2012, mauvaise année pour les lotisseurs

Les ventes de lots ont reculé de 11%, selon les dernières données publiées lundi par le syndicat national des lotisseurs aménageurs.

Les ventes de lots en zones aménagées ont diminué de 11% l’an dernier. Tel est le constat dressé lundi par le syndicat des aménageurs lotisseurs (snal), qui faisait hier le bilan de l’année 2012 sur le marché des terrains à bâtir.

Selon les observatoires locaux SNAL Adequation, qui représentent 44% de l’activité nationale, les mises en vente en zones aménagées ont ainsi reculé de 4% à 14.452 lots en 2012, contre 15.119 en 2011. Les ventes, elles, ont de leur côté reculé de 11% à 16441 unités, contre 14616 unités.

Le syndicat a en outre rappelé que sur les 336.276 mises en chantier comptabilisées l’an dernier, seuls 277.940 logements neufs avaient été totalisés. En outre, le syndicat a rappelé qu’en 6 ans, la production de maisons individuelles en zones aménagées avait reculé de moitié, passant de 63663 logements en 2006 à 32992 en 2012. Soit une baisse bien supérieure à celle de l’individuel diffus (105391 en 2006, 76341 en 2012). Une aberration pour le syndicat quand on sait que l’individuel diffus consomme 4 fois plus de terrain que l’aménagé (9800 ha en 2012, contre 2480 ha).

Prix en baisse

Le prix des parcelles a en moyenne légèrement baissé depuis 2006. Alors qu’il fallait compter 85216 euros en 2006, il ne fallait plus que 83.834 euros en 2012, sur le seul échantillon des terrains aménagés et vendus par les professionnels. On notera toutefois que les prix diffèrent suivant les zones géographiques (Scellier): 71206 euros en zone C, 92809 euros en zone B2, 127443 euros en zone B1, et 171295 euros en zone A pour les parcelles aménagées. Dans ces deux dernières zones, on a assisté à une baisse des prix des parcelles de l’ordre de 10.4% et 9.5%. En outre, ces derniers notent que la densité a nettement augmenté depuis 2006, à 31.1 logements par hectare en 2012 pour les zones d’aménagements mixtes, contre 24.7 en 2006.

Sur des parcelles de taille équivalente à l’individuel groupé, le syndicat note que l’on trouve des maisons plus grandes et moins chères en individuel aménagé. En prenant en compte le prix de la parcelle à 85.000 € et une maison de 105 m² à 120.000 €, le prix de revient total s’établit à 205.000 €, soit un peu plus de 1.950 €/m², garage inclus. En individuel groupé, note le syndicat, le 4 pièces de 86 m² est à 262.000 €, soit plus de 3.000 €/m² habitable, garage inclus. Et pour un 5 pièces de 105 m², il faut prévoir un budget de 320.000 €. De même, dans le collectif, en secteur périurbain, le 4 pièces de 83 m² à 252 000 €, soit 3.000 €/m² en moyenne, avec parking.

Pour faire face à la crise actuelle du logement, le syndicat propose ainsi de créer un choc foncier par un changement radical de fiscalité sur les plus-values de cessions de terrains à bâtir. Le syndicat propose également de prévoir au niveau des PLU intercommunaux des zones d’aménagement qui permettent de programmer une mixité de produits alliant mixité sociale et mixité générationnelle. Il veut également relancer la primo-accession par l’élargissement des conditions d’éligibilité à l’amortissement différé du PTZ +, et une TVA à 5 %.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Devant les promoteurs, la Métropole dit souhaiter une régulation des prix du foncier

Béatrice Vessiller et Renaud Payre ont, à l’occasion des pyramides d’argent de la fédération des promoteurs immobiliers, exprimé leurs ambitions en matière de production de logements.


Villeurbanne : inauguration des résidences « Cosmopolis » et « Arch »


Ces résidences développées par Rhône Saône Habitat et Cogedim ont été inaugurées le 14 septembre. La première comprend des logements en bail réel solidaire. Le maire et du vice-président de la Métropole de Lyon, ont, à cette occasion, appelé à une régulation du foncier.


Pyramides d’Argent : le campus EM Lyon remporte le Grand prix régional

La Fédération des Promoteurs Immobiliers de la Région Lyonnaise organisait mercredi 14 septembre sa cérémonie des Pyramides, qui s’est tenue à l’Embarcadère. Cogedim a été lauréat pour ce projet développée à Gerland.


Assises du BTP : le Gouvernement annonce 13 premières mesures

nullCes mesures visent à « soutenir et simplifier les opérations économiques du secteur ».


« Nous, promoteurs, n’achetons pas des fonciers chers de gaieté de coeur »

nullPascal Boulanger est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Nous évoquons avec lui son ressenti après la présentation des premières mesures prises suite aux Assises du bâtiment et des travaux publics, mais aussi les problématiques en matière de foncier.


Pour la CAPEB, les Assises sont un 1er pas encourageant mais encore insuffisant

13 premières mesures issues des Assises du bâtiment et des travaux publics ont été annoncées pour soutenir et simplifier les opérations économiques du secteur. Le résultat est jugé insuffisant pour répondre à l’inquiétude des entreprises artisanales du bâtiment.


La FFB salue les mesures découlant des Assises du BTP

nullCe premier rendu valide, selon la fédération du bâtiment, quelques-unes de ses propositions.


Nouvelle baisse des réservations de logements neufs

Le repli est particulièrement sensible sur les ventes en bloc et celles destinées aux particuliers investisseurs, selon les derniers chiffres de la FPI.


La FFB révise à la baisse ses prévisions d’activité 2022

null
La fédération du bâtiment a mis à jour ses prévisions au regard de l’impact du contexte macroéconomique et géopolitique.


A Saint-Étienne, un marché de l’immobilier neuf désormais sous-offreur

C’est ce que révèle le dernier observatoire de l’habitat dévoilé par Epures. Le marché de l’immobilier neuf dans le Sud Loire a frôlé, l’an dernier, les 500 ventes.


L’artisanat du bâtiment inquiet pour 2023 malgré une conjoncture encore favorable

Le secteur est inquiet suite à la hausse des prix des matériaux et de l’énergie enregistrée au 2e trimestre, et aux conséquences des difficultés d’approvisionnement.


Des bailleurs intègrent l’objectif de désimperméabilisation dans leurs projets

La Métropole s’est engagée ce lundi avec l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse pour agir sur l’origine de la dégradation des milieux aquatiques.


Un marché de l’investissement immobilier résidentiel empreint d’incertitudes

CBRE a réagi aux chiffres Immostat de l’investissement résidentiel au deuxième trimestre 2022.


Catherine Vautrin devient présidente de l’ANRU

L’ancienne ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité a été nommée a la présidence du conseil d’administration de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Elle succède à Olivier Klein, désormais ministre délégué au logement


Reflux des permis de construire et des mises en chantier

Les permis de construire sont en recul sur trois mois, après un début d’année marqué par une nette poussée des autorisations. Les mises en chantier sont, elles aussi, en repli sur cette même période. Sur 12 mois, la situation est contrastée, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.