Bientôt le retour du PTZ dans l’ancien ?

Le candidat socialiste, François Hollande, a détaillé hier sur M6 qu’il était favorable à un élargissement du prêt à taux zéro dans l’ancien.

Le prêt à taux zéro dans l’ancien va-t-il faire son retour dans les prochains mois ? Cette question dépendra sans nul doute du résultat des élections présidentielle et législative. François Hollande, le candidat socialiste à la présidence de la République, a en tous cas, de nouveau exposé hier, à l’occasion d’un passage dans l’émission Capital, sur M6, ses propositions en matière de logement : blocage des loyers à la relocation, relèvement du plafond du livret A, mise à disposition de terrains par l’Etat aux collectivités locales, et élargissement du PTZ …

« Je pense que l’accession à la propriété est aujourd’hui une volonté (des français). Comment faire ? Il y a les prêts à taux zéro que j’élargirais, car aujourd’hui, parce que c’est une façon de pouvoir trouver un apport personnel » a indiqué le candidat socialiste, qui semble donc vouloir un retour au prêt à taux zéro de début 2011. Il faut dire que déjà, lors du vote concernant le deuxième plan de rigueur, les sénateurs avaient pris le parti de laisser la possibilité pour les ménages achetant un bien ancien de pouvoir bénéficier du PTZ, projet qui avait ensuite été retoqué en deuxième lecture par l’Assemblée Nationale, au nom de la rigueur.

Les terrains libérés en bail emphytéotique

Sur le front des terrains, le candidat socialiste reste sur sa ligne : il veut les rendre disponibles pour au final imposer des baisses de prix. « Des terrains sont vendus parce que l’Etat et les collectivités territoriales n’arrivent pas à se mettre d’accord. Qu’est-ce qui va se passer ? Si l’Etat vend cher ces terrains –d’ailleurs ils valent cher, puisqu’ils sont souvent en pleine ville – le promoteur, le bailleur social ou la collectivité publique va forcément intégrer le prix du terrain dans le coût de la construction, puis après dans le loyer qui va être proposé ».

Par la mise à disposition gratuite de ces derniers, François Hollande souhaite ainsi faire baisser les prix ou même les loyers. « Je veux absolument faire baisser aussi ou le niveau du prix si c’est un immeuble qui doit être neuf et proposé à l’accession à la propriété, ou le niveau du loyer » a-t-il indiqué.

L’ex-premier secrétaire du parti socialiste a en outre précisé que ceci ne passerait pas par l’Assemblée Nationale, mais serait appliqué directement, dès sa prise de fonction: « cette proposition, je la mettrai en œuvre tout de suite, même pas besoin de loi : il s’agit de dire : tous les terrains sont à disposition des communes à condition qu’elles construisent ».

Doit-on vraiment favoriser la demande ?

La question du manque à gagner pour l’Etat reste, toutefois, posée. Si le candidat PS veut en effet mettre à disposition des communes ces terrains via un bail emphytéotique, la perte de valeur pour l’Etat reste bien réelle… alors même que les finances publiques de ce dernier sont au plus bas. L’aspect positif de cette mesure est en revanche qu’elle axe la propriété sur la libération de foncier, ce qui pourrait avoir à terme un biais positif sur l’offre de logements, l’une des clefs de la baisse des prix.

Mais pour autant, doit-on parallèlement continuer à encourager les mécanismes d’aides à la propriété, et favoriser la demande? Si le Scellier a fait enfler les prix, le doublement du PTZ puis le PTZ+ ne sont pas non plus, de l’avis de nombreux professionnels, étrangers à la hausse des prix en zone tendue… D’où sa suppression fin 2011. Et c’est là l’un des paradoxes : en voulant élargir le PTZ, François Hollande pourrait donc réitérer l’une des erreurs du quinquennat Sarkozy: en favorisant la demande, sans favoriser l’offre de manière égale ou supérieure, on s’expose de facto à une hausse des prix.

Depuis le retrait de plusieurs de ces dispositifs étatiques, la baisse des prix commence à se concrétiser, notamment dans les secteurs périphériques des agglomérations : la fin du soutien de l’Etat a en effet mis à nu le pouvoir d’achat limité des acheteurs face aux vendeurs, d’où un réajustement salutaire des prix. Il est en tout cas nécessaire qu’à l’avenir, et quelle que soit la majorité qui sortira des urnes, l’Etat ait le souci d’un certain équilibre du marché immobilier, en prenant les mesures les plus à même de résoudre l’immense problème du mal-logement, encore pointé en fin de semaine dernière par la Fondation Abbé Pierre.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Le PTZ dans l’ancien c’est refaire l’erreur que le gouvernement précédent vient de corriger. Ca ne solvabilise personne puisque les prix augmentent d’autant, ça coûte très cher à l’Etat alors que ses finances sont dans le rouge, et ça fabrique des surendettés (les gens empruntent en croyant faire une bonne affaire avec le taux 0 mais oublient qu’il faut quand même rembourser le capital emprunté.
Il faut agir sur l’offre, pas sur la demande.

Signaler un abus

On marche sur la tête

Signaler un abus

Pas tout à fait d’accord avec Julie, certes il faut agir sur l’offre : Plan de construction massif, mis à disposition des terrains publiques. Ceci permettra de rééquilibre le niveau de l’offre et la demande et ainsi influer sur une une baisse des prix. Par contre il est nécessaire également de donner plus de pouvoir d’achat aux accédents, à savoir des taux d’intéréts bas, notamment pour le primos accédent : Avoir un logement n’est pas un luxe, c’est un nécessité !

Signaler un abus

julie a entieement raison et nabil nest qu’un agent immobilier de pacotille avec ses gros sabots…

Signaler un abus

Si on se réfère à votre précédent article http://www.lyonpoleimmo.com/2012/09/05/22146/la-baisse-des-taux-se-poursuit-en-septembre/ et le retour du PTZ, est-ce que vous pensez que les ventes vont repartir ?

Signaler un abus

@ Nabil

Non, on connaît les résultats , resolvabiliser toujours plus les gens ne règlent pas le problème mais l’amplifie.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Gaël Perdriau reste président de Saint-Etienne Métropole

Celui qui a été réélu maire de Saint-Étienne il y a quelques jours a également été réélu président de la métropole stéphanoise. Celle-ci comptera 19 vice-présidents.


La FFB presse le nouveau gouvernement pour un plan de relance

La fédération française du bâtiment a appelé à un plan de relance « au plus vite » pour le secteur.


La Cité de la gastronomie de Lyon ne rouvrira pas


Implantée dans le grand Hôtel-Dieu de Lyon, celle-ci n’a pas pu se relever de la fermeture liée à l’épidémie de Covid-19.


Emmanuelle Wargon, nouvelle ministre en charge du Logement

Julien Denormandie quitte le ministère du Logement pour prendre le portefeuille de l’agriculture.


Élections des maires dans de nombreuses communes de la Métropole

À Lyon, Villeurbanne, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Bron, ce samedi va se traduire par l’élection des maires. Grégory Doucet prendra notamment l’écharpe de maire, dans la ville centre de la Métropole de Lyon.


Le conseil de la Métropole de Lyon a élu ses vice-présidences et sa commission permanente

Au cours de la séance d’installation du conseil de la Métropole, ont été désignées les vice-présidences, mais aussi la commission permanente.


Bruno Bernard rend hommage à ses parents, ainsi qu’à Kimelfeld et Collomb

Dans son premier discours en tant que président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard a rendu un hommage à ses parents, mais aussi aux anciens présidents, David Kimelfeld et Gérard Collomb.


Partenariat de distribution entre la CERA et AMDG

La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a annoncé avoir signé un partenariat de distribution avec AMDG, une société de gestion agréée par l’AMF.


Bruno Bernard, nouveau président de la Métropole de Lyon

Le président écologiste de la collectivité a été élu ce jeudi au premier tour de scrutin.


Le président de la Métropole de Lyon va être désigné ce jeudi


L’élection du nouveau président de la Métropole par les 150 conseillers métropolitains va être réalisée ce jeudi, à la Cité internationale de Lyon. Bruno Bernard devrait, sans surprise, être désigné.


Cédric Van Styvendael sera le prochain maire de Villeurbanne


Le candidat d’union de la gauche soutenu par les écologistes a remporté l’élection municipale face au candidat LREM, Prosper Kabalo.


Vénissieux : assez nette victoire pour Michèle Picard

Maire sortante, l’élue communiste a obtenu 40,02% des suffrages au sein d’une quadrangulaire.


Grégory Doucet, futur maire de Lyon


L’écologiste est ressorti largement en tête du second tour des élections municipales, loin devant Yann Cucherat et Georges Képénékian.


Clermont-Ferrand : Olivier Bianchi réélu

Le maire actuel de la ville préfecture du Puy-de-Dôme va initier un nouveau mandat, la liste « Naturellement Clermont » qu’il conduisait s’étant placée en tête des suffrages.


Second tour des élections municipales et métropolitaines

C’est ce dimanche que seront départagés les candidats encore en lice pour le second tour, tant pour la Métropole de Lyon que pour les communes pour lesquelles le maire n’avait pas été élu au 1er tour.