Présidentielles: Macron et Mélenchon en tête dans les grandes villes

Le candidat d’En Marche est arrivé en tête dans plusieurs grandes villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, notamment à Clermont-Ferrand. A Saint-Etienne, Grenoble, et Vénissieux, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête.

Emmanuel Macron est, à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes, arrivé en tête dans nombre de villes. A Lyon, Emmanuel Macron (30,3%) est arrivé loin devant François Fillon (23,4%), Jean Luc Mélenchon (22,9%), Benoit Hamon (9.1%) et Marine le Pen (8.9%). Ce faible score de la candidate du Front national a également été observé à Villeurbanne (13,10%), où la candidate arrive loin derrière Emmanuel Macron (27,73%), Jean-Luc Mélenchon (26,48%) et François Fillon (16,59%).

Dans la commune la plus peuplée de la Métropole après Lyon, le maire qui soutenait Benoit Hamon (9,15% dans cette ville), a indiqué qu’il votera pour Emmanuel Macron. « Les instituts de sondage nous avaient amenés à envisager une telle situation au soir du premier tour. Je ne dirai pas qu’ils ont eu raison. Mais, de toute évidence, en pronostiquant les résultats de l’extrême droite, ils ont amené les électeurs à préférer le vote utile au vote de conviction. L’électorat de gauche en particulier socialiste a cédé aux sirènes de la nécessité. En ce qui me concerne, au regard des résultats, j’en appelle bien sûr à une opposition totale au Front National » a indiqué Jean-Paul Bret.

Mélenchon en tête à Vénissieux…

A Vénissieux, troisième ville de la Métropole, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête (35,7%), devant Emmanuel Macron (21,9%), Marine le Pen (17,5%), François Fillon (9.1%) et Benoit Hamon (7.3%). « A Vénissieux, Jean-Luc Mélenchon arrive largement en tête. Les électeurs ont ainsi clairement exprimé leur choix d’une gauche qui porte les exigences d’une société plus juste. Il est également à noter, que, contrairement au niveau national, le FN ne progresse pas sur la ville. Lors du second tour, les Français auront le choix entre la politique xénophobe, discriminatoire et réactionnaire de Marine Le Pen et du Front National d’un côté, une politique inqualifiable et inimaginable, et le libéralisme d’Emmanuel Macron, à la solde de l’Europe et de la finance, de l’autre. Les Français, le monde du travail et tous les progressistes vont donc devoir se rassembler et se battre pour défendre les acquis sociaux et construire un nouveau pacte social, solidaire et juste. Dans ce cadre de luttes à venir, l’heure de la reconstruction d’une gauche de combat, une gauche authentique, fière de ses valeurs et de son histoire, a plus que jamais sonné » a indiqué Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux .

… mais aussi à Saint-Etienne et Grenoble

Mais Vénissieux n’est pas la seule grande ville en Auvergne-Rhône-Alpes où Jean-Luc Mélenchon  arrive en tête. A Saint-Étienne, il obtient ainsi 24,9%, tout juste devant Emmanuel Macron (24,8%), François Fillon (17,5%), Marine le Pen (17,1%), et Benoit Hamon (8.2%).

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, président de Saint-Étienne Métropole, a appelé, au deuxième tour, à voter pour Emmanuel Macron et faire barrage à Marine le Pen. «Nos compatriotes attendent des mesures fortes, justes et nécessaires, je le constate chaque jour en tant que maire de Saint-Étienne. Aujourd'hui, le choix est clair entre Emmanuel Macron et la candidate du Front national. Cette dernière ne fait qu'exploiter les craintes et les interrogations légitimes de nos concitoyens en n'apportant aucune solution réelle si ce n'est que des propositions démagogiques, passéistes, irréalistes, qui ne résoudront en rien leurs difficultés mais bien au contraire ne feront que les accentuer. Elle trompe les Français. La raison doit l'emporter. Non la colère et la peur. Son élection créerait un climat nauséabond qui plongerait notre pays dans des difficultés abyssales dont il sera très difficile de se relever. Depuis toujours, mon engagement en politique repose sur des valeurs républicaines et humanistes que je place au-dessus de tout. Elles sont aujourd'hui portées par Emmanuel Macron qui a, ce soir, une responsabilité immense face à l'Histoire ».

Néanmoins, le maire de Saint-Etienne a averti le candidat d’En Marche : « Pour l'emporter, il doit être en capacité de rassembler le plus largement possible toutes les électrices et tous les électeurs, toutes les forces républicaines qui ne veulent pas d'une France renfermée mais n'ont pas fait le choix de sa candidature au 1er tour de cette élection présidentielle. Pour ma part, je me montrerai particulièrement vigilant sur les engagements pris par Emmanuel Macron, lors de cette campagne de 2ème tour. Ils concerneront plus particulièrement les domaines tels que la sécurité, la maîtrise des flux migratoires, l'emploi, la réduction des déficits publics ou encore le poids d'une fiscalité aujourd'hui devenue insupportable pour nos concitoyens, afin que soient prises en compte et entendues toutes les aspirations exprimées dans les différents votes de ce 1er tour ».

A Grenoble, la situation est proche de celle de Saint-Etienne: Jean-Luc Mélenchon (28,9%) arrive en tête devant Emmanuel Macron (28,6%), François Fillon (15,1%), Benoit Hamon (10,8%), et Marine le Pen (10,7%).

Clermont-Ferrand : Macron devant Mélenchon

A Clermont-Ferrand, Emmanuel Macron (29,6%) arrive en tête devant Jean-Luc Mélanchon (25,6%), François Fillon (15,1%), Marine le Pen (12,6%), et Benoit Hamon (9.9%). Le maire de la capitale auvergnate, Olivier Bianchi, a indiqué qu’il voterait, au deuxième tour pour Emmanuel Macron : « 15 ans plus tard, comme en 2002, le Front National se retrouve au second tour. Les valeurs et le projet portés par Marine Le Pen ne sont pas la France. Elle attise les haines et divise. Elle oppose les français entre eux. Je comprends la colère exprimée à travers ce vote mais en aucun cas les solutions proposées par la candidate du Front National ne sont les bonnes réponses aux défis auxquels doit faire face notre pays. Alors dimanche 7 mai, je voterai sans aucune hésitation pour Emmanuel Macron. Aucune voix ne doit lui manquer ».

Le maire de la ville, qui soutenait Benoit Hamon, a néanmoins appelé à une réflexion sur l’avenir de la gauche :« Il nous faudra approfondir les résultats et en tirer tous les enseignements car il en va de l'avenir de la gauche et de sa recomposition. La refondation passera par la capacité de la gauche à se rassembler à l'image de ce que nous faisons dans nos territoires. Il nous faut mener un travail de réflexion en profondeur pour construire un projet innovant ouvert sur l'Europe qui répond aux mutations du monde. Il devra tout à la fois conjuguer développement, exigence sociale et urgence écologique. Enfin, le renouvellement en profondeur des pratiques politiques devra être aussi au coeur de nos réflexions.»






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Polémique sur la prolongation de la centrale nucléaire du Bugey

Les écologistes de la Métropole et de la Ville de Lyon demandent à l’Autorité de sûreté nucléaire de refuser la prolongation de 10 ans, tandis que la droite s’insurge contre cette prise de position.


Un appel a candidatures pour lutter contre la vacance des logements

Celui-ci vise à accompagner des collectivités dans leurs démarches de lutte contre la vacance des logements.


Auvergne-Rhône-Alpes emprunte à taux négatif

null
La Région est ainsi la première collectivité française à emprunter sur le long terme à taux négatif.


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.


Auvergne-Rhône-Alpes approche des 8 millions d’habitants

null L’INSEE a fait part ce jour des populations légales des territoires, dont ceux des régions et des départements.