Loyers : l’encadrement, c’est maintenant! | Lyon Pôle Immo

Loyers : l’encadrement, c’est maintenant!

Cécile Duflot travaille d’ores et déjà sur la question de l’encadrement des loyers. Avec un vaste chantier en perspective.

L’encadrement des loyers, l’un des projets phare de la campagne électorale de François Hollande, semble bel et bien sur les rails. La toute nouvelle ministre du logement et de l'égalité des territoires, Cécile Duflot, l’a indiqué, à l’occasion de sa première interview accordée à nos confrères du « Journal du Dimanche » : elle travaille d’ores et déjà sur la question et va rencontrer les acteurs du secteur pour discuter de la réalisation de cette mesure, dont le périmètre avait été sciemment circonscrit lors de la campagne électorale aux zones tendues.

Que va-t-il ressortir des entretiens avec les professionnels du logement ? Les représentants des propriétaires vont-ils être consultés ? Surtout la mise en place d’un encadrement des loyers, dit de voisinage, comme l’avait indiqué François Hollande, va-t-il être strict, prendre en compte diverses catégories de biens, l’état de ces derniers ? Un bien immobilier est unique. Les variations de prix à la vente entre deux appartements d’un même immeuble peuvent être importantes, du fait notamment des prestations, de l’état du bien et de son entretien. Il en est de même pour la location : pour établir un loyer, le propriétaire connait souvent intuitivement le loyer de marché de son secteur, qu’il pondère à la hausse ou à la baisse, suivant l’état du bien et ses prestations.

Des différences avec le système allemand

On notera des différences assez importantes entre le système allemand et les propositions de François Hollande, dont certaines vont beaucoup plus loin que son modèle d’Outre-Rhin. Dans certains quartiers – très limités – où les prix n’ont plus rien à voir avec les revenus des habitants du quartier, la nouvelle loi pourrait même aller jusqu’à faire baisser « administrativement » de 20% les loyers. En outre, si les loyers en cours sont indexés à l’IRL, les loyers à la première mise en location et à la relocation ne devraient pas pouvoir être fixés à un niveau plus élevé que ceux des autres biens du même secteur.

Ce système ne serait donc pas la stricte reproduction du système de référentiel allemand, le Mietspiegel, dont les fondements portent d’une part sur la valeur du loyer, et de l’autre sur son évolution. Concernant la valeur, les loyers en Allemagne ne peuvent pas dépasser de 20% le loyer de voisinage. Concernant l’évolution des loyers, leur hausse est strictement réglementée : elle ne peut pas dépasser 20% sur 3 ans pour les baux en cours (à comparer avec l’augmentation de l’IRL en France), mais à la différence notable du système envisagé en France, les augmentations supérieures à 20% restent possibles pour les relocations.

Quel référentiel ?

Si les principes lors de la campagne venaient à être appliqués, le système reposerait sur deux clés de voute : l’IRL, et le référentiel local. Si le premier est bien établi, le second est pour l’heure inexistant – si l’on excepte l’OLAP pour l’agglomération parisienne. A Lyon, aucune base publique ne fournit un niveau de loyer. Le gouvernement pourrait, pour gagner du temps, s’appuyer les chiffres de Clameur, institution privée qui recense près de 43% des baux signés sur le Grand Lyon. Mais ce qui est vrai à Lyon n’est pas vrai sur toutes les agglomérations : sur la côte basque et en PACA, la représentativité de cet observatoire privé est nettement moindre. En outre, la méthode de remontée des données, effectuée par les administrateurs de biens, pourrait être contestée par certaines associations de locataires. Il s’agira donc de voir quelle solution le gouvernement choisit pour établir une donnée susceptible de constituer une base légale pour les éventuels recours des locataires.

On le voit : la mise en place de l’encadrement des loyers pourrait donc être fastidieuse, notamment sur cette question de la construction du référentiel. Elle risque en outre d'être beaucoup plus compliquée qu'une loi Mermaz bis. Par ailleurs, l’absence de possibilité de hausse des loyers à la relocation va rendre leur évolution presque entièrement dépendante des variations de l’IRL… Ce qui n’est pas sans poser certaines questions d’ordre économique : certains propriétaires, au vu de ces nouvelles contraintes, pourraient en effet être peu à même de vouloir effectuer des travaux dans leurs biens. Ce qui est en tout cas, d'ores et déjà acquis, c'est que le travail ne fait que commencer pour la toute nouvelle ministre du logement...

» Un plan global sur le logement d'ici à cet automne






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Expulsions locatives : les délinquants désormais priorisés

La préfecture du Rhône a indiqué s’engager à traiter en priorité les procédures d’expulsion pour les locataires à l’origine de troubles de voisinage ou encore de vente de stupéfiants.


Le projet de loi pour développer l’offre de logements abordables dévoilé

Le ministre délégué chargé du Logement, Guillaume Kasbarian, l’a présenté ce vendredi, en conseil des ministres.


La hausse des loyers ne peut toujours pas dépasser 3,5%

L’indice de référence des loyers a été publié vendredi dernier. L’augmentation reste plafonnée.


L’Alliance pour le Logement en Auvergne-Rhône-Alpes est créée

nullCe collectif d’organisations vise à identifier des solutions applicables dans les territoires pour résoudre les difficultés d’accès au logement.


Une offre locative en chute de 16,27% depuis l’encadrement des loyers à Lyon

nullC’est le résultat d’une étude dévoilée ce lundi par l’Unis Lyon Rhône, lors de sa traditionnelle réunion des propriétaires bailleurs.


La tension locative au plus haut

Selon une étude Orpi publiée cette semaine, un tiers des personnes en recherche d’un bien à la location ont envoyé plus de 10 demandes de visite.


La refonte du DPE fait débat

La question de la refonte du DPE s’est invitée mardi à la conférence de présentation des chiffres de la promotion immobilière en région lyonnaise.


Guillaume Kasbarian, nouveau ministre délégué au Logement

Le nouveau ministre succède à Patrice Vergriete, qui devient, lui, ministre délégué chargé des transports.


Bail Rénov’ se déploie en France

Le déploiement de ce dispositif a été amorcé à partir de ce lundi sur le territoire national.


Action Logement Immobilier a développé 4.778 logements neufs en AURA en 2023

nullLa filiale du groupe Action Logement en a par ailleurs réhabilité 3.775 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


SLCI, nouveau nom de Procivis Rhône

Le 1er janvier 2024, Procivis Rhône a changé de nom et est devenu SLCI.


Une hausse des loyers inférieure à l’inflation, selon LocService

LocService a dévoilé ce mercredi son dernier observatoire du marché locatif.


Une nouvelle version de la carte des loyers

Le ministère chargé du logement a publié une nouvelle version de la carte des loyers, en partenariat avec l’ANIL, Leboncoin et Seloger.


L’encadrement des loyers de nouveau fustigé à Lyon

L’UNPI 69, l’UNIS Lyon Rhône, la FNAIM du Rhône et le SNPI ont, dans un communiqué commun, de nouveau critiqué le dispositif.