Politique de la Ville : Gaël Perdriau s’inquiète des coupes budgétaires

Le maire de Saint-Etienne s’inquiète de la baisse des enveloppes pour le ministère de la ville, qui risque de fragiliser certains dispositifs.

Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, s’est insurgé mardi contre les coupes budgétaires annoncées par le gouvernement. Et pour lui, le message est clair, il faut arrêter de réduire les quartiers et les zones rurales, à des « variables budgétaires ».

« En quelques jours le Gouvernement a pris des décisions, sur le plan budgétaire, pour le moins incompréhensibles et qui interpellent les élus locaux. Des orientations concernant à la fois les quartiers relevant de la politique de la ville mais aussi les petites et moyennes communes des zones rurales et périurbaines. Ces choix viennent peser lourdement sur le budget des collectivités et interrogent sur le concept même de justice sociale et équité territoriale telle que voulue par le Premier Ministre », a indiqué Gaël Perdriau dans un communiqué.

Réductions d’enveloppes pour la ville

Il souligne notamment que le décret pris le 20 juillet dernier, qui détaille les réductions d’enveloppes des différents ministères, a fait état de la baisse pour celui de la politique de la ville, qui sera amputé de 46,5 millions d’euros, soit plus de 11% du budget initial. « Bien entendu, la Ville de Saint-Etienne et son agglomération sont aussi concernées par ces réductions budgétaires », indique le maire.

Et de poursuivre : « de telles diminutions pourraient signifier, un peu partout en France, très concrètement, l'arrêt de dispositifs utiles se traduisant par une plus grande fragilisation des habitants des quartiers concernés. Cette situation est inacceptable car elle porte atteinte à l'idée même de solidarité qui doit être la nôtre si nous voulons rester fidèles à nos valeurs républicaines. »

Inquiétude pour les zones rurales et périurbaines

L’élu rappelle notamment que les zones rurales et périurbaines se sont vues, au cours de la conférence territoriale, signifier une baisse des dotations de 13 milliards d’euros. Un nouveau décret a également fait part d’une diminution de 216 millions d’euros des dotations par la diminution de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) et du fonds de soutien à l'investissement local (FSIL). Or « ces deux enveloppes budgétaires soutiennent prioritairement les petites et moyennes communes et, plus globalement, les zones rurales », indique l’élu.

Il indique ainsi que ceci pourrait se traduire, notamment en ce qui concerne la DETR, par la suspension immédiate des cofinancements avec l'Etat. Ceci plongera nombre de communes « dans des difficultés budgétaires les conduisant à l'abandon de projets pourtant bien avancés pour certains d'entre eux ».

« Dans ces conditions, quel crédit, les élus locaux que nous sommes, pourraient apporter aux appels au dialogue, fondement d'une nouvelle collaboration entre les collectivités et l'Etat, si par ailleurs de telles décisions sont prises sans aucune concertation ? », s’interroge-t-il

Quels moyens pour l’agence nationale pour la cohésion des territoires ?

Le maire de Saint-Etienne s’inquiète des futurs moyens de l’agence nationale pour la cohésion des territoires, laquelle doit relever les défis posés par la désertification médicale, le déploiement du numérique sur les territoires ruraux ou le soutien au développement économique. Pour Gaël Perdriau, le Gouvernement doit engager, aussi rapidement que possible, « un vrai dialogue avec l'ensemble des associations représentatives des collectivités ».

Pour lui, il est nécessaire « de définir de nouvelles orientations politiques afin de définir, en collaboration avec les élus locaux et nationaux concernés, une stratégie globale ne se réduisant pas aux seules coupes budgétaires mais capable d'ouvrir la réflexion sur une nouvelle espérance au service des habitants ». Si tel n’était pas le cas, le risque serait grand de voir la cassure entre l'Etat et les collectivités locales, mais aussi entre l’Etat et les quartiers, devenir « irrémédiable », selon lui.

« La politique de modernisation et de maîtrise budgétaire est certes indispensable mais en réduisant les quartiers, les zones rurales et périurbaines de même que l'ensemble de leurs habitants, à de simples variables d'ajustement comptable on s'éloigne de l'idéal républicain et on tourne le dos à l'histoire de notre pays », conclut-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vénissieux : lancement du « grand rendez-vous »

Michèle Picard a ouvert hier cet évènement qui se tient sur quatre jours, du 4 au 7 octobre.


Rillieux-la-Pape : inauguration endeuillée pour l’accueil Marcel André

L’inauguration de l’accueil Marcel André, prévue ce mardi en fin de journée, a été l’occasion pour la population rilliarde de rendre un hommage à Laura, tuée dimanche à Marseille en gare Saint-Charles.


« Une montée en gamme du territoire »

null
Romain Daubié est le maire de Montluel. Il évoque le projet Cap&Co.


« Il y a de la demande »

Philippe Guillot-Vignot est le président de la communauté de communes de la Côtière à Montluel (3CM). Il évoque le programme Cap&Co.


Montluel : Domoa et Fontanel ont posé la première pierre de Cap&Co

null
Les deux sociétés ont posé le 14 septembre dernier la première pierre du programme initiant ce Business Village, qui devrait totaliser à terme près de 17.000 m².
»
Philippe Guillot-Vignot, président de 3CM : « Il y a de la demande »
»
Romain Daubié, maire de Montluel: « Une montée en gamme du territoire »


Michel le Faou : « ce n’est pas l’arrêt définitif de toute évolution du PLU-H »

Interrogé au lendemain du vote de l’arrêté du PLU-H de la Métropole de Lyon, Michel le Faou s’est félicité d’une forme de consensus autour du document.


PLU-H de la Métropole de Lyon : entre consensus et dissonances

Le Conseil de la Métropole de Lyon a tiré la semaine dernière le bilan de la concertation préalable et adopté l’arrêt de projet de PLU-H. Même si certaines critiques se sont fait jour, la volonté de dialogue de l’exécutif a été saluée par une majeure partie des groupes politiques.
» Michel le Faou : « ce n’est pas l’arrêt définitif de toute évolution du PLU-H »


Le PLU-H a été voté par la Métropole de Lyon


Le projet de plan local de l’urbanisme et de l’habitat a été arrêté hier par le conseil de la Métropole.


Le Conseil de la Métropole de Lyon examine ce lundi le PLU-H

null
Le plan local de l’urbanisme et de l’habitat est le premier gros dossier examiné depuis l’élection en juillet du nouveau président de la Métropole, David Kimelfeld.


Saint-Etienne: inauguration des aménagements de l’avenue Denfert-Rochereau

L’avenue située face à la gare de Châteaucreux a été réaménagée et inaugurée mercredi 30 août.


Première visite de rentrée pour le président Kimelfeld

null
Chaque année, le président de la Métropole de Lyon visite les chantiers en cours dans l’agglomération. David Kimelfeld, élu en juillet à la tête de l’institution, n’a pas failli à la tradition.


Logement : à Lyon et Paris, Macron veut « un système d’exception pour réduire les coûts »

Dans une interview au Point, Emmanuel Macron s’est expliqué sur la baisse des APL. Pour lui, la politique de subvention via ces aides explique l’augmentation des loyers.


Saint-Laurent-de-Mure lance une consultation publique

La commune poursuit son projet urbain de centre-bourg et organise une consultation destinée aux habitants afin de définir le nom des nouvelles rues.


«Nous construisons en moyenne entre 180 et 230 logements par an à Caluire»

Philippe Cochet est le maire de Caluire-et-Cuire. A l’occasion de l’inauguration du programme « Ambiance Canuts », l’élu a évoqué, avec Lyon Pôle Immo, la construction de logements dans sa ville.


Politique de la Ville : Gaël Perdriau s’inquiète des coupes budgétaires

null
Le maire de Saint-Etienne s’inquiète de la baisse des enveloppes pour le ministère de la ville, qui risque de fragiliser certains dispositifs.
» Pour Gaël Perdriau, la baisse des APL est « brutale »