Vers une accalmie du marché immobilier résidentiel

Xerfi a publié jeudi une note sur le marché de l'habitat. Il prévoit une baisse des ventes dans les deux prochaines années.

Xerfi a publié jeudi une note sur le marché immobilier résidentiel. Il a d’abord fait un bilan sur l’année 2017, une année record dans l’ancien avec près de 1 million de logements vendus (+14,5%) et des prix en hausse de 3,7% au niveau national. Certains métropoles enregistrent des flambées à l’instar de Bordeaux, (+10%), Paris (+7,4%) et Lyon (+6,9%).

“Les moteurs de l’immobilier sont toujours les mêmes entre des conditions de financement exceptionnelles et l’importance des aides à la pierre pour l’accession à la propriété ou l’investissement, comme par exemple le PTZ+ et le dispositif Pinel. Le retour de la confiance des ménages a fait le reste.”, note Xerfi.

Mais la note fait ensuite le point sur les changements de l’année 2018. Selon le cabinet, “le vent pourrait bien tourner”, même si “aucune rupture majeure de tendance n’est à prévoir en 2018”. Xerfi anticipe en effet une légère hausse des taux d’intérêt des crédits à l’habitat. Il ne faut pas s’attendre, selon Xerfi, à un assouplissement des conditions d’octroi des crédits de la part des banques. “Cela ne permettra donc pas de re-solvabiliser la demande. Compte tenu du niveau plancher des taux d’intérêt, il y a fort à parier qu’ils se stabiliseront ou remonteront. D’ailleurs, les flux de crédits nouveaux commencent déjà à ralentir. Bref, le marché de l’immobilier se dirige vers un atterrissage en douceur”.

Ralentissement

Xerfi prévoit un ralentissement des des ventes dans l’ancien, qui pourraient ainsi être en repli de 1,6%. Le nombre de ventes pourrait être supérieur aux 900 000 unités. De fait, la hausse des prix devrait elle aussi ralentir, à +3%. Mais le cabinet prévoit surtout un changement en 2019 avec une baisse des transactions de 1,9% et des prix en progression de seulement 1,7% au niveau national, selon les calculs des experts. “Les pouvoirs publics souhaitent en effet réorienter l’épargne des Français vers l’économie réelle”, note le cabinet, avec, comme figure de proue, la mise en place de l’impôt sur la fortune immobilière, et un moindre soutien aux bailleurs sociaux. “Il souhaite aussi construire davantage et moins cher, en privilégiant les simplifications administratives au détriment des aides financières directes”, ajoute-t-il.

Xerfi prévoit également une réforme du dispositif du PTZ, qui doit être évalué dans le courant de l’année. Selon les experts, “il ne devrait selon toute vraisemblance pas rester en l’état, compte tenu de son coût”. Par ailleurs, ils préviennent les professionnels sur le Pinel, en indiquant que si celui-ci est censé rester en vigueur jusqu’en 2021, ceux-ci “seraient inspirés de limiter leur dépendance à ce dispositif qui soutient artificiellement leur activité”.

Le cabinet d'analyses prévoit par ailleurs un plafonnemet des mises en chantier : “le segment du neuf sera lui aussi affecté. Après un bond de 15,6% en 2017 et une hausse limitée à 1% en 2018, les mises en chantier reculeront de 2,3% en 2019, selon les prévisions des experts de Xerfi. Les ventes de logements des promoteurs accuseront d’ailleurs le coup (-2,7% en 2019 après +2% en 2018 et +1,5% en 2017)”.

Des prix en hausse à court terme, selon Meilleursagents.com

La hausse des prix semble, à court terme, toujours la règle. Selon le baromètre national de MeilleursAgents.com, les prix ont été en hausse dans de nombreuses grandes villes de France, avec une augmentation de 0.6% à Paris, de 0.4% à Marseille, de 0.2% à Lyon, de 1% à Strasbourg, et de 0.7% à Montpellier. En revanche, on note une stabilisation des prix à Bordeaux (0%), et même unt baisse de 0.1% à Toulouse (-0.1%).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Quel bonheur! Tous les locaux vides pourraient devenir des restaurants!!! Je ne peux imaginer qu »on pense faire vivre une rue commerciale d »un quartier résidentiel du centre-ville avec des restaurants et des bars. J »habite le quartier, j »ai besoin d »une boucherie, d »une poissonnerie, et autres commerces de proximité! Je ne veux pas de chaînes de restauration et de bannières qu »on trouve partout! Ouverte à trouver des solutions pour les plus grands locaux vacants mais non à changer la vocation de la rue principale qu »est la rue St-Jean hors les murs.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Nous aurons un atterrissage fin 2018 en matière de hausse de prix»

Jean-Marc Torrollion est le président de la FNAIM. A l’occasion d’une récente réunion des adhérents à Clermont-Ferrand, Lyon Pôle Immo a évoqué avec lui la dynamique du marché immobilier au niveau national, mais aussi au niveau régional.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Légère hausse des volumes de transaction selon Orpi

Sur 9 mois, le réseau coopératif note une augmentation du volume de ventes à hauteur de 3% par rapport au troisième trimestre 2017 et de 0,3% sur 9 mois.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2,6% en France, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a fait part mardi de son point trimestriel sur le marché immobilier français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2,8% sur un an

Les notaires de France et l’INSEE ont publié ce jeudi les indices de prix des logements anciens au titre du deuxième trimestre 2018 au niveau national.


Les prix devraient monter de 5% à Lyon sur 12 mois, selon Meilleursagents

null
Le site publiait ce mardi son baromètre mensuel d’analyse du marché immobilier résidentiel à Paris, en Île-de-France et dans les grandes villes de France.


Les prix toujours en forte hausse à Lyon selon LPI-Seloger

null
LPI-Seloger a fait état, dans son baromètre mensuel sur les prix de l’immobilier, d’une baisse de prix dans de nombreuses villes. L’orientation reste haussière à Lyon.


Selon Immonot, « les prix devraient commencer à s’étioler »

L’arrivée des vacances devrait se traduire par une forte baisse de l’activité.


Les prix de l’immobilier flambent à Lyon, et chutent à Grenoble

null
Les notaires ont fait état de leur note de conjoncture portant sur les prix au m² des logements au premier trimestre, et notamment de ceux des appartements. Le prix du m² continue également de baisser à Saint-Étienne.


Les prix de l’immobilier toujours en hausse affirmée à Lyon

Les dernières publications nationales et régionales, dont celles de Century21, Orpi, et la FNAIM, confirment une augmentation généralisée des prix au niveau national, et notamment dans les grandes métropoles, dont Lyon.


Petite baisse du moral des professionnels de l’immobilier

null
Si une majeure partie de ceux-ci demeure optimiste, on observe une légère baisse de professionnels positifs sur le marché de l’immobilier dans les douze prochains mois.


Un infime tassement des ventes de logements

Les notaires de France ont présenté leur note de conjoncture au titre du 1er trimestre 2018, avec les volumes à fin février, et les évolutions de prix définitives en 2017 dans les grandes villes, dont Lyon.


Une capacité d’acquisition immobilière des ménages élevée

BNP Paribas Real Estate a publié pour la première fois son indicateur de capacité d’acquisition immobilière.


Immobilier : stabilisation des prix en France, envolée à Paris

null
Les prix ont augmenté de 5,9% à Paris, mais restent quasi stables au niveau national, selon le dernier point du réseau d’agences franchisées Century 21.
» Laurent Vimont, président de Century 21 : “L’immobilier est un intégrateur social fantastique”
» Century 21 a organisé, les 11 et 12 mars, sa convention à Lyon


Petite baisse des prix de l’immobilier sur trois mois à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI – Seloger publié en cours de semaine dernière montre toujours une hausse des prix sur un an, mais un affaiblissement des prix sur trois mois.