Annulation de l’encadrement des loyers à Paris

Le tribunal administratif de Paris a annulé hier cette réglementation, après une action de l’UNPI.

La 6ème section du tribunal administratif de Paris a annulé mardi les trois arrêtés préfectoraux établissant l’encadrement des loyers sur le territoire parisien. Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion des Territoires, et Julien Denormandie, Secrétaire d’État, auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, ont ainsi pris acte de la décision du tribunal administratif d’annuler cet encadrement.

Le dispositif d’encadrement des loyers avait été instauré en aout 2015 à Paris et en février 2017 à Lille. Pour le Gouvernement, qui s’est engagé à conduire une évaluation de ce dispositif sur la mandature, il s’agit d’un dispositif trop récent pour pouvoir établir son efficacité et pour mesurer ses effets sur l’évolution des loyers notamment en zone dense. Le Gouvernement, en concertation avec la Ville de Paris, a indiqué qu’il fera appel de cette décision, comme il l’avait fait pour la décision du tribunal administratif de Lille.

« Je me suis entretenu avec la maire de Paris. En l'état actuel des choses, comme à Lille, nous considérons qu'il est opportun de relever appel à l'encontre de cette décision. Il est important de rappeler que la mise en application de la mesure d'encadrement des loyers étant récente, il est indispensable de disposer du temps nécessaire pour en réaliser l'évaluation » a indiqué Jacques Mézard. « Des mesures seront également présentées lors du projet de loi logement afin de permettre le développement d’observatoires des loyers dans les communes qui le souhaitent », a indiqué le ministère.

L’UNPI prend acte

Le président de l’UNPI, Jean Perrin, a également pris acte de la décision du tribunal administratif de Paris qui annule à juste titre une réglementation incompréhensible et inefficace. L’UNPI, qui avait initié l’action contre ce dispositif, a en effet rappelé dans un communiqué que la loi ALUR, en fixant des loyers plafonds pour Paris, avait « superposé de nouvelles règles à celles qui existaient déjà dans les zones tendues, et qui résultent d’un décret pris chaque année pour limiter l’évolution des loyers lors des renouvellements ou des nouvelles locations ».

Pour l’UNPI, « l’application cumulative de ces textes a créé pour les particuliers une situation incompréhensible qui renforce la situation de crise existant à Paris, et qui incite les bailleurs à vendre leurs logements compte tenu des sanctions existantes ». Elle appelle ainsi à une réflexion visant à diminuer la pression fiscale sur les bailleurs privés, et à renforcer l’attractivité de la location à loyer intermédiaire, « seules conditions qui permettront le développement d’une offre de logements à loyer accessible ».

Réaction des agents immobiliers

Les agents immobiliers ont également réagi. Pour Laurent Vimont, Président de Century 21 « la décision du TA de Paris est bonne pour la fluidité du marché. Depuis la mise en place de cette mesure les investisseurs avaient fortement reculé dans la capitale (Ils sont passés de 30 à 22% entre 2012 et 2016, seul département de France a connaitre ce repli) et plus de 20.000 biens étaient retirés du marché pour être mis sur des plateforme de location saisonnière. C’était une mesure qui pouvait conduire à la pénurie de logements à louer dans Paris et qui aurait également entrainé une dégradation du parc ».

La FNAIM a également réagi dans un communiqué. « La décision indique à son tour que le dispositif aurait dû concerner l’ensemble de l’agglomération parisienne et non la seule capitale. La décision bien que prévisible suscite chez la FNAIM un sentiment de victoire », a indiqué la fédération. Pourtant, selon Jean-François Buet, président de la FNAIM, la vigilance est de rigueur car « le gouvernement se hâte déjà de faire appel de l’annulation de l’encadrement des loyers à Paris ».

À cette incertitude s’ajoute le fait que « les loyers effectivement soumis au dispositif d’encadrement ont déjà pu causer des dégâts non négligeables sur le marché immobilier. On parlera par exemple de la fuite des investisseurs vers d’autres régions ou encore du déséquilibre territorial que cela aura pu causer » a ajouté Jean-François Buet.

Pour la fédération, l’encadrement est « une mauvaise réponse à un véritable problème qui est celui de trouver un logement en région parisienne ». « La contrainte administrative ne permettra pas d’augmenter l’offre des logements », indique-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Métropole de Lyon : la capacité des lignes de tramway bientôt renforcée

Le Syndicat de transports de l’agglomération lyonnaise, le Sytral, souhaite augmenter la capacité de 15% sur les lignes T1 et T2 et de 30% sur la ligne T4.


« Nous sommes la Métropole du centre de la France »

null
Olivier Bianchi est maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole. Il évoque la récente transformation de la communauté urbaine en Métropole et le rôle que cette dernière souhaite désormais jouer.
» Quatre priorités pour Clermont Auvergne Métropole en 2018


Quatre priorités pour Clermont Auvergne Métropole en 2018

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole, présentait mardi ses vœux à la presse. Il a évoqué les enjeux de 2018 pour la nouvelle Métropole.


Lyonel Rivoire devient directeur opérationnel Auvergne Rhône-Alpes d’Alila

null
Après diverses fonctions chez Artefact, Diagonale, et SAEC, le professionnel devient directeur opérationnel du spécialiste du logement conventionné et intermédiaire à Lyon et Annecy.


La 1ère tranche du Grand Hôtel-Dieu de Lyon livrée dans les temps

La SNC Hôtel-Dieu réalisation a livré cette première tranche de la reconversion du Grand Hôtel-Dieu à Crédit Agricole Assurances le 18 décembre 2017.


Le club ETI TP lance un appel à projets pour favoriser l’open innovation

Cet appel à projets national est lancé avec l’appui de Startup Palace.


La Région s’apprête à lancer l’acte 2 du plan Montagne

null
Laurent Wauquiez était lundi en Savoie, à Notre-Dame-de-Bellecombe pour présenter le deuxième acte de ce plan, qui vise à apporter un soutien à l’offre d’hébergement des stations.


Orpi évoque une hausse des prix de l’ordre de 3,3% en 2017

Le réseau coopératif a fait état de ses chiffres 2017 en matière de volumes, de prix et de loyers.
» Hausse des transactions de 11,5% en 2017, chez Guy Hoquet


Hausse des transactions de 11,5% en 2017 chez Guy Hoquet l’immobilier

Le réseau a fait un bilan de l’année écoulée, qui a été marquée par un record de transactions et une hausse des prix.


Auvergne-Rhône-Alpes compte deux nouvelles Métropoles

Les communautés urbaines de Saint-Étienne et de Clermont-Ferrand se sont transformées, au premier janvier, en métropoles.


Les « marquages sur les trottoirs à des fins publicitaires » font réagir

Un décret autorise pour 18 mois « à titre expérimental » de « marquages sur les trottoirs à des fins publicitaires » dans trois agglomérations, dont celle de Lyon. Le maire de Villeurbanne refuse de voir les paysages urbains « saturés par la publicité ».


La Métropole de Lyon compte 1.390.240 habitants

L’INSEE a publié les chiffres réactualisés de la population. La Métropole de Lyon reste la troisième métropole la plus peuplée après le Grand Paris et Aix-Marseille-Provence. Lyon compte 521.098 habitants.


Baisse du chômage en Auvergne-Rhône-Alpes et dans la Métropole de Lyon

La direction régionale de Pôle Emploi et la DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes ont publié ce mercredi les chiffres de l’emploi dans la région et dans la Métropole de Lyon.


140.000 places ouvertes pour les personnes vulnérables à la rue

8.874 places supplémentaires étaient ouvertes au 10 décembre dans le cadre du plan hivernal, a rappelé dimanche le ministère de la Cohésion des territoires.


Réforme des APL : positions divergentes entre bailleurs privés et OPH

La fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) a conclu un accord définissant le cadre d’une réforme du secteur, lequel n’a pas été signé par la fédération des offices publics de l’habitat.