Pour Gaël Perdriau, la baisse des APL est « brutale »

Le maire de Saint-Etienne a fustigé la méthode employée par le gouvernement concernant la baisse de 5 euros des aides personnalisées au logement.

Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, a, ce matin, tenu à réagir à la baisse des APL (aides personnalisées au logement). Selon lui, la décision du Gouvernement de baisser ces aides de 5 euros, « ne peut que susciter de profondes interrogations ». Il rappelle en outre que 800.000 étudiants comptent parmi les principaux bénéficiaires, et que cette mesure générerait 32,5 millions d’euros d'économies mensuelles soit, en année pleine, 390 millions d’euros.

« Il faut rappeler, qu'au-delà des étudiants, notre modèle économique et social tolère que 17% des jeunes âgés entre 15 et 30 ans se retrouve sans emploi, sans formation et sans programme d'études et que 22% d'entre eux sont considérés comme pauvres », a souligné celui qui est aussi président de Saint-Etienne Métropole.

Il faut « corriger les effets pervers »

Il acquiesce que, « certes, l'APL ne produit pas nécessairement les effets escomptés et il faut en revoir les mécanismes pour la rendre plus équitable, donc juste, afin d'éviter qu'elle ne soit uniformément distribuée ».

Il admet aussi « qu'il soit indispensable d'en corriger les effets pervers, notamment en matière de fixation des loyers dont le rythme de progression excessif est aussi entretenu par l'APL ». Mais la méthode employée « n'en demeure pas moins brutale » selon lui, « car ne laissant aucune place au dialogue ».

Une mesure « inquiétante par sa portée »

« Qu'en sera-t-il demain pour les chantiers pourtant essentiels que sont la formation professionnelle ou les dépenses liées à la protection sociale ? Le Gouvernement entend-il s'en tenir à une approche strictement comptable ? L'effort d'explication doit être porté avec constance sous peine de voir les Français s'éloigner de l'action gouvernementale faute de la comprendre ce que les dernières enquêtes d'opinion semblent mettre en évidence ».

L’élu s'interroge ainsi sur le bien-fondé de cette première mesure « qui vient toucher directement une catégorie fortement fragilisée et vivant déjà en situation d'insécurité sociale ».

Pour lui, le Gouvernement devrait déployer ses efforts « vers une réflexion globale permettant de donner une nouvelle impulsion à l'ensemble de notre modèle social, mis à mal par les évolutions structurelles de l'économie et de la société ». La mesure est « inquiétante par sa portée », indique le maire de Saint-Etienne, « mais aussi par la méthode qui la sous-tend et qui l'assimile plus à une décision unilatérale qu'à une approche partagée et donc fruit d'un dialogue social indispensable, en France, après une crise qui dure depuis 10 ans ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’Unis se veut médiateur entre commerçants et bailleurs

null
L’Union veut soutenir les indépendants dans leurs difficultés. Les professionnels veulent réaliser une médiation au cas par cas avec leurs clients propriétaires bailleurs.


Un marché locatif tendu à Lyon, anticipations sur l’encadrement

En deux ans, les loyers des nouveaux baux ont nettement augmenté sur Lyon et la Métropole. L’anticipation de l’encadrement des loyers par les propriétaires pousserait notamment ceux-ci à la hausse.


Encadrement des loyers : la candidature de Lyon et Villeurbanne est actée

Le ministère en charge du logement a communiqué ce mardi sur 8 intercommunalités et métropoles ayant manifesté leur volonté de rejoindre l’expérimentation d’encadrement des loyers.


48% des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

C’est le résultat d’une étude de Seloger, qui montre que cette proportion est encore plus importante en région parisienne.


Première réunion pour l’observatoire des impayés de loyers et de charges

Celui-ci s’est réuni pour la première fois ce lundi.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


Des mesures pour prévenir le risque de loyer impayé

Le ministère en charge du logement a dévoilé vendredi des mesures visant à prévenir le risque de loyers impayés en cette période de crise sanitaire.


Aide au logement prolongée pour les saisonniers agricoles


C’est ce qu’ont indiqué dans un communiqué commun le ministère de l’Agriculture et Action Logement.


Orpi s’insurge contre la perspective d’un encadrement des loyers


Opac du Rhône : Xavier Inglebert succède à Michel Micoulaz


Suite au départ à la retraite de Michel Micoulaz, celui qui avait été préfet délégué à l’égalité des chances dans le département du Rhône devient le nouveau directeur général de l’office public de l’habitat.


Les loyers pourront augmenter de 0,46%


L’indice de référence des loyers, qui régit la révision des loyers en cours de bail, progresse légèrement, mais dans des proportions bien moindres qu’en 2019.


L’UNIS souhaite un observatoire des charges de copropriété

Relations partenariales avec les professionnels et les élus, encadrement des loyers, éco-rénovation : les sujets sont nombreux dans les prochains mois pour l’UNIS Lyon-Rhône.


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.