Immobilier : quatre ans de disette ? | Lyon Pôle Immo

Immobilier : quatre ans de disette ?

D’après une étude de l’économiste Olivier Eluère du Crédit Agricole, le marché immobilier a commencé à se contracter début 2012. Ce repli pourrait durer de 3 à 4 ans.

Va-t-on assister à une lente et durable contraction du marché immobilier ? C’est en tout cas le scénario envisagé par Olivier Eluere, économiste du Crédit Agricole. En dressant un panorama du marché immobilier en 2012, ce dernier a clairement fait état d’un marché anémié en ce début d’année : prix de l’ancien en légère baisse et production de nouveaux crédits habitat en baisse de 37% sur la période décembre 2011-février 2012.

Pour l’économiste, les facteurs négatifs, comme une croissance du PIB quasi nulle, ou une hausse graduelle des taux, et une série de mesures de durcissement fiscal (révision à la baisse du dispositif Scellier, changement de régime sur les plus-values immobilières, hausse des taux de prélèvements sociaux sur les revenus du capital, recentrage du PTZ+…) sont de plus en plus présents. En outre, selon Olivier Eluere, les prix sont toujours trop élevés. Ils seraient, selon lui, toujours surévalués de 25% en France, et même de 35% à Paris. « Le marché va donc amorcer une correction cette année. Mais le mouvement devrait être assez lent et graduel » note-t-il. Selon lui, les ventes de logements anciens vont se contracter de 10% dans l’ancien, et de 15% dans le neuf. Ceci devrait se traduire par un repli de 6% des prix cette année dans l’ancien, et une stabilité dans le neuf.

Des prix de l’immobilier en baisse jusqu’en 2016 ?

2012 pourrait toutefois ne marquer que le début d’un cycle de baisse. « En 2013, la baisse des prix de l’ancien devrait être du même ordre, soit un repli cumulé d’environ 12% entre fin 2011 et fin 2013 » note l’économiste. La correction pourrait même durer de 3 à 4 ans. Toutefois si la demande de logements va se replier, « elle ne va pas s’effondrer » affirme-t-il. Selon lui, des facteurs structurels devraient soutenir le marché, comme notamment ce qu’il nomme l’effet « valeur refuge ». « Les marchés boursiers et obligataires vont rester volatils et incertains et les placements monétaires peu attractifs » indique-t-il.

« Un retournement marqué avec spirale délétère semble donc peu probable » conclut ainsi l’économiste, qui pense que le marché est fondamentalement « sain ». Ce dernier s’acheminerait plutôt « vers une correction assez lente et graduelle, qui pourrait durer trois à quatre ans ». En 2012, les ventes de logements anciens se replieraient, selon la banque, de 10% pour atteindre 750 000 unités, contre 830 000 en 2011, tandis que, dans le logement neuf, les ventes baisseraient de 15%, et avoisineraient 90 000 unités. Un grippage du marché que l’économiste attribue notamment à de plus faibles mises en vente. « L’offre de logements anciens restera assez mesurée. Une partie des vendeurs potentiels hésiteront à vendre, du fait de la mesure sur les plus-values » note ainsi Olivier Eluere.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

cest la fin!!!! je suis agent immobilier, et si jai un seul mot d’ordre! VENDEZ et tres vite!!!!!!!!

Il vaut mieux perdre un doigt aujourdhui que vos quatre membres dans six mois!!!!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.