Immobilier : « la tendance baissière va se confirmer »

Le Crédit Agricole a publié sa dernière note de conjoncture. Pour le groupe, le marché de l’immobilier tourne au ralenti, et prévoit un repli des ventes en 2012-2013.

Le Crédit Agricole ne voit pas d’amélioration pour le marché immobilier dans les prochains mois. C’est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture publiée par l’économiste Olivier Eluere. Selon cette dernière, le premier trimestre s’est découpé en deux temps : les ventes au premier trimestre ont ainsi atteint 215 000 unités sur les trois premiers mois de l’année, avec toutefois un pic en janvier, dû aux dernières heures du régime des plus-values immobilières. Aussi, si le premier trimestre 2012 a vu une hausse de 16% des ventes sur un an en Ile de France, les mois de février-mars ont vu une baisse des transactions de l’ordre de 20% sur un an. Dans l’immobilier neuf, les ventes ont baissé de 14% sur un an au premier trimestre, à 19 600 unités, rappelle l’étude.

Les prix toujours surévalués

Sur le premier trimestre, les prix ont aussi ralenti, avec une hausse de seulement 1,3% au premier trimestre, et une baisse en rythme trimestriel. En outre, la variation annuelle des prix en province est passée dans le négatif, de 0,5%. En Ile de France, et notamment à Paris, les hausses restent sensibles : 5,4% en Ile-de-France, et 7% à Paris.

Pour la banque, les prix restent surévalués, « d’au moins 25% »,  et ce malgré ce début de repli. Dans le neuf, les prix des appartements poursuivent leur ralentissement, avec une progression de 1,9% sur un an au 1er trimestre 2012, contre 3% au 4e trimestre 2011 et 5,1% fin 2010.

2012-2013, années de repli des prix

La banque table, au vu des dernières statistiques, sur une baisse de 10% des ventes de logements anciens. Elles devraient ainsi atteindre 730 000 unités à la fin de l’année. Un pronostic un peu plus optimiste que le Crédit Foncier Immobilier, qui dans une récente note de conjoncture tablait sur une baisse des ventes de 15% et une baisse des prix de -6% en glissement annuel et de -2% en moyenne annuelle. Une baisse des prix conforme à ce qu'elle annonçait en début d'année. « Dans le logement neuf, les ventes baisseraient de 15%, et avoisineraient 90 000 unités. L’offre de logements anciens restera assez mesurée. Une partie des vendeurs potentiels hésiteront à vendre, du fait de la mesure sur les plus-values (entrée en vigueur en février 2012) et de la volonté de conserver un actif jugé sûr et rentable » note Olivier Eluere.

Cette tendance à l’accalmie du marché devrait toutefois se prolonger, avec un repli des prix du même ordre en 2013, soit une baisse cumulée d’environ 12% entre fin 2011 et fin 2013, selon Crédit Agricole Immobilier. « Sur les prochains trimestres, la tendance baissière va se confirmer et va toucher l’ensemble du marché », note la banque, qui, pour expliquer ce phénomène, cite pêle-mêle le contexte économique dégradé, des taux de crédit toujours en hausse depuis début 2011, des prix surévalués, et une série de mesures de resserrement fiscal. Toutefois, selon le Crédit Agricole, les fondamentaux du marché restent bons. Et si la demande va donc se replier, «elle ne va pas s’effondrer » note Olivier Eluere, les freins à l’activité étant plutôt de nature conjoncturelle.

» Immobilier: quatre ans de disette
» Prix de l'immobilier: -5% en 2012, selon Crédit Agricole






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.