Loyers à la relocation : vers une augmentation limitée à l’IRL

Le gouvernement envisagerait, selon le Figaro, d’indexer la hausse des loyers à la relocation sur l’indice de référence des loyers, déjà utilisé pour encadrer les hausses annuelles de loyers. La loi sur l’encadrement des loyers pourrait bien être adoptée dès la session parlementaire extraordinaire de juillet, selon le Figaro. Dans ce cas d’une adoption du texte dès juillet, la loi pourrait être applicable dès la rentrée.

Selon les premiers éléments dévoilés par le quotidien, cette loi sur les loyers porterait dans un premier temps sur la fixation des loyers à la location, jusqu’ici libre. Désormais, selon le journal, « un propriétaire qui remet son bien sur le marché à la fin du bail du locataire précédent n'aurait plus le droit d'augmenter le loyer à sa guise ». L’augmentation entre deux locataires serait ainsi limitée à l’IRL, l’indice de référence des loyers, lequel régule déjà la hausse annuelle des loyers qu’un propriétaire peut imposer à la personne qui loue le bien. Soit 2.24% à la fin mars.

Pour que le dispositif puisse fonctionner, le locataire devra donc connaître le montant antérieur du loyer appliqué par le propriétaire. Son montant devrait ainsi être précisé dans le nouveau bail. «Si le locataire estimait cette inflation excessive, il pourrait saisir une commission de conciliation à la préfecture» selon le journal, qui cite l’entourage de la ministre.

Incertitudes sur les premières locations

L’ambition du projet du candidat François Hollande sur l’encadrement des loyers allait toutefois bien plus loin, et visait notamment les loyers à la première location, et prévoyait une baisse de 20% des loyers à la relocation, dans des zones très tendues.

Pour cette dernière disposition, l’entourage de Cécile Duflot se veut prudent, et indique au journal ne pas encore savoir si cette disposition figurerait dans une éventuelle loi sur les loyers adoptée en juillet. Quant à l’encadrement des loyers à la première location, celui-ci ne devrait pas, semble-t-il, être adopté en juillet, du fait de la nécessité de disposer d’un référentiel des loyers de voisinage précis sur lequel l’encadrement pourrait être mis en place. La réalisation d'un tel dispositif devrait, au minimum, prendre six mois.

» Loyers: l'encadrement, c'est maintenant!
» Un plan global sur le logement d'ici à l'automne

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Ca va faire une belle jambe à tous les bailleurs qui re-louent moins cher dans la majorité des petites et moyennes agglomérations à l’heure actuelle….de façon amusante, au lieu de favoriser la stabilité ou la baisse des loyers, cette mesure va concourir à diminuer le nombre de logements sur le marché, et donc favoriser l’augmentation des loyers.
Une autre solution consiste à sécuriser les bailleurs (au moins ceux qui ne loue que 1 ou 2 logements) en facilitant les expulsions, afin de renforcer l’offre et d’accroître la concurrence, mais ne rêvons pas.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les loyers sont désormais bloqués pour les passoires thermiques

Un an après la publication de la loi de lutte contre le dérèglement climatique, les propriétaires ne peuvent plus augmenter les loyers des logements aux DPE classés F ou G.


Lyon dans le top 3 des villes où trouver une colocation est le plus difficile

C’est l’enseignement de l’étude annuelle de LocService.fr. Le loyer moyen d’une chambre en colocation atteint 439€.


Hausse du coût de la vie étudiante, toujours portée par le logement

nullLa FAGE et l’UNEF ont fait part de leurs indicateurs portant sur le coût de la vie étudiante, et notamment le logement.


Des loyers étudiants de 568€ à 674€ à Lyon, selon Fatlooker

L’agence en ligne a réalisé une étude sur les loyers observés en 2022 sur les portails immobiliers. Celle-ci prend pour base un studio de 25 m² loué meublé.


Le plafonnement de l’IRL à 3,5% adopté en 1ère lecture

L’Assemblée nationale a approuvé le plafonnement de la hausse des loyers à 3,5 % pendant un an ainsi qu’une revalorisation de 3,5 % des APL, dans le cadre de l’examen du projet de loi en faveur du pouvoir d’achat. En première lecture, le projet de loi en faveur du pouvoir d’achat était examiné ce jeudi […]


Des organisations opposées au plafonnement de l’ILC

nullL’UNPI, la FEI et le CNCC se disent, dans un communiqué commun, opposées à l’adoption d’une mesure de plafonnement de l’indexation des baux commerciaux.


L’arrêté d’encadrement des loyers suspendu partiellement

Le Tribunal administratif de Paris a rendu sa décision suite à la requête de l’UNPI contre l’encadrement des loyers dans la capitale. Selon l’UNPI, ceci démontre à nouveau l’instabilité juridique du dispositif.


Un marché locatif de plus en plus en tension, selon Bien’ici

Le portail immobilier a récemment publié une étude sur le marché de la location, avec un focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.


Un « bouclier loyers », fruit du lobbying des propriétaires ?

nullLa hausse des loyers sera limitée à 3,5% pour un an d’ici au 1er juillet. Selon la CLCV, le gouvernement serait davantage à l’écoute du lobby des propriétaires


La garantie Visale a sécurisé 700.000 ménages depuis son lancement

Début juin, Action Logement a accordé son dispositif de cautionnement gratuit, simple et rapide à obtenir.


La proposition d’un gel des loyers fait débat

nullLa CLCV a plaidé pour un gel des loyers. Cette proposition a été fustigée par un certain nombre d’organisations, dont l’UNPI, la FNAIM, l’UNIS et Plurience.


La Métropole de Lyon instaure un « permis de louer »

Le dispositif a pour objectif de lutter contre l’habitat indigne.


L’absence de ministère du logement pointée par les fédérations

Les organisations professionnelles ont regretté l’absence de portefeuille spécifique dédié au logement, consécutivement à l’annonce vendredi du nouveau gouvernement.


Vénissieux : suspension des arrêtés contre les expulsions locatives

Le Tribunal Administratif a décidé de suspendre les arrêtés pris par Michèle Picard, maire de Vénissieux, qui interdisaient les expulsions locatives.


Après l’élection d’Emmanuel Macron, la CNL réclame des mesures

La Confédération nationale du logement a appelé des mesures rapides et concrètes, dont une revalorisation immédiate des APL et l’extension du bouclier tarifaire des énergies.