentation des résultats 2021 de l’établissement.


Les taux de crédit immobilier en forte hausse

nullC’est ce qu’a indiqué ce mardi l’intermédiaire en crédit immobilier Emprunt Direct.


La transition énergétique et le télétravail, des risques pointés par la BCE

Les expositions des banques aux secteurs de l’immobilier commercial et résidentiel ont été pointées par l’institution comme une vulnérabilité clé dans son évaluation des risques pour 2022/2024. Dans le segment de l’habitat, la surévaluation des prix est également identifiée comme un risque.


Production de crédit immobilier au plus haut, à 274 milliards d’euros en 2021

La Banque de France a fait part ce vendredi de son point mensuel sur les crédits aux particuliers. Si elle s’affiche encore, sur un an, en hausse par rapport à 2020, la production a faibli en fin d’année. Une possible hausse des taux de la part de la BCE pourrait impacter le marché du crédit en 2022.


Le nombre de prêts accordés en baisse, selon CSA/Crédit Logement

En janvier 2022, le taux moyen des crédits du secteur concurrentiel s’est établi à 1.07%.