Carré de Soie : nouvelle étape dans le projet urbain

3 délibérations ont été votées lundi par le Grand Lyon sur le Carré de Soie. La ZAC Villeurbanne La Soie a été créée.

Le Carré de Soie poursuit sa mue. Après la reconversion de l'usine Tase, c’est désormais au tour de l’ancienne emprise Yoplait, située sur la partie villeurbannaise du site, de se mettre en mouvement dans ce vase projet urbain, qui s’étendra à terme sur 400 hectares. « Le Carré de Soie, c’est à peu près aussi grand que ce qui se fait à Confluence », a noté Gérard Collomb.

C’est même une opération qui « à terme, sera plus importante que la Confluence, puisque l’on travaille sur 400 hectares, alors que la Confluence c’était, au-delà des voutes, 150 hectares. Il faut bien voir l’immensité de ce qui est en train de se faire, programme par programme » a expliqué le président du Grand Lyon.

Nouvelle ZAC

Après l’inauguration du Pôle de Commerces et de Loisirs et le réaménagement de l’usine Tase « on peut considérer que c’est une deuxième étape importante dans le développement du Carré de Soie » a expliqué Roland Crimier, vice président en charge du pilotage des grands projets d’agglomération. Trois délibérations ont en effet été portées à l’attention des élus communautaires, portant à la fois sur la création de la ZAC Villeurbanne La Soie et sur la modification du programme d'aménagement (PAE) sur le secteur de l’ex usine Tase à Vaulx-en-Velin.

Le secteur Villeurbanne La Soie, ex Yoplait, compte 25 hectares au total. Une première phase d’aménagement est prévue sur 11 hectares avec la création de la Zone d’aménagement concertée (ZAC). Celle-ci est délimitée au nord, la rue Léon Blum, au sud, la ligne de tram T3/Rhône Express, à l’est, par la rue de la Poudrette, et à l’ouest par la rue de la Soie et pour partie la rue Francia.

11 hectares

La nouvelle ZAC ne comprendra toutefois pas le secteur dit de l’Amande, un secteur résidentiel situé entre les rues Decomberousse et La Soie. Elle vise une mixité des fonctions entre offre de logements mais aussi de bureaux et d’activités artisanales. Elle vise également à optimiser des ressources foncières disponibles afin de contribuer à limiter l’étalement urbain en grande périphérie, tout en respectant et mettant en valeur le patrimoine faubourien existant et habité dit de "l’amande".

Sur ces 11 hectares, 200 000 mètres carrés SHON seront constructibles, dont la majeure partie -116 000 mètres carrés - sera dédiée au logement. 1 650 logements sont ainsi prévus, dont une partie significative (41,5 %) sera développée en produits aidés (logement social PLUS PLAI, logement intermédiaire, PLS et accession sociale réglementée). En outre, une partie de la ZAC sera en zone de TVA réduite, au titre du périmètre de la zone urbaine sensible Villeurbanne Les Brosses.

48 millions d'euros

Le reste de la ZAC sera partagé entre activités tertiaires (75 000 mètres carrés), commerces (2000 mètre carrés), et équipements publics (7 000 mètres carrés), dont un groupe scolaire, une crèche, un gymnase de quartier et un terrain de proximité.

Le coût de la ZAC est estimé à 48 millions d’euros hors taxes, qui se partagent entre des espaces publics de différentes envergures (esplanade pour les programmes tertiaires, espaces verts, square de 5000 m², etc…) et un réseau de voiries primaires qui créera les connexions de circulation avec les quartiers villeurbannais situés au sud de la ligne T3 (Bel Air, les Brosses), le reste du Carré de Soie et le centre‐ville de Villeurbanne, et de voiries secondaires qui permettront la desserte des ilots de la ZAC.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour
Surprenant un projet audacieux pour l’écologie,
Mais aussi très douteux sur la véracité pour la pollution à proximité comme les grosses entreprises ,métallurgie, 2 concessions automobiles Peugeot Renault, station station-service total, celle-ci son pas concerné dans le programme, ????.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Grand Saint-Jean » : le projet urbain entre dans sa première phase

Des financements ont été accordés ce 21 juin par l’ANRU au projet de Villeurbanne Saint-Jean. La première étape se déploiera sur une période de 15 ans, pour la partie sud.


Olivier Klein, un ministre du logement bien connu des territoires urbains

null
Le nouveau ministre délégué chargé de la Ville et du Logement était jusqu’ici le président du conseil d’administration de l’ANRU. Il connait ainsi les territoires en renouvellement urbain dans la Métropole.
» Olivier Klein devient ministre délégué au logement


Le « Vallon des hôpitaux », futur quartier équilibré au sud de la Métropole de Lyon

Mixité fonctionnelle, mobilités repensées, mixité sociale : l’abandon du projet de l’« Anneau des Sciences » a transformé le projet urbain situé à Saint-Genis-Laval, à la lisière d’Oullins et de Pierre-Bénite. Les différents acteurs publics, dont les HCL, présentaient mercredi celui-ci lors d’une visite de presse.


Vers une accélération du verdissement de la Part-Dieu

nullBruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et Grégory Doucet, maire de Lyon, ont présenté ce lundi la nouvelle agence de paysagistes chargée d’accélérer la végétalisation de la Part-Dieu.


Urbanisme transitoire : Bouygues renouvelle sa démarche autour de la friche Nexans

Bouygues Immobilier renouvelle sa démarche expérimentale d’urbanisme transitoire autour de la friche industrielle Nexans.


Apsys et Quartus vont repenser le centre d’échanges de Lyon Perrache

Le groupement a été retenu dans le cadre de l’appel à projets visant à requalifier le centre d’échanges de Lyon Perrache. Ceci s’inscrit dans la deuxième phase de l’opération « Ouvrons Perrache ».


Villeurbanne : concertation sur le futur du parking Raphaël-de-Barros

Une concertation sur les aménagements des espaces publics Raphaël-de-Barros a lieu tout au long du mois de juin.


«Nous avons une action très importante pour le foncier économique»

nullBéatrice Vessiller est la vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme. Nous évoquons avec elle le lancement de la révision du SCOT, les grandes opérations d’urbanisme récemment présentées, et les enjeux en matière d’accueil d’activités économiques.


Eiffage Immobilier a inauguré «Évolution » à Rillieux-la-Pape


Le programme compte 88 logements qui vont du T2 au T4. Une grande surface alimentaire a ouvert ses portes il y a quelques semaines au rez-de-chaussée.


ACI, ou le passage d’un site industriel à une opération mixte

nullLe projet porté par BNP Paribas Immobilier et Ginkgo permettra l’éclosion, sur ce site industriel, d’un quartier mixte avec logements, bureaux, locaux, équipements publics, ainsi qu’un parc urbain de 2 hectares. Le T6 desservira l’ensemble.


Le SEPAL travaille sur la révision du SCOT

Il y a une dizaine de jours, un séminaire de lancement de la révision du schéma de cohérence territoriale du territoire se tenait à la Cité de la Gastronomie de Lyon.


Le TEOL, tramway express de l’ouest lyonnais, pour remplacer le métro E

nullSuite à une concertation, SYTRAL Mobilités a indiqué souhaiter introduire un tracé de tramway express enterré à destination de l’ouest lyonnais. Celui-ci serait deux fois moins onéreux pour un service très proche.


Le maire de Tassin déçu par l’abandon du métro E

Pascal Charmot a regretté la décision de préférer la réalisation d’un tramway à un métro. Il craint notamment que les embouteillages soient accentués avec un tramway en surface.


Rue Garibaldi : vers l’ouverture d’une concertation sur l’aménagement du 3e tronçon

Une délibération a été votée en commission permanente pour lancer la concertation sur l’aménagement de ce tronçon entre les rues Arménie-Pensionnat et la Grande rue de la Guillotière.


MLyon : la Métropole de Lyon cède les lots M+M à DCB

Cette signature a été réalisée il y a une semaine, le 2 mai.