Collomb et Mercier remettent le TOP sur orbite

Le projet du Tronçon ouest du périphérique, rebaptisé « Anneau des Sciences », va faire l’objet d’une saisine de la commission nationale du débat public.

Il y a quelques mois, Gérard Collomb promettait que le débat sur le TOP serait aussi titanesque que celui sur le Grand stade. C’est en tout cas un projet vieux de 23 ans que lui et Michel Mercier, le président du Conseil général du Rhône, ont choisi de relancer hier, en annonçant la saisine de la commission nationale du débat public, dont la réponse doit être rendue en mars. Suite à ce dépôt, celle-ci annoncera en mars si il y a débat : si tel était le cas, celui-ci devrait commencer en novembre, pour terminer en février 2013.

L’idée d’un tronçon ouest du périphérique (TOP) avait été actée en 1989 par le département du Rhône et ce qui était encore la Communauté Urbaine de Lyon, à une époque où le Tronçon nord (TEO) du périphérique n’existait pas encore. Ne souhaitant sans doute pas faire ressurgir une polémique de même nature que celle qui avait entouré la réalisation de ce dernier, le dossier avait été pendant longtemps enterré, bien que le Conseil Général ait approuvé dès 1997 un tracé de référence du TOP. Suite à ce long enlisement, en 2010, le Conseil Général avait finalement décidé de transférer la maitrise d’ouvrage au Grand Lyon, qui porte désormais le projet.

Saisine du débat public

L’objectif des élus est clair : désengorger à la fois l’ouest de l’agglomération, atrophié par le trafic automobile, et déclasser à terme l’autoroute A6/A7 pour la transformer en boulevard urbain - à l’image de ce qui a été fait sur Mermoz Pinel - et apporter sa touche finale au projet de la Confluence. De nombreux points de l’agglomération, comme l’horloge de Tassin, la Montée de Choulans, la Mulatière, Fourvière, ou même le tronçon nord du périphérique, témoignent régulièrement de la difficulté de faire des trajets d’est en ouest, a ainsi souligné hier Gérard Collomb, l’édile faisant du TOP un préalable pour établir des lignes fortes de transports en commun, avec des bus mais également des lignes de tramway.

Pour verser ses éléments de contribution au débat public, trois scénarios ont ainsi été proposés pour ce projet rebaptisé Anneaux des Sciences, qui permettrait notamment la liaison autoroutière d’une grande partie des sites universitaires du Grand Lyon.

Le scénario « périphérique »

Le premier scénario envisagé irait de Valvert à Saint Fons. Le tracé, en 2 fois deux voies, parcourrait 15 kilomètres, dont les deux tiers seraient en tunnel ou en tranchées couvertes. 5 échangeurs seraient prévus : l’un aux trois renards, un autre à Alaï, le troisième à Beaunant, le quatrième aux Hôpitaux Sud, et le dernier à La Saulaie. Seule une petite partie, à proximité de Beaunant, serait à ciel ouvert, et la fin du tracé serait aérien ou sous fluvial.

Le Scénario Rocade

Le Scénario Rocade reprendrait au nord le même tracé jusqu’aux hôpitaux sud, mais différerait dans sa partie sud. Elle croiserait ainsi l’actuelle A450 à Mont Corin, avant de rebasculer sur l’A7 à proximité de Feyzin sur le boulevard Urbain Sud. Le tracé serait à peine plus long (15.4 km) et comprendrait également 5 échangeurs (celui de Mont Corin se substituant la Saulaie). Les échangeurs de Valvert et Feyzin seraient dès lors réaménagés.

Le troisième scénario: ne rien faire

Le troisième scénario lui vise à examiner les conséquences à venir si rien n’était fait. Sans infrastructure routière majeure, et en renforçant uniquement le développement des transports en commun, il parait en effet difficile pour le Grand Lyon de requalifier l’autoroute A6/A7 en diminuant le trafic de 50% par un report des 78 000 usagers de l’axe, compte tenu notamment des origines et destinations éparses. L’autre difficulté qui ne plaide pas, selon le Grand Lyon, à l’instauration d’un mode de transport de masse réside dans le fait que les origines et destinations sont très dispersées et les pôles desservis sont peu denses. En outre, le report de trafic attendu de la voiture vers les transports en commun serait insuffisant.

En actant aujourd'hui la première étape du long processus devant conduire au COL, Grand Lyon et département prévoient une ouverture du TOP en 2022 voire 2024.  Pour Michel Mercier, le président du Conseil Général du Rhône, "ça fait au moins 12 ans". Le temps de laisser place au débat public puis aux enquêtes.

» Michel Havard: « La nécessité de réaliser le TOP est absolue »
» A45: Collomb menace de "sortir l'artillerie"

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

La solution « Rocade » me paraît plus cohérente par rapport aux hypothèses de circulation coté ouest de Lyon.
Celle du périphérique est incohérente et ne repond pas au besoin des Lyonnais.(plus de véhicules à un endroit déja critique au raccordement coté SUD de LYON)
Concernant la définition de la chaussée « deux fois deux voies » nous refaisons la même erreur que sur le contournement EST de LYON qui lors de sa mise en service était déja insuffisant en capacité.
Cordialement

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Bruno Bernard veut plus d‘effectifs de police dans les transports

Le président de la Métropole de Lyon a demandé ce mardi au ministre de l’Intérieur de stopper la baisse des effectifs de police.


Reconnaissance de catastrophe naturelle dans plusieurs communes

La préfecture du Rhône a annoncé ce mardi que des arrêtés interministériels portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle à Tassin-la-Demi-Lune, Communay, Longes, Trêves, Tarare et Saint-Pierre-de-Chandieu étaient parus au Journal officiel.


Lyon 4 : évacuation de l’ex-collège Scève

Les services de l’État ont mené ce mardi l’évacuation en matinée de l’ex-collège Scève, en lien avec la Métropole et la Ville de Lyon.


Deux expérimentations lancées par LPA, issues de son Lab

Le Lab LPA avait été créé il y a trois ans. Il s’engage dans une phase d’expérimentation avec deux startups, Carl et Mob-Energy.


Large soutien des élus suite aux menaces à l’encontre de Jérémie Bréaud

Le maire de Bron, menacé de mort, a reçu des soutiens tant de la part des élus de droite que des élus de l’opposition.


La SPL Lyon Confluence récompensée au SIATI

La SPL a reçu le trophée d’or de la transformation urbaine la plus innovante dans la catégorie « Aménageurs ».


Le SYTRAL deviendra un EPL au premier janvier 2022

Le syndicat mixte a annoncé amorcer son évolution en établissement public local, du fait de l’application prochaine de la loi d’orientation des mobilités.


Grégory Doucet nommé président du conseil de surveillance des HCL

Le maire de Lyon a été élu ce lundi à l’unanimité des suffrages exprimés président du conseil de surveillance des Hospices Civils de Lyon.


Grégory Doucet, co-président de la commission «santé» de France Urbaine

Suite à l’élection du bureau et de Johanna Rolland à la présidence de l’association, les premières nominations aux co-présidences de commissions ont été dévoilées ce lundi. Gaël Perdriau reste coprésident de la commission « Sécurité ».


350 millions d’euros pour développer des programmes de logements denses

C’est l’un des éléments du plan de relance économique de 100 milliards d’euros dévoilé à la rentrée par le gouvernement: l’accompagnement des collectivités pour développer des logements.


Lyon, Saint-Étienne et Grenoble entrent en couvre-feu

Un couvre-feu est mis en place dans les trois métropoles de 21h00 à 06h00 pour une durée minimale de 4 semaines. Le télétravail est de nouveau promu.


Le 2ème trimestre a vu un recul du nombre d’ouvriers du BTP inférieur à celui de l’activité

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a eu un lourd impact sur toutes les activités du secteur de la construction au 2ème trimestre, a indiqué le service des données et études statistiques (SDES).


Doucet et Bernard signataires d’une lettre ouverte pour la baisse des émissions

Coordonnée par C40 Cities et Eurocities, une lettre ouverte a été adressée par 58 maires de toute l’Europe à la présidente du Conseil de l’Union européenne et au président du Conseil européen pour rehausser les objectifs de réduction des émissions pour 2030.


Lyon et Francfort célèbrent leurs 60 ans de jumelage

Cela fait tout juste 60 ans, le 15 octobre 1960, que les deux villes signaient une convention de jumelage, scellant ainsi sur notre territoire la réconciliation engagée dans l’après-guerre.


Philippe Pelletier reconduit à la présidence du Plan bâtiment durable

La ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, appelle pour sa part « à amplifier l’action ».