L’éloignement du trafic de transit, un enjeu fort pour l’agglomération de Lyon

L’Etat et la Métropole planchent sur les moyens d’éloigner le trafic de transit de l’agglomération lyonnaise. Ce qui pose la question du contournement de celle-ci.

Le trafic de transit reste une problématique majeure pour l’agglomération lyonnaise. Une étude est en cours de réalisation pour écarter à terme ce trafic entre Anse, au nord de Lyon, et Ternay, au sud. L’objectif serait, dans un premier temps, de dissuader les transporteurs de passer au cœur ou à l’immédiate périphérie de l’agglomération. Le préfet du Rhône a indiqué, au cours de la conférence de presse réalisée ce jeudi, l’installation de radars tronçons est la piste la plus avancée. « A partir du moment où ces dispositifs existent et seront formés, cela permet de vérifier si les poids lourds transitent ou s’ils ne sont pas en transit. Evidemment, la tarification prévue dans ce domaine ne concernerait que les poids lourds en transit et pas les poids lourds qui vont servir à l’activité économique ni les particuliers qui sont sur le territoire », a indiqué Stéphane Bouillon.

« L’idée, ce n’est pas de faire payer, c’est de dissuader… », indique pour sa part Jean-Luc da Passano, vice-président de la Métropole de Lyon en charge des grandes infrastructures. Ces radars seraient donc installés pour délivrer des pénalités, et seraient privilégiés à l’installation d’un péage. « Il faut que ce soit suffisamment dissuasif pour que le transporteur qui se dit ‘je perd X euros mais je gagne une heure’ ne veuille pas passer », souligne l’élu. Un tel système serait en effet appliqué dans un premier temps aux poids lourds, puis, dans un second temps, aux voitures, selon l’élu d’Irigny. « Mais rien n’est décidé…», tempère-t-il immédiatement .

Une loi nécessaire pour un tel dispositif

Les élus et le préfet sont donc en train de travailler sur cette idée, mais celle-ci nécessitera « une étude juridique », de l’aveu même du préfet. Car la somme que devrait payer l’utilisateur en transit ne serait à proprement parler ni une amende, ni un droit de péage. « Il faudra prévoir les modalités de contravention, et les modalités de sanction qui peuvent exister. Cela nécessitera un décret ou une loi selon les cas pour pourvoir avancer. Nous avons d’ores et déjà un groupe de travail entre le ministère de l’Intérieur et le ministère des transports qui sont en train de se pencher sur ce sujet de façon à pouvoir organiser (ceci) le mieux possible », a indiqué Stéphane Bouillon.

Le préfet a également souligné que le multimodal devait également être mis en réflexion, avec l’utilisation du fret ferroviaire, de la voie fluviale, deux modes de transports qui sont, selon lui, sous-utilisés. Sur le fluvial, le préfet du Rhône a notamment indiqué qu’un travail était en train d’être engagé avec la région PACA et le grand port de Marseille, de façon à améliorer ce dispositif.

Quid du contournement ?

« On ne va pas écarter l’ensemble des trafics d’un coup de baguette magique », estime David Kimelfeld, alors qu’il évoque le travail à réaliser à court terme, d’ici à 2020, sur l’autoroute déclassée. Mais la question du report du trafic transitant aujourd’hui par Fourvière pose inévitablement la question du grand contournement de Lyon, lequel permettrait de faire passer le trafic nord-sud loin de l’agglomération.

Officiellement, le scénario du grand contournement par l’ouest est toujours sur la table. « A ce stade, rien n’est exclu, rien n’est écarté, rien n’est, non plus, définitivement approuvé», indique Stéphane Bouillon. Mais le contournement par l'ouest n’est, de l’aveu du président de la Métropole, clairement plus l’option privilégiée. « Vous l’avez compris, ce n’est pas celle que nous souhaitons retenir », indique David Kimelfeld. La piste d’un grand contournement par l’Est, qui permettrait de rallier directement le sud de Villefranche vers l’A46 sud ou le sud de Vienne, est d’évidence le plus plausible. Reste à savoir celui qui, sera retenu, entre ces deux derniers débouchés.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour
Il faut un vrai contournement de Lyon.
Le grand contournement Ouest n’est pas possible pour des raisons de couts liés au relief qui nécessiterait beaucoup de tunnels et viaduc.
Traverser les monts du Beaujolais du Lyonnais du Pilat de l’Ardèche, toutes les montagnes de l’Est du massif central, est très difficile à réaliser et très couteux.
La solution passe par le prolongement de l’Autoroute A432 vers le sud sur le même tracé que la ligne TGV.
80 Kilomètres d’autoroute à créer jusque à Valence
125 Kilomètres jusqu’à Montélimar
180 Kilomètres jusqu’au sud-est d’Orange pour rejoindre l’A7.
Le prolongement de l’autoroute A432, vers le sud, le long de la voie TGV jusqu’à Montélimar serait une bonne alternative au contournement de Lyon et Valence.
Ce nouvel autoroute doublerait l’autoroute A7, récupérerait le flot automobile venant de l’Est de l’axe Saône Rhône (Belgique, Allemagne, Suisse, etc.…), permettrait aux automobilistes et surtout au camions arrivant par l’autoroute A6 de ne plus traverser Lyon.
Il faudrait interdire aux camions en transit de traverser Lyon « idem tunnel sous Fourvière » par le périf, la partie central de l’A46 et obliger le passage par l’A432.
Ce pourrait être un complément à l’Anneau des sciences qui est une solution propre à la Métropole de Lyon.
Autre : la zone fret sud de St Ex qui devrait voir le jour bientôt n’a pas de débouché autoroute vers le sud, l’A432 prolongé serait une bonne solution sans alourdir le trafic poids lourd A46 A7.

L’A432 de l’A43 jusqu’à l’A7 au Sud Est d’Orange, c’est 180Km soit 1,5 milliards d’Euros pour sa réalisation.
Pour l’A7 le trafic est entre Vienne et Orange de 70.000 Vi/ jour, 40 jours par an saturés à 175000 Vi/jour, soit 250% de sa capacité.
Le nouvel A432 pourrait véhiculer 20.000Vi/Jour à un tarif équivalent à l’A7 soit environs 20 Euros.
Recette : 20*20.000*365= 150millions d’euros par an
Amortissement en 10ans
L’état pourrait mettre en compétition sur cet axe APRR qui gère l’A432 et ASF qui gère l’A7.
Quelques exemples avec des ordres de grandeur équivalents.

A65 : 150km, cout 1,2 milliard d’euros, trafic 5500 VI/jour cout, péage 22euros soit recettes annuelles 22*5500*365=44 millions d’euros par an, amortissement 1200/44= 27 ans

A89 : Balbigny à La Tour-de-Salvagny: 55Km 1,5 milliards d’euros

Signaler un abus

Pour l’heure, j’ai bien peur que les autorités ne vont se limiter qu’à un prolongement de l’A432 vers l’A46 sud, ce qui sera déjà une bonne chose, mais ce qui sera loin d’être, à terme, satisfaisant..

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Pollutec : la navette Mia officiellement présentée

La navette a été présentée mardi avant sa mise en service sur le site de la ZAC des Gaulnes à Meyzieu-Jonage en janvier prochain.


Gecina vend un portefeuille d’immeuble pour 266 millions d’euros

L’immeuble comprend notamment les immeubles Terralta et Panoramic.


Les prix de l’immobilier en baisse à Lyon sur 3 mois, selon LPI Seloger

LPI Seloger a fait état lundi de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier, sur trois mois et un an.


Lyon, métropole la plus recommandée par ses actifs

null
RégionsJob et Hays ont publié une étude basée sur plusieurs critères, comme le marché du travail, la qualité des infrastructures, ou encore la culture et l’environnement.


HOP et Ouibus lancent une offre intermodale bus/avion

La compagnie aérienne a lancé mercredi une nouvelle offre de transport intermodale en partenariat avec Ouibus à Lyon-Saint Exupéry.


Le plan hivernal 2018-2019 a été présenté mardi

Sur la circonscription du Rhône, l’État va mobiliser 1.200 places, dont 880 places mobilisables dans le courant de l’hiver et 320 places mobilisables en période de grand froid.


Bientôt une navette autonome au sein de la ZAC des Gaulnes

La Métropole de Lyon va permettre le projet de navette autonome « MIA » sur ce site situé à Meyzieu-Jonage, en consacrant un budget de 180.000 euros pour l’aaménagement des voiries du secteur.


Vers une péréquation horizontale des recettes de droits de mutation

C’est ce que Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a annonce vendredi devant le congrès de l’Assemblée des départements de France.


Lyon a reçu le prix de « Capitale européenne du tourisme durable »

Lyon a été distinguée lors de la « Journée Européenne du Tourisme », organisée hier à Bruxelles par la Commission européenne.


Lyon 5 : Le local du Bastion Social, quai Pierre Scize, fermé

La Ville de Lyon a pris un arrêté, motivant celui-ci par l’état des locaux, qui « compromet gravement la sécurité du public ».


Sully Promotion rachète Copra Rhône-Alpes

La fusion de ces deux acteurs de la promotion immobilière va permettre de constituer une entité générant plus de cent millions d’euros de chiffre d’affaires.


Gérard Collomb réélu maire de Lyon

Le conseil municipal de Lyon procédait ce matin à l’élection du maire de Lyon. L’ex-ministre de l’Intérieur a, sans surprise, retrouvé son fauteuil.


Vers une desserte quotidienne du Grand Stade

Le Sytral a lancé un appel d’offres pour une mission de maîtrise d’oeuvre afin de réaliser une étude sur les évolutions de la ligne T3, avec notamment une desserte quotidienne du Grand Stade.


Premier coup de pelle pour la station de métro « Oullins-Centre »

Cette station sera reliée au point d’arrêt actuel de la ligne B, situé à la gare d’Oullins, et au futur terminus de la ligne B de métro qui sera mise en service en 2023, « Saint-Genis-Laval/Hôpitaux-Sud ».


Ouverture ce jeudi de Viving, salon des projets de la maison

null
Ce salon se tient du 18 au 21 octobre à Eurexpo Lyon, et vise à préparer et concrétiser tous les projets de la maison.