Immobilier : quatre ans de disette ?

D’après une étude de l’économiste Olivier Eluère du Crédit Agricole, le marché immobilier a commencé à se contracter début 2012. Ce repli pourrait durer de 3 à 4 ans.

Va-t-on assister à une lente et durable contraction du marché immobilier ? C’est en tout cas le scénario envisagé par Olivier Eluere, économiste du Crédit Agricole. En dressant un panorama du marché immobilier en 2012, ce dernier a clairement fait état d’un marché anémié en ce début d’année : prix de l’ancien en légère baisse et production de nouveaux crédits habitat en baisse de 37% sur la période décembre 2011-février 2012.

Pour l’économiste, les facteurs négatifs, comme une croissance du PIB quasi nulle, ou une hausse graduelle des taux, et une série de mesures de durcissement fiscal (révision à la baisse du dispositif Scellier, changement de régime sur les plus-values immobilières, hausse des taux de prélèvements sociaux sur les revenus du capital, recentrage du PTZ+…) sont de plus en plus présents. En outre, selon Olivier Eluere, les prix sont toujours trop élevés. Ils seraient, selon lui, toujours surévalués de 25% en France, et même de 35% à Paris. « Le marché va donc amorcer une correction cette année. Mais le mouvement devrait être assez lent et graduel » note-t-il. Selon lui, les ventes de logements anciens vont se contracter de 10% dans l’ancien, et de 15% dans le neuf. Ceci devrait se traduire par un repli de 6% des prix cette année dans l’ancien, et une stabilité dans le neuf.

Des prix de l’immobilier en baisse jusqu’en 2016 ?

2012 pourrait toutefois ne marquer que le début d’un cycle de baisse. « En 2013, la baisse des prix de l’ancien devrait être du même ordre, soit un repli cumulé d’environ 12% entre fin 2011 et fin 2013 » note l’économiste. La correction pourrait même durer de 3 à 4 ans. Toutefois si la demande de logements va se replier, « elle ne va pas s’effondrer » affirme-t-il. Selon lui, des facteurs structurels devraient soutenir le marché, comme notamment ce qu’il nomme l’effet « valeur refuge ». « Les marchés boursiers et obligataires vont rester volatils et incertains et les placements monétaires peu attractifs » indique-t-il.

« Un retournement marqué avec spirale délétère semble donc peu probable » conclut ainsi l’économiste, qui pense que le marché est fondamentalement « sain ». Ce dernier s’acheminerait plutôt « vers une correction assez lente et graduelle, qui pourrait durer trois à quatre ans ». En 2012, les ventes de logements anciens se replieraient, selon la banque, de 10% pour atteindre 750 000 unités, contre 830 000 en 2011, tandis que, dans le logement neuf, les ventes baisseraient de 15%, et avoisineraient 90 000 unités. Un grippage du marché que l’économiste attribue notamment à de plus faibles mises en vente. « L’offre de logements anciens restera assez mesurée. Une partie des vendeurs potentiels hésiteront à vendre, du fait de la mesure sur les plus-values » note ainsi Olivier Eluere.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

cest la fin!!!! je suis agent immobilier, et si jai un seul mot d’ordre! VENDEZ et tres vite!!!!!!!!

Il vaut mieux perdre un doigt aujourdhui que vos quatre membres dans six mois!!!!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un infime tassement des ventes de logements

Les notaires de France ont présenté leur note de conjoncture au titre du 1er trimestre 2018, avec les volumes à fin février, et les évolutions de prix définitives en 2017 dans les grandes villes, dont Lyon.


Une capacité d’acquisition immobilière des ménages élevée

BNP Paribas Real Estate a publié pour la première fois son indicateur de capacité d’acquisition immobilière.


Immobilier : stabilisation des prix en France, envolée à Paris

null
Les prix ont augmenté de 5,9% à Paris, mais restent quasi stables au niveau national, selon le dernier point du réseau d’agences franchisées Century 21.
» Laurent Vimont, président de Century 21 : “L’immobilier est un intégrateur social fantastique”
» Century 21 a organisé, les 11 et 12 mars, sa convention à Lyon


Petite baisse des prix de l’immobilier sur trois mois à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI – Seloger publié en cours de semaine dernière montre toujours une hausse des prix sur un an, mais un affaiblissement des prix sur trois mois.


Immobilier : des prix en moindre hausse et des volumes en baisse

null
Guy Hoquet l’Immobilier a tiré un bilan en matière de volumes et de prix au cours du premier trimestre de l’année 2018.


Immobilier : pour les notaires, « le marché devrait rester porteur »

Immonot.com a livré son analyse bimestrielle sur le marché immobilier.


Les prix ont augmenté de 3,7% dans la Métropole de Lyon en 2017

null
La Chambre des notaires a fait part ce lundi de son traditionnel bilan annuel en matière d’immobilier dans le Rhône et la Métropole. Les prix ont fortement progressé dans certaines villes comme Lyon et Tassin.


Vers une accalmie du marché immobilier résidentiel

Xerfi a publié jeudi une note sur le marché de l’habitat. Il prévoit une baisse des ventes dans les deux prochaines années.


Orpi prédit une bonne activité en 2018

Au vu des premiers indicateurs d’activité sur les premières semaines de l’année en cours, le réseau anticipe une bonne tenue du marché, avec des volumes certes un peu inférieurs à 2017, mais toujours supérieurs à 2015 et 2016.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse sur un an à Lyon

null
Les hausses s’avèrent toujours être à deux chiffres sur un an dans certains arrondissements, même si on constate une baisse de la tension sur le marché au niveau national.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


L’indicateur de tension immobilière toujours élevé à Lyon

Le nombre d’acheteurs en recherche pour un bien en vente reste toujours élevé, selon le baromètre national de février de MeilleursAgents.com.


2018 devrait être en-deçà des records de 2017, selon Crédit Foncier

L’établissement a, lors d’une conférence de presse organisée mercredi livré son analyse sur les marchés immobiliers résidentiels et tertiaires, et leurs perspectives pour 2018.


Lyon : +20% pour les prix de l’immobilier dans le 1er arrondissement

null
Selon LPI-Seloger, les prix augmentent sur un an, de plus de 20% dans quatre arrondissement de Lyon.


2017, « une année absolument record »

Maître Gabriel Nallet, notaire, est le responsable de l’observatoire de l’immobilier sur le territoire de l’Isère. Il évoque avec Lyon Pôle Immo les premières tendances découlant des chiffres des notaires en matière de ventes de logements anciens dans le département de l’Isère.