2012, mauvaise année pour les lotisseurs

Les ventes de lots ont reculé de 11%, selon les dernières données publiées lundi par le syndicat national des lotisseurs aménageurs.

Les ventes de lots en zones aménagées ont diminué de 11% l’an dernier. Tel est le constat dressé lundi par le syndicat des aménageurs lotisseurs (snal), qui faisait hier le bilan de l’année 2012 sur le marché des terrains à bâtir.

Selon les observatoires locaux SNAL Adequation, qui représentent 44% de l’activité nationale, les mises en vente en zones aménagées ont ainsi reculé de 4% à 14.452 lots en 2012, contre 15.119 en 2011. Les ventes, elles, ont de leur côté reculé de 11% à 16441 unités, contre 14616 unités.

Le syndicat a en outre rappelé que sur les 336.276 mises en chantier comptabilisées l’an dernier, seuls 277.940 logements neufs avaient été totalisés. En outre, le syndicat a rappelé qu’en 6 ans, la production de maisons individuelles en zones aménagées avait reculé de moitié, passant de 63663 logements en 2006 à 32992 en 2012. Soit une baisse bien supérieure à celle de l’individuel diffus (105391 en 2006, 76341 en 2012). Une aberration pour le syndicat quand on sait que l’individuel diffus consomme 4 fois plus de terrain que l’aménagé (9800 ha en 2012, contre 2480 ha).

Prix en baisse

Le prix des parcelles a en moyenne légèrement baissé depuis 2006. Alors qu’il fallait compter 85216 euros en 2006, il ne fallait plus que 83.834 euros en 2012, sur le seul échantillon des terrains aménagés et vendus par les professionnels. On notera toutefois que les prix diffèrent suivant les zones géographiques (Scellier): 71206 euros en zone C, 92809 euros en zone B2, 127443 euros en zone B1, et 171295 euros en zone A pour les parcelles aménagées. Dans ces deux dernières zones, on a assisté à une baisse des prix des parcelles de l’ordre de 10.4% et 9.5%. En outre, ces derniers notent que la densité a nettement augmenté depuis 2006, à 31.1 logements par hectare en 2012 pour les zones d’aménagements mixtes, contre 24.7 en 2006.

Sur des parcelles de taille équivalente à l’individuel groupé, le syndicat note que l’on trouve des maisons plus grandes et moins chères en individuel aménagé. En prenant en compte le prix de la parcelle à 85.000 € et une maison de 105 m² à 120.000 €, le prix de revient total s’établit à 205.000 €, soit un peu plus de 1.950 €/m², garage inclus. En individuel groupé, note le syndicat, le 4 pièces de 86 m² est à 262.000 €, soit plus de 3.000 €/m² habitable, garage inclus. Et pour un 5 pièces de 105 m², il faut prévoir un budget de 320.000 €. De même, dans le collectif, en secteur périurbain, le 4 pièces de 83 m² à 252 000 €, soit 3.000 €/m² en moyenne, avec parking.

Pour faire face à la crise actuelle du logement, le syndicat propose ainsi de créer un choc foncier par un changement radical de fiscalité sur les plus-values de cessions de terrains à bâtir. Le syndicat propose également de prévoir au niveau des PLU intercommunaux des zones d’aménagement qui permettent de programmer une mixité de produits alliant mixité sociale et mixité générationnelle. Il veut également relancer la primo-accession par l’élargissement des conditions d’éligibilité à l’amortissement différé du PTZ +, et une TVA à 5 %.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Les mises en ventes de logements neufs en chute libre à Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a communiqué il y a quelques jours les derniers chiffres en matière de réservations de logements neufs, et de prix, toujours orientés à la hausse.


Immobilier neuf : les craintes des promoteurs

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait un point la semaine dernière sur l’activité du secteur au cours du premier semestre, marqué par le confinement.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.